Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

C omment trouver sa place en grandissant parmi six garçons tout en étant curieuse et avide de découvertes, dans une société qui relègue les femmes aux rôles de génitrice ou de faire-valoir ?
C'est à cette difficile question, et à bien d'autres encore, que Céleste va être confrontée... Son Odyssée peut commencer !

Cela débute comme un conte médiéval. Celui d'une géante au milieu d'individus tout à fait ordinaires. Très vite, un beau-parleur filou, un château, des geôles, un chevalier et... pas de princesse en détresse. L'histoire imaginée par Jean-Christophe Deveney sort des sentiers battus tout en respectant les codes du genre. Tandis que Núria Tamarit appuie et accentue la démesure de leur héroïne par sa mise en page, via le hors champ en y faisant déborder son visage ou son corps, le scénariste s'en sert comme déclencheur. Lors de sa première excursion dans la vallée, cette différence dévoilera la cupidité des hommes, leur méfiance, leurs mensonges et leur lâcheté, autant de caractéristiques qu'elle croisera plus qu'à son tour. Mais les auteurs jonchent aussi son parcours de rencontres avec des personnages bien plus intéressants. À leur contact, la quête identitaire, l'un des moteurs originels de l'adolescente, mute en un voyage initiatique qui lui fera parcourir le monde. Et grâce à eux, elle trouvera la force d'avancer, de remettre en question l'ordre établi et de se dépasser. Le fanatisme religieux, l'inégalité et l'injustice du patriarcat, la dérive d'un féminisme qui reproduit ce qu'il combat côtoient l'ouverture à la culture, aux arts et à la scène, le développement de l'imaginaire par les récits, la transmission, l'exploration etc. Le scénario foisonne de thèmes, très actuels, sans jamais manquer de liant.

Suivre les pérégrinations de Céleste se révèle être un réel plaisir. Chacun des douze chapitres qui composent ce récit fort et plein d'humanité s'avère parfaitement découpé. Le travail sur le rythme autant que la lisibilité montre une précision impeccable. Les respirations, les scènes d'action, les moments de contemplation sont dosés avec intelligence et s'enchaînent avec une fluidité sans faille. Portées par le trait aéré et expressif de Núria Tamarit (Et le village s'endort... ), les cent-quatre-vingt-douze (!) planches dégagent une atmosphère envoûtante qui rappellera La Saga de Grimr (de Jérémie Moreau chez Delcourt, Fauve d'or 2018), Beauté (Hubert et les Kerascoët) ou L'Âge d'Or (Cyril Pedrosa). Si ces comparaisons peuvent paraître flatteuses, elles témoignent avant tout du soin apporté par l'artiste ibère aux couleurs, aux décors - les ciels, de jour comme de nuit, sont superbes - jusqu'aux pages de garde et, plus généralement, à ses compositions qui garantissent une immersion totale. Une invitation au rêve dont la poésie saisit jusqu'à l'ultime case.

Avec Géante, Núria Tamarit et Jean-Christophe Deveney revisitent les contes en alliant, avec bonheur et talent, le fond et la forme. Ils livrent la destinée, immense, d'une femme en quête de liberté et de paix. Un livre à ne simplement rater sous aucun prétexte.

Par M. Moubariki
Moyenne des chroniqueurs
8.0

Informations sur l'album

Géante - Histoire de celle qui parcourut le monde à la recherche de la liberté

  • Currently 3.81/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.8/5 (16 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    minot Le 26/11/2020 à 10:55:15

    Très belle lecture que ce conte médiéval initiatique. L'histoire est à la fois pleine de tendresse, de sensibilité, de poésie et d'intelligence. Un véritable plaidoyer féministe, traité de manière juste, à travers une héroïne hors norme à laquelle on s'attache très vite.
    Il y aurait beaucoup à redire sur le dessin, qui respire l'amateurisme, mais au final son imperfection renforce la tendresse qui se dégage de cette histoire. Une lecture qui enchante autant qu'elle fait réfléchir.

    bd.otaku Le 31/07/2020 à 22:31:25

    L’imposant Géante de Jc Deveney et Núria Tamarit vient de paraître aux Éditions Delcourt sous une magnifique couverture dorée « hors collection » : un écrin qui sied bien à ce roman graphique de 200 pages qui a nécessité plus de 4 ans de travail. Dans ses remerciements , le scénariste salue « François R, Jonathan S et Christopher V » : hommage à Rabelais, Swift et Vogler qui souligne la particularité de cette œuvre singulière aux carrefours des genres.

