Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Bluesman (Ariño) Bluesman

20/03/2020 1960 visiteurs 7.5/10 (2 notes)

L es meilleurs blues ont été écrits avec des larmes de douleur à la place de l'encre, des gouttes de sueur ou, parfois, le sang de la rancœur. Aussi, quand Franck, son ex-manager, demande à Barry un nouveau titre imparable, c'est compliqué. Le musicien est devenu chauffeur de bus, s'est marié et a fait trois gamins, une vie tranquille, pépère donc ; il n'y a pas de quoi être inspiré non, il ne pourrait fournir que de la soupe populaire. Autrefois, il a fait danser les cœurs et swinguer les âmes oui. Mais avant, il caressait mélancoliquement sa guitare et surtout, il aimait Éléonor à la folie, à la mort. Attendez, ne serait-ce pas la fille qui a été retrouvée dans le fond du lac avec son amant ? Si…

Trois teintes : noir comme le polar, rouge comme la passion et bleuté comme un certain style musical, voilà le nuancier de Raùl Ariño. Pourtant, si l'histoire se révèle classique dans son contenu, l'auteur a créé une réelle ambiance et accordé une belle épaisseur à ses acteurs. Le portrait de son héros résonne comme la note bleue, il procure de la densité à l'œuvre, son originalité, sa dissonance également, car, il a ses failles, le compositeur maudit. Autour de lui, une gamme de personnages secondaires qui, loin de servir d'ornementation, possèdent de même leur tonalité propre et enrichissant l'ouvrage : la femme fatale, le producteur vénal, le pasteur parfait…

Le graphisme, quant à lui, pourrait être à l'image du jazz, un jazz faussement improvisé cependant. Difficile à décrire, car vraiment particulier et inattendu, il serait qualifié de désinvolte et caricatural, les proportions étant déformées afin de caractériser par leurs formes, plus que par les détails, les protagonistes (gros torse, petite tête, nez allongé, silhouette filiforme etc). La colorisation participe pleinement au charme crépusculaire et contrasté du récit, en aplats, par touches, en taches ou par coups de pinceau fiévreux. Le rendu final dégage une prestance et une identité certaines.

Aucun bémol dans la partition du Bluesman, ce mélange d'amour, de musique et de tragédie qui s'exprime à l'aide d'illustrations de caractère ne pouvant pas laisser sourd.

Par L. Moeneclaey
Moyenne des chroniqueurs
7.5

Informations sur l'album

Bluesman (Ariño)
Bluesman

  • Currently 4.50/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.5/5 (2 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.