Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

L a combattante d’élite de l’an 2544, Wynn, est blessée. Oliver s’en occupe. Seulement, ce n’est pas par bonté d’âme. Effectivement, en furetant autour du trône de pierre découvert, quelques semaines plus tôt, en Perse, il a actionné accidentellement la machine à voyager dans le temps. La balade temporelle a très peu chamboulé le docker, qui mena, en 2020, des fouilles aux archives publiques. Il y apprit le jour de sa mort et aperçut une photo sur laquelle il identifia un autre corps. Une belle blonde étrangement vêtue. Étendue là. Morte. Tombé sur la plantureuse de retour à son époque (1874), le jeune Londonien espère survivre. Il aspire également à sauver la jolie archéologue, Béatriz Bentham-Rose, à chasser le parasite et, éventuellement, à amasser une petite fortune !

Après un premier volet laissant peu de répit aux interprètes, le scénario accélère une nouvelle fois, rebondissant de raccourcis bienvenus en pirouettes d’écriture. Chronomètre à la main, Stéphane Desberg presse ses héros afin que tous les événements, ou presque, soient rentrés dans l’ordre avant le top final. Pour ce faire, l’auteur élude les règles inhérentes au genre, notamment l’effet papillon. Le script ne se risque pas davantage à évoquer les boucles temporelles, qui condamnent habituellement les apprentis sorciers à vivre indéfiniment les mêmes situations. Épurée de ces contingences, l’histoire a toutefois esquissé trop de pistes. L’écrivain ne peut décemment toutes les soigner, et pourtant il ne tranche pas dans le vif. Le continuum est alors porté par l’action à profusion au détriment de la profondeur des interactions. Le compteur tourne en surrégime. Le récit s’emballe abandonnant le lecteur à quai.

Brusqué, Griffo ne tient pas véritablement ses personnages principaux, dont la forme des visages évolue encore en fonction des cadrages. Tenu par des délais de parution ramassés, l’artiste expurge en outre ses décors. Il compose ses pages avec de nombreux plans serrés, ce qui conduit à l’enchaînement de fonds de cases tristement vides. De manière surprenante, une scène à l’intérieur du métro est mise en image par une double planche. Le dessinateur encadre son trait de vignettes au format Scope. Ainsi allongées, elles imitent la longueur du subway anglais. L’intention est bonne, mais le dispositif ne présente pas d’intérêt narratif et, surtout, l’exécution est grossièrement détaillée.

Par ailleurs, la peinture de l’album ne transcende pas les faiblesses du titre. L’ensemble des temporalités adoptent une même technique de colorisation et les teintes des séquences sont plus contiguës qu’à l’occasion du précédent tome.

Oliver Page & les Tueurs de Temps résonne comme un rendez-vous manqué entre deux grands artistes du neuvième art et un public exigeant qui en veut pour son argent. Promptement édité, hâtivement lu et prestement oublié, le diptyque n’entrera pas au panthéon des œuvres de la bande dessinée. Enfin, qui sait ce que le futur nous réserve ?

Par Y. Machado
Moyenne des chroniqueurs
4.0

Informations sur l'album

Oliver Page & les tueurs de temps
2. Tome 2

  • Currently 2.50/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 2.5/5 (10 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    thieuthieu79 Le 16/02/2020 à 15:16:26

    Un léger mieux pour cette second partie. Le dessin est au niveau de son prédécesseur, mais l'histoire elle, évolue dans le bon sens. On gagne en rythme et en intensité. Les rebondissements s’enchaînent, les aller-retours dans le futur également, le tout intelligemment associé. Le scénario a donc tendance à gagner un peu en profondeur. Il a le mérite de nous tenir en haleine jusqu'au dénouement.
    Avec ce second tome, je persiste et je signe en disant qu'il aurait véritablement fallu faire un gros One-shot regroupant les 2 albums. L'ensemble aurait été d'une tout autre qualité et l'approche aurait été complètement différente. C'est vraiment dommage...

    MAL75 Le 16/02/2020 à 10:30:46

    le tome 1 démarrait bien... des parasites... des sauts dans le temps... un premier tome qui donnait envie.. 2 grands noms qui signent... un dessin variable mais attachant... On se laisse tenter et on achète...
    tome 2 ? "et soudain, c'est le drame"... scénario bâclé... dessin d'une qualité limite... fin en queue de poisson...
    Dommage, une tentative ratée. Vraiment dommage.