Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

L ointain parent de la famille Poissart (Didier Tronchet) et sûrement ancien camarade de promo de Dilbert et Wally (Scott Adams), Martin Grospeiller ne fait pas vraiment partie des winners de la société d’aujourd’hui. Socialement inapte et intellectuellement ailleurs (histoire de rester poli), il fait ce qu’il peut pour mener sa vie. Afin de meubler sa solitude, il a un chat et s’est récemment acheté une poupée gonflable qu’il a surnommée Wilson. Au retour des vacances, il hésite entre s’engager dans le terrorisme ou, si ça ne marche pas, d'inviter la jolie secrétaire qui travaille à ses côtés. On verra bien.

Ironie grinçante, deuxième degré façon Deschiens et, mine de rien, un portrait dramatique de quelques traumas de l’époque, L’existence relativement sordide de Martin Grospeiller suit ce héros de rien dans ses occupations quotidiennes. Lénaïc Vilain (Bons baisers d’Iran) ne lui épargne rien, mais il faut bien l’avouer, Martin ne fait pas beaucoup d’efforts non plus. Cependant, sa maladresse chronique et son aplomb inébranlable face à l'adversité finissent par le rendre presque attachant. Techniquement, l’auteur exploite très adroitement les possibilités narratives du strips. Il utilise à bon escient les quatre cases à sa disposition et surprend souvent le lecteur avec des chutes inattendues et évidemment très drôles.

Réalisation graphique d’excellente tenue, très bonne gestion d’un format exigeant et certainement plus profond que pourrait suggérer au premier abord son humour vachard, L’existence relativement sordide de Martin Grospeiller s’avère être une agréable surprise de ce début d’année.

Par A. Perroud
Moyenne des chroniqueurs
6.0

Informations sur l'album

L'existence relativement sordide de Martin Grospeiller

  • Currently 0.00/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Notez l'album (0 vote)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.