    Un conte pour enfants …

    Tout débute comme dans un conte : un bûcheron , père de six garçons , découvre au fond d’une ravine un bébé abandonné…. Un bébé, certes, mais déjà bien plus grand que lui et bien plus lourd que la charge de bois que son cheval est habitué à tracter… Pourtant, il arrive tant bien que mal à l’amener chez lui, résolu à le déposer à l’hospice le lendemain. Mais il cède aux injonctions de sa femme, si émue quand elle découvre qu’il s’agit d’une petite fille ; ils l’adoptent en lui donnant le doux nom de « Céleste », cadeau des cieux. Elle devient donc leur septième enfant et coule des jours paisibles dans une famille aimante. Mais, le temps passant, ses frères quittent un à un le nid familial ; Céleste aimerait, elle aussi, partir à la découverte du monde. Or on lui interdit, pour la protéger, de se rendre même dans la vallée toute proche…

    On retrouve, d’emblée, les personnages du conte : un enfant trouvé, un pauvre bûcheron, une famille nombreuse. JC Deveney, souligne d’ailleurs lui-même l’archétype en appelant les frères de Céleste par des prénoms qui ressemblent à des numéros : Prime, Segond, Tertio, Quarte, Quintil et Sixte. Le preux chevalier qu’elle rencontre ensuite s’appelle Blanc de Parangon. Or, il est à la fois pur comme l’indique son prénom et modèle comme le souligne son nom. Le grand inquisiteur implacable se nomme, quant à lui, Porphyre comme la roche volcanique ; la méchante belle -mère est la reine Della Attricia (« délatrice » itialianisé) et l’amoureux funambule, Alto. L’onomastique est donc toujours signifiante et participe à la lisibilité du récit.

    La structure du conte est aussi respectée, dans la narration tout d’abord : si on a bien dialogues et phylactères comme dans toute bande dessinée, le récit est aussi porté par de longs récitatifs au passé. Ensuite, il y a des coïncidences et des retrouvailles opportunes : des personnages arrivent à point nommé pour aider les héros quand ils sont dans une impasse (Quintil vient par deux fois au secours de sa sœur quand tout semble perdu, Falca s’oppose contre toute attente à Hapis…). Enfin, la composition en douze chapitres renvoie également à ce que le scénariste Christopher Vogler a théorisé en se fondant sur les travaux de Propp et Campbell sur les contes et le monomythe : « le voyage du héros » et ses douze étapes. Le déroulement chronologique de l’histoire est donc nécessaire puisqu’il marque dans sa linéarité même l’évolution du personnage : aussi géante soit-elle, Céleste « grandit » au fil des rencontres.

    Le dessin aux couleurs pastels et aquarellées de Nuria Tamarit, faussement naïf, semble s’adresser aux enfants. Le titre en lettres gothiques donne un cachet à la fois ancien et mystérieux au livre ; chacun des douze chapitres du conte est introduit par une illustration pleine page qui joue sur le végétal pour créer des ornements semblables à des enluminures et ses couleurs annoncent littéralement la tonalité du chapitre (couleurs sombres pour les chapitres «menaçants », couleurs éclatantes pour les épisodes heureux) à la manière des illustrations de Bilibine. Les personnages aux traits épurés, aux attitudes hiératiques et aux longues robes rappellent, eux aussi, les livres de contes slaves. Mais la dessinatrice joue également avec maestria des codes de la bande dessinée. Nombre d’onomatopées prennent, ainsi, une réelle importance dans la page et insufflent du dynamisme grâce au jeu de polices et de casses tandis que le gaufrier tantôt minimaliste, scindant la page en trois grandes cases horizontales ou verticales, permet des moments de réflexion et d’introspection ou au contraire souligne l’action et le rythme effréné lorsque les cases se multiplient …Tout concourt alors à faciliter la lisibilité du propos.

