Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Les métamorphoses 1858 3. Cochliomyia hominivorax

03/02/2020 1785 visiteurs 8.0/10 (1 note)

À la fin du deuxième tome des Métamorphoses 1858, Dinocampus Coccinellae, l’équipe des détectives aventuriers était en bien fâcheuse posture. Stanilas, à Barcelone, était drogué et fait prisonnier par Aristote Schrödinger, le traitre. Pendant ce temps, poursuivis par une horde de monstres non identifiés, lors de l'exploration d'une île méditerranéenne, son frère de lait, Joseph, et le capitaine Costentenus étaient contraints de sauter dans la mer, du haut d’une falaise. Quelques heures plus tard, ces derniers pénètrent de nuit dans la clinique de l’inquiétant docteur Antonio Moreno Del Aguila, cherchant des indices qui leur permettraient d’élucider les disparitions de jeunes filles à Paris, ainsi que l’existence de créatures aussi surprenantes que redoutables. Ils rencontrent une femme et une enfant, toute deux automates mais présentant de troublants signes de vie dans le regard et l’attitude. Puis ils découvrent l’étrange montage d’un cœur alimentant un buste squelettique dans une cuve. Surpris et menacés par Aguila, leurs questions fusent. Qu’est devenue Éléanore, son épouse ? Par qui ce dernier et Schrödinger sont-ils manipulés ? Qui est l’Architecte ?

Cochliomyia Hominivorax clôt la trilogie, dont la parution a débuté à l’automne 2018. Scénarisée par Alexie Durand et mise en image par Sylvain Ferret, qui réalisent là leurs premiers pas en bande dessinée, cette série est à la confluence de multiples sources, des romans gothiques à la Science-Fiction, en passant par le fantastique d’Edgar Allan Poe ou les visions de Jules Verne. L’univers graphique de Ferret se compose d’éléments empruntés aussi bien à l’école franco-belge, aux comics, aux mangas qu’au cinéma, le tout assaisonné au Steampunk.

Par-delà l’intrigue, fort bien menée et conclue, c’est à un voyage aux confins de la souffrance et de la folie qu’est convié le lecteur. Les fantasmes de résurrection et d’immortalité, quitte à tuer pour la gagner, sont les reflets d’esprits n’acceptant pas les limites de l’homme et sa finitude. Chacun se débat avec ses démons, qu’ils soient faits de sang, de chair, d’acier ou de névroses, et s’agite pour vivre le moins mal possible.

Rebondissements et action sont à nouveau au rendez-vous, avec de véritables personnages à l’épaisseur attachante. Le dessin, à la colorisation variée et pertinente, fait toujours appel à des perspectives audacieuses, à des jeux subtils entre avant et arrière-plans et à des plongées vertigineuses. Le plaisir de dessiner des objets est contagieux et contribue à édifier un monde riche et stimulant. Cette entrée dans le Neuvième Art est fracassante. Le vœu est émis que les deux artistes n’en restent pas là.

Par F.Houriez
Moyenne des chroniqueurs
8.0

Informations sur l'album

Les métamorphoses 1858
3. Cochliomyia hominivorax

  • Currently 3.57/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.6/5 (7 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Flitwoodmac Le 31/01/2020 à 10:28:22

    Une bonne surprise me concernant, j'ai été un peu déçu par le tome 2 et j’attendais le 3 avec impatience. Je le trouve bon et j'ai même été surpris par la fin, ce qui est une chose rare...
    Le dessin est très beau mais parfois sombre et dans ce cas il faut passer du temps a l'analyser pour bien comprendre la scène.

    thieuthieu79 Le 18/01/2020 à 14:38:21

    Clap de fin pour cette magistrale série qui a su véritablement révolutionner le genre. Dans la lignée de ses prédécesseurs à tout point de vue, ce dernier opus, nous régale de scènes d'action et de rebondissements. Les zones d'ombres s’éclaircissent enfin, les interrogations trouvent leurs réponses et tous les éléments de la trame mis en place depuis le début, s'imbriquent parfaitement bien. Pour rendre tout cet ensemble cohérent, il ne faut pas hésiter à lire et relire les 3 tomes afin que chaque détail, tant au niveau scénario que dessin, soit bien perceptible et permette de donner un sens à l'oeuvre complète.
    Ainsi, tous les points négatifs que j'avais émis pour le second tome n'en sont finalement plus.
    Toujours de très haut niveau et de très grande qualité graphiquement parlant, on se régale encore de part l'approche cinématographique de l'ensemble. La conclusion et l'épilogue en sont d'ailleurs de parfaits exemples.
    Pour leur première collaboration et leur première oeuvre, Alexie Durand et Sylvain Ferret sont rentrés dès le début dans la cour des grands. Ce sont 2 auteurs qui ont su me séduire et dont je suivrais le parcours de prêt.

    docteur fil Le 12/01/2020 à 17:06:33

    Quel dommage : malgré un dessin réellement excellent, le scénario manque de lisibilité, et cela gâche l'ensemble. Ensuite, il y a trop de pages de poursuites ou de bagarres sans dialogue.
    Deux jeunes auteurs au fort potentiel, mais qui doivent encore progresser...