Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

T out allait bien dans le meilleur des mondes jusqu'à ce que Chloé annonce un désastre à sa maman : elle souhaite sortir avec un garçon ! Rien de choquant direz-vous, dix-sept ans, sérieuse... Non, le hic, c'est que le petit ami en question est... arabe ! Enfin, français, mais pas tout à fait, vous voyez ce que je veux dire ? Il faut se méfier, n'est-ce pas, personne n'est à l'abri avec ces gens-là, comment ils sont chez eux, ce qu'ils pensent, non non, ma fille, tu vas vite changer d'avis !

Par le biais d'une relation entre une mère et son enfant, David Rate (Le voyage des pères, Mamada) aborde le sujet éminemment sensible du racisme. Il est admis que, par devant, la majorité de la population se dit ouverte et tolérante à l'heure actuelle (quoique), il en est autrement derrière la porte, encore plus quand cela touche la sphère privée. L'auteur avait ce thème à cœur, car ses parents furent confrontés à ce problème de rejet. Si le début de l'intrigue reste classique en présentant des personnages archétypaux (difficile d'éviter les clichés inhérents au propos), la suite se révèle plus subtile et riche en surprises, le scénariste n'hésitant pas à élargir à une dimension plus tragique et durcir le ton, qui passe de la comédie façon « Qu'est-ce qu'on a fait au bon Dieu » au drame. Centré sur la figure maternelle qui s'enfonce dans ses convictions et ferme sa vision, le récit évoque la désagrégation des liens familiaux, quand les préjugés se révèlent plus forts que l'amour. Néanmoins, le scénariste ne jette pas la pierre et montre bien que, quelque soit le coté, rien n'est facile. Une petite pointe d'humour bienvenue allège l'ambiance régulièrement.

Avec un style plus réaliste que sur ses séries précédentes, l'artiste propose un dessin aéré, simple et relativement agréable à suivre. Quelques pleines pages présentant de jolis paysages provençaux parsèment le livre, coloré de façon très douce. Imposant un rythme tranquille, le découpage est construit avec de grandes cases, souvent exemptes de texte mais très parlantes de part les expressions et le langage des corps.

Avec ce qu'il faut de justesse, de dureté et de tolérance, Ma fille, mon enfant s'avère un parfait reflet de la société.

Par L. Moeneclaey
Moyenne des chroniqueurs
6.0

Informations sur l'album

Ma fille, Mon enfant

  • Currently 4.00/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.0/5 (2 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    MERRY1 Le 14/03/2020 à 12:41:31

    un album intéressant, mais une fin ambigüe, avec la mère et la fille qui semblent se réconcilier, mais la 1ère n'a pas renoncé à ses idées et au racisme qui la ronge.