Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

D écidément, il se passe de drôles de choses dans cette lande désolée que parcourt un homme ayant, pour unique bagage, une sacoche. Passant à proximité d'une demeure lugubre, il entend des cris déchirer le silence. Une femme enrobée essaie d'accoucher. Mettant à contribution son instinct, il extirpe non pas un, ni deux, mais trois nourrissons : des «trumeaux». Manifestement, Clémentine a du mal avec sa délivrance toute récente, obsédée par le bien-être de ses enfants et dégoûtée de son propre corps, ainsi que de son mari. Un très bon sujet d'étude pour ce psychanalyste de passage, en déficit de cas intéressant.

En même temps que L'écume des jours des jours, Delcourt réédite en bande dessinée le dernier roman de Boris Vian paru en 1953. Dans un village isolé, le lecteur suit une poignée d'individus vivant plus ou moins bien leurs névroses avec, comme observateur actif, un étranger curieux de ces mœurs étranges et avide de patients. L'ambiance se révèle pour le moins malsaine, les habitudes, traditions et autres éclats des habitants s'avérant pétries de violence et, surtout, absurdes (torture de chevaux, vente aux enchères de vieillards, combat de curés...), vues de l'extérieur. Tout cela cache finalement une réflexion abordant plusieurs domaines (psychanalyse, monde rural, religion, maternité...), mais concerne de manière globale l'humanité et ses tares. Accordant un petit côté comique, les inventions de vocabulaire parsèment la narration, le romancier aime jouer avec les mots en inventant des mois et leur durée par exemple. Chaque protagoniste secondaire sert de contre-argumentaire au médecin et à sa vision toute personnelle de la vie. Assurément burlesque et surréaliste, le texte intelligent ne manque pas de poésie sombre et de passages crus.

Maxime Péroz propose un graphisme en noir et blanc plutôt particulier dans le rendu. L'absence de relief se fait sentir, gênant fréquemment la lisibilité, néanmoins, le choix des perspectives et les mises en abîme sont judicieuses et accentuent la sensation de vertige due à l'intrigue perchée.

Il faut accepter de se laisser décontenancer par les situations exposées dans cet ouvrage qui aborde, si l'imprudent accepte de se prêter au jeu, de profonds sujets de réflexions. Une adaptation en images audacieuse qui permet d'entrevoir l'esprit complexe de l'auteur de l'oeuvre originale.

Par L. Moeneclaey
Moyenne des chroniqueurs
5.0

Informations sur l'album

L'arrache-cœur

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.