Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Walking Dead 33. Épilogue

13/01/2020 7975 visiteurs 7.5/10 (4 notes)

D ébuté en 2003, le blockbuster signé Robert Kirkman et Charlie Adlard (qui remplaça Tony Moore après six numéros) connaît enfin sa conclusion. Seize ans, quatre mille six cents pages réparties en cent quatre-vingt-treize épisodes (eux-mêmes rassemblés en trente-trois volumes), plus de deux cents personnages, quelques dizaines de milliers de zombies et pas moins de deux séries télé en prime, ces chiffres impressionnants n’expliquent pas à eux seuls le succès de cette entreprise devenue empire. Initialement, une histoire d’un genre alors passé de mode, The Walking Dead a, contre toute attente, permis la renaissance du récit de morts-vivants post-apocalyptique. Le coup de génie du scénariste tient dans la manière dont il a toujours délaissé le pourquoi de l’apparition des Marcheurs pour se concentrer exclusivement sur ses héros. Rester en vie, oui, en premier lieu, mais, surtout, comment faire pour vivre ensemble, éviter les erreurs du passé et reconstruire une société plus solide ? Voilà la vraie essence qui a animé les aventures de Rick, Michonne, Andrea et des autres survivants.

Kirkman raconte qu’il avait prévu l’ultime scène, le dénouement et l’image de la fin depuis le tout début. Restait à résoudre un problème : y arriver naturellement et honorablement, tant pour l’éditeur que les lecteurs et les protagonistes. Cela a failli être le cas aux environs du numéro soixante-douze, à Alexandria, et puis non. Il y avait encore du matériel intéressant à développer. Peut-être jusqu’à un symbolique numéro cent ? Finalement, ça sera un peu plus. Pourquoi cent quatre-vingt-treize et pas deux cents alors ? Peu importe, le moment était arrivé et la situation – les événements découlant de la découverte du Commonwealth – permettait de mettre parfaitement en place la dernière pierre à l’édifice. Sans déflorer son contenu : celle-ci s’avère logique, percutante et pleinement satisfaisante.

Massif, riche en émotions, parfois énervant, cette fois, c’en est fini des Walking Dead. Les auteurs ont fait leur choix et même s’ils n’ont pas toujours su éviter de surjouer leur partition, ils ont conservé intact le plus important : le cœur de leur dramaturgie. Et maintenant que les morts sont… morts, place aux vivants !

Par A. Perroud
Moyenne des chroniqueurs
7.5

Informations sur l'album

Walking Dead
33. Épilogue

  • Currently 4.00/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.0/5 (1 vote)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    philjimmy Le 23/01/2020 à 07:26:57

    Commençons par la conclusion, qui est la plus importante. Et c'est la même que Lacazdelonclepol : Walking Dead restera dans ma bibliothèque.
    Pas besoin de refaire l'histoire. Tout a été dit sur cette série qui restera une œuvre majeure de la bande dessinée. Et cette histoire se finit en beauté. Ce trente troisième volume court est un aboutissement parfait pour cette série ou les morts vivants n'ont été qu'un prétexte pour imaginer quelles pouvaient être les ressources de l'homme face à la terreur permanente. Ce tome 33, qui plus est, est d'un excellent niveau scénaristique. Certes, l'histoire finit de manière optimiste et positive, mais Robert Kirkman n'oublie pas de souligner que l'humanité est exceptionnellement douée pour vite oublier les horreurs du passé , et est souvent prête à recommencer les mêmes erreurs.
    Mais qu'est ce que ça fait du bien de ne pas être frustré de la fin d'une série aussi longue. Respect.

    jmperez zapico Le 18/01/2020 à 18:25:41

    Ben voilà, c'est fini. Et Franchement chapeau. On a tellement vu par le passé de séries qui n'en finissaient plus de finir et qui se perdaient dans les méandres de prolongements ineptes poussés par le mercantilisme. Là, ça tient la route jusqu'au bout. Je sais, certains diront que la série a connu certains moments d'égarement mais sincèrement, rien de délirant. Kirkman exprime magnifiquement bien dans un texte qui conclue cet épilogue, tous ses efforts à faire rebondir l'histoire, à créer des personnages pleins de courage, de faiblesses, enthousiastes et pathétiques, attendrissants et cruels, en se posant de vraies questions de scénariste pour que l'intrique ne soit pas surfaite, niaise ou réchauffée. Prendre le parti de décrire la tragédie des femmes et des hommes confrontés au chaos plutôt que de s'étaler sur la monstruosité des méchants zombies en le faisant de façon humaine, psychologique, cruelle et sensible, a été une véritable réussite. Pendant toutes ces années j'ai attendu avec patience la parution de l'épisode suivant. Je l'achetais quasiment chaque fois le jour de sa sortie, et je le lisais en une paire d'heures dans la foulée. Je prenais le temps, je dégustais et ... rongeais mon frein jusqu'à la parution suivante. Walking dead est devenu au fil du temps une oeuvre majeure et populaire de la bande dessinée. Merci Kirkman, Adlard et tous ceux qui ont collaboré à la réussite de ce monument, cette série fait partie de votre vie et de la nôtre.

    Lakazdelonclepol Le 18/01/2020 à 10:47:35

    L'achèvement d'une série fleuve est toujours un exercice très périlleux, Robert KIRKMAN, comme il s'en explique en toute fin d'album, a su terminer de façon inventive, intelligente et maîtrisée cette saga qui entre au panthéon de la BD.
    Enfin une oeuvre bien achevée, qualité qui fait défaut à bon nombre de séries interminables ou dépourvues de dénouement.
    WALKING DEAD restera dans ma bibliothèque.