    Un conte philosophique entre Rabelais , Swift et Voltaire

    Pourtant, malicieusement, JC Deveney choisit de brouiller les pistes en multipliant les allusions aux classiques de la littérature : Céleste adore les livres et c’est parce qu’elle s’amuse à recréer l’épisode du Cyclope qu’elle attire l’attention du colporteur qui la convaincra de partir dans la vallée ; plus tard quand elle évoque les sirènes avec Quintil elle cite « l’Ulyssiade » d’Homéros ; elle partage avec Parangon l’amour pour les romans de chevalerie de Christian de Thèbes et découvre chez Laelith les œuvres de monsieur Alcofribas : « Pantagrua » et « Gargantruel » ou encore « Le méchant gros géant ». Derrière, cet anagramme, ces mots-valises, ces équivalences transparentes ou ces parodies on reconnaît bien sûr les épopées de Virgile et d’Homère, les œuvres de Chrétien de Troyes et les romans de Rabelais ou même de Roald Dahl. Deveney inscrit donc son livre dans une prestigieuse lignée mais en l’émaillant ainsi de références que seuls les adultes peuvent déchiffrer, il donne également un mode d’emploi : son conte a plusieurs niveaux de lecture et s’apparente à un apologue.

    Géante ne se contente pas, en effet, de mettre en scène un nouveau spécimen de géant rabelaisien ou swiftien ; il en reprend le message humaniste et de tolérance que feront également leur les philosophes des Lumières : il faut apprendre non de façon purement livresque et formelle mais acquérir un savoir encyclopédique par les sciences et l’expérience. Céleste tire les leçons de ses aventures mais reçoit aussi une formation intellectuelle de la part de Laelith et artistique avec les comédiens du Vaste Monde.

    De même les aventures de l’héroïne ne sont pas purement distrayantes : elles participent à une réflexion. On retrouve dans nombre de cases les grands yeux de Céleste qui jettent un regard ébahi sur « le monde comme il va ». Géante présente une satire de la guerre avec des soldats qui sont littéralement des « pions de l’échiquier » et des ennemis qui attaquent sans motif – comme lors de la guerre Picrocholine- et se font battre à coups de bouse de vache ! Il y a également une attaque, aux accents voltairiens, du fanatisme religieux avec le grand Inquisiteur et son bûcher ou les mortifications encouragées par la mère supérieure du couvent de Ste Eurexie. Enfin, on observe une critique acerbe et subtile de certaines crises actuelles : l’accueil des migrants sur les côtes européennes est ainsi évoqué lors de l’arrivée des réfugiés de l’île des Sirènes et il est aussi question de la remise en cause de l’avortement.

    « Elle était une fois » : Céleste ou le pouvoir des femmes

    C’est cette dernière préoccupation qui souligne la véritable portée novatrice de l’album : sous les oripeaux de la fable, il devient une conte féministe et interroge sur le statut de la femme y compris dans nos sociétés modernes. Ainsi, l’héroïne comprend qu’on a le droit de disposer de son corps et d’avorter sans être jugée grâce à « sa » mentor Laelith dont les propos font écho à ceux d’Aude Mermilliod dans Il fallait que je vous le dise ; de même la scène où les trois andrologues pénètrent littéralement dans l’intimité de l’héroïne se mue en saisissante symbolisation des violences obstétricales dénoncées, elles aussi, par l’autrice dans son œuvre autobiographique. Comme Bianca dans le tout récent Peau d’homme d’Hubert et Zanzim, Céleste cherche à combattre une société patriarcale et, si elle a souvent du mal à trouver sa place, c’est paradoxalement moins en tant que géante qu’en tant que femme. D’ailleurs sa taille fluctue au fil des cases comme pour souligner que c’est finalement moins le monde qui est trop petit pour elle que les esprits qui sont trop étriqués ! Elle bataille ferme pour s’imposer et gagner le respect qui lui est dû et y parvient.

