Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

1989, les praticiens sont subjugués à la suite d’un accouchement. L’enfant naît adulte et il possède « le regard ». Ses premiers mots, lancés quelques minutes après sa mise au monde, le distingue du commun des mortels : « ze veux un crayon ». Le pseudo-gamin a déjà l’ambition de devenir le fleuron des dessinateurs de la planète. Mais, il fera mieux. Il incarnera l’élite des scribouillards de l’Univers. L’ultime Comic Beast !

Pour sa première publication, Chariospirale construit un récit décalé sur la vie d’un créateur de bande-dessinée où le non-sens succède à l’absurde. Le protagoniste principal, presque quasi unique, est porté par des objectifs messianiques transcendants. Il ignore la raison de sa passion dévorante pour l’illustration qui le prend dès la séquence inaugurale de sa propre naissance, allégorie évidemment de l’éveil d’un auteur. Suivent des événements un peu foutraques, pas toujours drolatiques, mais dont l’intérêt est de porter ce personnage au firmament, avant qu’il ne subisse un échec. Passer sous les Fourches Caudines le contraint alors à se remettre en question. Le scénariste évoque ainsi le doute puis la peur d’être réduit à une œuvre n’ayant pas rencontrée son public.

Les influences graphiques qui transparaissent dans le livre sont principalement à retrouver dans la scène indépendante française, en particulier les artistes Antoine Marchalot, Morgan Navarro, Delphine Panique, Pierre Ferrero ou encore Olivier Texier. Inséré à l’intérieur d’un gaufrier essentialisé, le style penche plutôt vers de la ligne claire avec un supplément d’effets informatiques, notamment des ombres colorisées ou des ajouts d’éclats de lumière. Les visages dérangent volontairement : des petites dents perdues au milieu de bouches énormes et déformées, des veines à profusion et surtout des litres et des litres de transpiration. L’ensemble génère un sentiment d’antipathie à l’égard des interprètes de papier. Quant aux aplats de couleurs, ils distinguent les plans afin de faciliter la lecture, sans que les fonds de cases soient singulièrement détaillés. Finalement, la gamme chromatique met à l’honneur des dégradés de verts et de rouges à mesure que la narration bascule en direction de la science-fiction, voire du n’importe quoi !

En somme, Le Meilleur Dessinateur de tous les temps est une fausse biographie assumée et tout à fait frappadingue qui se découvre rapidement et laisse un arrière-goût d’incompréhension. Le but est-il atteint ? Aucune idée.

Par Y. Machado
Moyenne des chroniqueurs
5.0

Informations sur l'album

Le meilleur Dessinateur de tous les temps

  • Currently 0.00/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Notez l'album (0 vote)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.