Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Un peu de tarte aux épinards 2. Les épinards sont éternels

02/03/2020 1361 visiteurs 6.0/10 (1 note)

L ondres, siège du M-I6 britannique à Vauxhall cross. Avec un curriculum vitae aussi impressionnant, la réputation de 004 n'est plus à faire. Néanmoins, quand l'individu en question se présente au seuil de la porte du bureau, c'est loin d'être évident. Et oui, rondelette dans sa petite robe à fleurs et les cheveux en foufelle, Marie-Madeleine Madac Miremont, alias Machy, cache bien son jeu... ou pas ! Elle est juste nature quoi ! Sa nouvelle mission : infiltrer la mafia géorgienne en lien avec la Russie. Comment ? En séduisant le couple de cuisiniers du groupe criminel grâce à sa fameuse «space-tarte» aux épinards. Mais cela ne sera pas gratuit, en effet, la mère de famille est victime d'un odieux chantage, gare ! Les enfants, c'est sacré !

Il n'aura pas fallu attendre longtemps le retour de cette agent inattendue et pour le moins imprévisible. Philippe Pelaez (Puisqu'il faut des hommes, Maudit sois-tu...) ressert une part de la série la plus humoristique de son menu. La recette, des péripéties rocambolesques et farfelues, des personnages truculents et des jeux de mots à la pelle, le tout narré avec beaucoup d'énergie. La voix off de l'héroïne participe grandement au plaisir de lecture avec les expressions pittoresques qui font partie de son charme «rustique». Le lecteur rencontrera pêle-mêle une équipe de rugby, la reine d'Angleterre, des écureuils, des bandits sans vergogne et des men in black. Rien que ça.

Javier Sànchez Casado (Benjamin Blackstone) s'exprime avec un style vraiment sympathique, dans la lignée de celui de Jordi Lafevre, en parfaite adéquation avec le ton de l'album. Les protagonistes sont bien différentiés, avec leurs attributs propres et des effets comiques de bon aloi. Quant à la mise en page, du mouvement et de l'inventivité dans le cadrage, c'est tout bon.

Attention, Marie-Madeleine Madac Miremont est dans la place. Un peu James Bond, un peu Johnny English, bonne cuisinière et surtout maman, cette espionne malgré elle envoie du bois dans ce deuxième épisode qui part dans tous les sens, cependant, la mayonnaise prend, et elle est pimentée !

Lire la chronique du tome 1.

Par L. Moeneclaey
Moyenne des chroniqueurs
6.0

Informations sur l'album

Un peu de tarte aux épinards
2. Les épinards sont éternels

  • Currently 3.50/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.5/5 (10 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    SEB44 Le 23/04/2020 à 14:11:15

    Après un premier tome plutôt sympa, cette suite est lourde, potache et sans intérêt. On retrouve à peine les personnages du T1 qui rendaient cette famille très attachante, et le scénario manque totalement d'idée et "écriture".

    Jiefd64 Le 22/02/2020 à 14:30:28

    Un seul commentaire suffira : à mourir de rire ! On en veut encore des épinards. Si, si,... moi j’adore ça.