Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Muertos

02/01/2020 2530 visiteurs 7.0/10 (3 notes)

À l'hacienda, les femmes triment et les hommes palabrent, quoi de plus normal. Soudain, des cris brisent ce quotidien. Une horde d'individus pris de folie envahit la cour et sème la panique. Bourgeois, contremaîtres et paysans se regroupent, prennent les armes et se tiennent les coudes en cette occasion, faisant fi du rang et de la hiérarchie afin de repousser cette vague de violence. Cependant, cette solidarité forcée se fissure rapidement pour faire resurgir les comportements primaires.

Après un monde de glace (Celle qui réchauffe l'hiver) et la grisaille de la ville (Macadam Byzance), Pierre Place livre une intrigue aride et étouffante. Aussi macabre que mouvementé, Muertos est autant un pur divertissement empruntant aux westerns spaghetti qu'un ouvrage plus profond, comme peuvent l'être certaines œuvres «zombiesques» inspirées de Georges Romero. Le scénariste met en scène son idée des comportements poussés à leur extrême dans les situations de chaos, sur un fond de folklore mexicain très bien rendu, avec notamment la célèbre Muerte. Malgré un nombre de personnages assez important, le lecteur s'y retrouve facilement car ils possèdent leur personnalité propre. Sortent du lot l'idiot, la brute et le poète mais surtout, les riches et les pauvres. Les femmes ne sont pas en reste, elles apportent leur courage et leur sagesse. Muertos ne se cantonne donc pas qu'au récit horrifique mais il propose également une réflexion sur la confrontation entre les réflexes viscéraux et la morale. La gestion du rythme est équilibrée entre les scènes d'action et les dialogues, le suspens est au rendez-vous.

L'ambiance et le style des illustrations rappellent grandement le récent Mondo Reverso. Avec un trait semi-réaliste et un noir et blanc habillé d'aplats de gris, l'artiste propose une excellente partition. Son travail sur le cadrage et le choix des plans génèrent une belle fluidité, autant dans l'action que dans les séquences tendues. De jolies reconstitutions de décors du désert mexicain parsèment les planches et quelques pleines pages ravissent l'œil.

Sang froid et sang chaud se bousculent et se mélangent dans ce récit choral qui décrit la lutte pour la survie sur fond de croyances sud-américaines et de classes sociales. Un très bon moment de lecture, brillamment illustré.

Par L. Moeneclaey
Moyenne des chroniqueurs
7.0

Informations sur l'album

Muertos

  • Currently 0.00/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Notez l'album (0 vote)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    jmperez zapico Le 19/01/2020 à 20:01:11

    Muertos, c'est mortel, une tuerie! Tout d’abord l'objet album, superbe ouvrage cartonné au dos toilé qui sent bon le livre chaud et qui tient bien en main. On a de suite envie de le dévorer. Puis vient le graphisme, précis, élégant, valsant entre de denses aplats de noirs, lumières fines et contre-jours. Pierre Place maîtrise de mieux en mieux son art pour le plaisir de nos yeux. S'en suit la mise en page, des cadrages qui donnent de la minuscule vignette à la double page, la caméra qui surplombe ou qui rampe, un graphisme maîtrisé qui pose l’étonnement, la stupeur, puis la terreur sur les visages. Puis monte l’histoire, qui relève plus un scénario de thriller que de western. La tension est là dès les premières cases jusqu'à la toute dernière. Les cavaleras (qui ne sont pas zombies, faut pas tout mélanger!) engagent une poursuite mortelle derrière un groupe qui représente, par sa composition la société mexicaine du début du 20° siècle, juste avant la Révolution. Mais de cet album pourtant splendide, se pose la question d'un récit trépidant, certes, mais somme toute linéaire, une traque sans merci qui ira jusqu’au bout de sa logique ultime, sans digression, ni retournement. Même si l'on aurait pu attendre quelques sursauts scénaristiques dans le récit de cette aventure délicieusement cadavérique, je trouve que cet album est un évènement graphique exceptionnel en ce début d'année, une prouesse, une réussite qui finalement... m'a tué.

    DjDav50 Le 13/01/2020 à 12:53:01

    De cet album, je dirais qu'il y du sel, mais pas le poivre nécessaire pour que celui-ci mérite la note maximum. Dessin agréable, bon story board, scénario haletant, seulement voilà, on nous parle de zombies, sans vraiment connaître l'origine de leur mutation. Alors certes, les zombies sont des morts-vivants qui sortent de leur tombe, et qui tuent tout sur leur passage sans faire de pitié, mais là, on se retrouve avec une chef zombie qui cherche à se venger d'un des personnage, accompagnés d'autres zombies qui arrivent d'on ne sait où. Personnellement, j'aurais aimé connaître le pourquoi des zombies.