Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Ratafia delirium 1. Le mal blanc

13/01/2020 1789 visiteurs 6.0/10 (2 notes)

I l est dit qu'au beau milieu d'une planète peu connue, d'une petite source coulerait… L'eau de jouvence ! Au pied de la fontaine, Romuald et ses compagnons marins pensent qu'il serait bon tout de même de vérifier la véracité de la légende. Qui va goûter le breuvage magique, enfin, s'il l'est bien ? Gaspard, volontaire un peu forcé, trempe ses lèvres et perd soudain ses couleurs, se transformant en blanco. Il a attrapé le mal blanc ! Un zombi quoi… L'épidémie s'attaquant à vitesse grand V aux membres du Kouklamoon, il est impératif de trouver un remède, cependant, aux confins de l'univers, autant chercher une aiguille dans une botte de foin.

Comme l'a fait Arleston avec Lanfeust, Nicolas Pothier emmène les flibustiers de l'infortune en apesanteur. Le pire ratage en matière d'équipage, la pire raterie sur mer s'envoie donc en l'air ! La recette est la même, d'accord, mais toujours aussi savoureuse. Les multiples références et clins d'œil au genre du space-opéra (Star Wars, Albator, Mars attack...) abondent et les calembours et autres jeux de mots tirés par les cheveux (avale-t-il un clown chaque matin ?) parsèment les dialogues régulièrement, à tel point que le lecteur en cherche parfois là où il n'y en a pas. Preuve qu'après huit tomes, le scénariste en a encore de pleines charrettes ! Des morts-vivants, un trésor en «bitcogne», des extra-terrestres, une île déserte… Ah, quand même ! De cette situation loufoque, le fan ne se lasse pas et en redemanderait bien une suite.

Frédérik Salsedo reprend les crayons pour ce spin off. Pas rouillé pour un sou depuis le tome où il avait passé le flambeau à Johan Pilet, il se débrouille aussi bien sur l'eau que dans l'espace. Ces trognes de travers et ses mimiques expressives restent poilantes et finalement, attachantes.

Cette incursion intersidérale permet d'élargir le champ des possibles en matière d'humour et de parodie, elle laisse un goût de reviens-y.

Par L. Moeneclaey
Moyenne des chroniqueurs
6.0

Informations sur l'album

Ratafia delirium
1. Le mal blanc

  • Currently 0.00/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Notez l'album (0 vote)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    minot Le 20/01/2020 à 14:28:42

    A l'instar de ce pauvre Lanfeust, RATAFIA a droit à sa version SF. Et comme on pouvait le redouter, ce n'est guère enthousiasmant. Si l'humour et les blagues fonctionnent encore pas mal, et que les nombreuses références sont amusantes, hélas la dégradation affligeante du dessin est le gros point noir de cet épisode, ce qui entache pas mal le plaisir de lecture. Comparez avec la série originelle et voyez à quel point le dessin de ce nouvel opus est d'une triste banalité ! Est-ce dû à un timing de parution trop serré ? Un manque d'enthousiasme du dessinateur ? Je n'en ai aucune idée, mais le résultat est extrêmement décevant.