    Ce magnifique portrait de femme était conçu par Deveney au moment où il était également coordinateur de l’ouvrage collectif HERO(ïne)S : la représentation féminine en bande dessinée ». La réflexion menée avec les dessinateurs et les universitaires contributeurs ont nourri ses réflexions sur les représentations de la femme. Il s’applique donc à démonter les stéréotypes : les sorcières n’ont pas de pouvoirs maléfiques et la seule magie qu’elles pratiquent « est celle du savoir et de la connaissance » (p.88) , les sirènes ne sont pas des créatures fabuleuses mais des femmes masquées qui, telles des Amazones, ont décidé de vivre sans hommes. Même Céleste refuse d’être considérée comme une demoiselle en détresse : elle ne rentre pas dans les cases au propre comme au figuré ! C’est aussi pour échapper aux stéréotypes que le dessin « naïf » de Nuria Tamarit acquiert son importance ici : l’héroïne sort des canons esthétiques et de l’hypersexualisation féminine habituellement à l’œuvre dans la BD ; elle forme un oxymore en étant à la fois ordinaire et extraordinaire, impressionnante et touchante avec des traits suffisamment reconnaissables pour qu’on l’identifie immédiatement (ses immenses yeux bleus, sa peau de lait et sa flamboyante chevelure rousse ) et suffisamment flous pour laisser place à l’identification.

    Ce récit d’aventures nous dépayse mais il est avant tout un conte initiatique, philosophique, poétique et féministe qui aborde tout en finesse les thèmes des préjugés, de l’acceptation de soi, de la croyance en ses rêves et parlera à tous et pas seulement à toutes. On pourrait reprendre à son sujet l’éloge que fait Sandro le prince de Dorsodoro à la troupe du Vaste monde : ce livre mêle « le rêve et la réalité. L’intime et l’immense » (p.120) : Géante est un très grand album.

    Yovo Le 04/07/2020 à 12:07:10

    Pour être honnête, tout ne m’a pas complètement plu dans « Géante ». Mais je n’ai pas envie de critiquer cette très belle BD dont la lecture est un vrai plaisir.

    Le dessin, au trait clair et tout simple, possède un charme fou et ses couleurs légères l'embellissent avec bon goût. Un dessin parfaitement adapté à ce conte initiatique. Les personnages sont marquants et bien croqués, les décors agréables et l’ensemble, parfois épique, ne manque ni de souffle ni d’humour.

    J’ai quand même pu ressentir ici ou là un léger amateurisme dans la réalisation : par exemple, Céleste est censée faire 20 mètres de haut mais n’a pas l’air d’en faire plus de 4 ou 5 dans certaines séquences. Je sais que le dessin ne se veut pas réaliste, mais je pense que sa taille de Géante est un élément prépondérant qui aurait mérité d’être un peu plus soigné. Cela dit on peut aussi considérer que ce côté « bricolage » donne à l’album un petit cachet artisanal sympathique.

    Après – et ce point se discute – la forme générale de l’histoire est vraiment très enfantine. Ce n'est pas mal en soi, mais cela empêche d’après moi les sujets de fond d’émerger. De nombreuses questions passionnantes sont posées, comme la différence, l’émancipation, l’accomplissement, la liberté, le dogmatisme… avec en point d’orgue un saisissant plaidoyer féministe. Mais je trouve que ce contenu, ô combien fécond, est affaibli par cette forme très naïve. Si la richesse scénaristique avait été creusée et traitée de façon plus mature, elle aurait sans doute atteint une vraie profondeur qu’elle ne fait ici qu’effleurer.

    Toutefois, ce que l’histoire perd en réflexion elle le gagne en tendresse. En cela « Géante » est pleinement réussit et reste une œuvre aussi belle que poétique à lire et à relire et (s’)offrir.

    MariannePut Le 12/06/2020 à 15:29:42

    un dessin original et ondulant et des couleurs chaudes pour raconter cette histoire pleine de tendresse et d'originalité, de délicatesse et de grandeur.