Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

N essy, quinze printemps, quitte Londres et ses copines afin de suivre sa mère à Yeavening Bell, dans le Northumberland. L’adolescente va passer son été à la campagne à l’intérieur d’une maison de famille délabrée. Elle s’ennuie, fume en cachette, s’isole en haut des arbres et pianote inlassablement sur son téléphone. Son petit frère, Gowan, s’intègre rapidement au sein de la communauté. Doué ballon aux pieds, il se fait des amis passionnés de football. Après une course effrénée, le gamin assène un tir puissant. Suivant le cuir de l’autre côté de la butte, il découvre un cadavre dont la mort a été étrangement mise en scène. Voilà, un village moins paisible qu’il n’y paraît.

Nicnevin et la reine de Sang n’utilise ni les ressorts habituels du polar, ni ceux du conte fantastique. Puisant dans ces deux genres, la scénariste, Helen Mullane se concentre essentiellement sur son héroïne, une jeune fille qui entretient une relation conflictuelle avec sa génitrice. Aussi, la demoiselle se renferme sur elle-même, ignorant la magie qui s’immisce doucement dans son quotidien. Elle ne prête que peu d’intérêt à la connexion qui la lie aux animaux et à ses visions qui gagnent en intensité. Faisant abstraction du paranormal, le personnage principal se consacre à une idylle naissante à l’endroit d’un voisin d’âge mur. Ce dernier l’initie aux anciennes coutumes et aux religions ancestrales. Par ce biais, l’autrice vulgarise le folklore du nord de l’Angleterre, jouant à la fois des rituels et des références aux origines de la tribu des Gododdin (ou Votädini). Elle n'aborde néanmoins que partiellement le panthéon païen alors que cela apparaît comme un des points fort du comics. C’est donc en premier lieu par l’intermédiaire du Don Juan que le lecteur assouvit sa curiosité en faveur de la Déesse, Cailleach. Puis, dans un second temps, une entrée additionnelle au cœur de cet univers druidique est proposée par l’écrivaine en faisant déterrer par sa protagoniste le journal intime de sa grand-mère. Habile, cette exhumation permet d’introduire un supplément de sorcellerie et d’entretenir un flot de révélations tout au long du récit.

Au pinceau, Dom Reardon (Caballistics, Inc., The Grievous Journey of Ichabod Azrael) et Matthew Dow Smith (Mirror’s Edge) livrent une copie un tantinet irrégulière. En effet, au fur et à mesure des fascicules, l’allure géométrique de leurs traits s’accentue sans pour autant nuire à la lisibilité de leurs planches. Leurs compositions semblent inspirées du génial Edouardo Risso (100 Bullets, Dark Knight : une histoire vraie, Moonshine), notamment eu égard à la gestion des aplats de noir et à la légèreté de l’encrage. La colorisation de Lee Loughridge est à l’avenant des meilleures pages de ses comparses, instaurant une ambiance propice au surnaturel.

Sympathique compatriote des dessinateurs, Jock a signé quatre couvertures dans son style caractéristique. Annexées en fin d’ouvrage de cette édition de la collection H1 des Humanoïdes associés, ces illustrations dégagent beaucoup de mysticisme et donne un coup de fouet au projet.

Le canevas scénaristique de Nicnevin et la reine de Sang contient les ingrédients d’un bon divertissement, mais la cuisson de la potion s’avère un peu aléatoire. L’assaisonnement aurait également mérité d’être mieux maîtrisé de manière à laisser un goût plus prononcé.

Par Y. Machado
Moyenne des chroniqueurs
6.0

Informations sur l'album

Nicnevin et la reine de sang

  • Currently 2.00/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 2.0/5 (1 vote)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Shaddam4 Le 19/03/2020 à 10:06:37

    Lorsque la mère de Nicnevin, ado métisse très attachée à la connexion de son smartphone, annonce qu’ils partent en vacances dans la vieille maison de famille au fin fond de l’Angleterre, elle sait que les jours qui s’annoncent vont être atroces… Collée à sa musique et à ses échanges avec son ami elle est très loin des traditions locales empreintes de mysticisme et de sorcellerie. Lorsque survient un atroce meurtre rituel, ce petit univers s’anime et l’oblige à faire face à son héritage familial…

    Pour ma première lecture de la très qualitative collection H1 des Humanos j’ai été assez conquis par une narration très sophistiquée et réussie en alternance entre quotidien immédiat de l’héroïne et visions fantastiques subtilement agencées de manière à ce que l’on ne sache jamais si elles sont issues de l’esprit de Nicnevin ou totalement découplées. L’histoire ne réinvente rien et rappelle par moments le récent et très réussi Black Magick pour l’idée d’une sorcellerie très féminine et familiale. Le thème n’est pas nouveau mais lorsque c’est réussi cela propose une vision spécifique permettant autant de variations que d’héroïnes. Si la Rowan de Rucka et Scott est une inspectrice dans la force de l’âge et très sensible, l’apprenti-sorcière de Mullane est une ado typique très crédible dans sa contestation de l’autorité, son conflit avec sa mère et sa recherche d’un piment à sa vie… qui coïncide souvent avec la recherche romantique de l’amour.[...]

    Lire la suite sur le blog:
    https://etagereimaginaire.wordpress.com/2020/03/07/nicnevin/