Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

USS Constitution 1. La justice à terre est souvent pire qu'en mer

03/02/2020 1729 visiteurs 7.0/10 (1 note)

B oston, année 1803. Un jeune homme du nom de Pierre-Mary Corbières embarque en qualité d'aspirant sur l'USS constitution, une imposante frégate à trois-mâts. Sa mission, avec celle de tout l'équipage, est de lutter contre la piraterie barbaresque en assurant une protection des navires marchands américains qui se font régulièrement piller. À son bord, le "bleu-bite" se familiarise peu à peu avec ses hautes fonctions, mais peine à s'imposer dans la camaraderie. La faute a un passé épouvantable qui le rattrape chaque jour davantage.

Au XVIIIème siècle, pour préserver ses marchandises, la flotte commerciale d'outre-Atlantique bénéficiait des escortes de la Royal Navy. Leur déclaration d'indépendance votée, l'Angleterre mit logiquement un terme à cette alliance. Les pirates du bassin méditerranéen profitèrent de la trêve pour se livrer à leurs basses besognes en harcelant les navires du nouvel État et les délester de leurs contenus. Dès lors et pour riposter, des bateaux gigantesques et surpuissants furent construits afin de prendre la relève et fournir un appui conséquent. L'USS constitution est l'un d'entre eux.

À la barre de cette nouvelle série d'aventures maritimes, Franck Bonnet, membre titulaire de l'académie des arts et science de la mer. Son scénario basé sur des faits historiques insère une partie romancée. Celle-ci prend forme à travers le parcours d'un jeune officier, dont l'incorporation et les débuts au sein d'un des plus majestueux et des mieux armés des vaisseaux de guerre s'avèrent délicats. En cause, une enfance traumatisante qui servira de fil conducteur à une intrigue qui se profile lentement, laissant entrevoir tout son potentiel en fin d'ouvrage. Le lecteur devra, dès les premiers miles parcourus, souquer ferme pour faire face à une déferlante de termes techniques et de vocabulaire marin. Heureusement, telle une bouée de sauvetage, la présence d'un glossaire bien achalandé viendra lui porter toute l'assistance nécessaire. Enfin, pour éclairer sa lanterne et valider l'ensemble, le scénariste a fait appel à son ami Marc Bourgne, un vieux loup de mer expert en la matière.

Également au dessin, l'auteur deVanity Benz et Les pirates de Barataria reste fidèle à ses principes et ses goûts. Graphiquement les planches sont superbes, incitant à arpenter les coursives du mastodonte. Les matelots arborent des traits et profils réalistes mais le plus beau réside dans les détails visuels des navires, les cadrages et les perspectives qui leur sont donnés. Avec peu de couleurs vives, le noir restant la teinte privilégiée et dominante, le travail est impressionnant, à tel point qu'il est à se demander si des photographies auraient eu de meilleurs effets.

Indépendamment d'une intrigue engageante, parce qu'il expose méthodiquement une foule considérable de renseignements, de connaissances et de reconstitutions minutieuses, La justice à terre est souvent pire qu'en mer permet de changer de cap pour se rapprocher non loin du livre documentaire, voire de l'encyclopédie.

Par D. Roy
Moyenne des chroniqueurs
7.0

Informations sur l'album

USS Constitution
1. La justice à terre est souvent pire qu'en mer

  • Currently 3.80/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.8/5 (5 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    thieuthieu79 Le 20/01/2020 à 15:42:28

    Je ne sais trop quoi penser de cet album...
    D'un coté, un dessin hyper réaliste et une représentation des voiliers magnifique, le tout appuyé par une histoire historiquement authentique et vraiment intéressante.
    De l'autre, une narration à la troisième personne (racontée par l'auteur), avec laquelle j'ai énormément de mal... Au lieu de vivre l'aventure à travers le regard et les mots de Pierre-Mary, elle nous ai raconter par l'auteur comme si c’était lui qui était sur l'USS Constitution. Ce genre de narration (que l'on retrouve sur le même principe dans les albums YokoTsuno de Roger Leloup), me dérange énormément.
    Si l'on y ajoute l'avalanche de vocabulaire et de termes purement techniques et maritimes, auxquels on ne comprend pas forcément grand chose (et ce malgré le glossaire de 4 pages en fin d'album), cela ne facilite pas du tout l'accroche à la série.
    Vu ce qu'il se passe vers la fin de l'album, je vais quand même tenter de m'accrocher à la suite en espérant qu'elle me transportera davantage que ce premier tome...

    kurdy1207 Le 18/01/2020 à 22:15:35

    Le dessin de Franck bonnet est vraiment au top mais cela n’est pas une surprise. Bien que je ne m’y connaisse pas beaucoup concernant les voiliers, les représentations de ceux-ci me paraissent vraiment sublimes. De ce côté-là… un pur plaisir pour les yeux, à voir et à revoir. L’idée de scénario me plait énormément pourtant je me suis un peu ennuyé devant la lenteur des évènements et la manière dont ils sont narrés. Il manque un je ne sais quoi… un peu plus de punch et de peps peut-être. La fin annonce certainement beaucoup d’action à venir, du moins je le souhaite ardemment.