Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Neonomicon

15/12/2019 2104 visiteurs 7.0/10 (2 notes)

L 'agent spécial Aldo Sax enquête sur une série de crimes aussi inexplicables que sordides. Cet enquêteur aux méthodes inhabituelles, basées sur l'analyse des anomalies, les relie rapidement au Club Zothique, une boîte underground où circulerait une étrange drogue : l'Aklo. Ce qu'il découvre le fait basculer dans la démence. Deux ans plus tard, le FBI reprend l'affaire, sur les traces de cercles occultes liés à l'oeuvre de H.P. Lovecraft.

Autant ne pas tourner autour du pot, Neonomicon ne fait pas partie des œuvres majeures d'Alan Moore. Loin de là. De plus, il faut sans doute être un fin connaisseur du travail du créateur du Cauchemar d'Innsmouth pour apprécier pleinement cette transposition moderne de son imaginaire. Le but affiché est de réinterpréter de manière contemporaine son univers horrifique extrêmement codifié. Mais n'était-ce pas une solution de facilité que de s'enfermer dans un canevas à la X-Files ? Le scénario prend le parti d'exploiter frontalement les sous-entendus sexuels présents dans l'oeuvre originale. Il en découle de longues scènes orgiaques à ne pas mettre devant tous les yeux. Autant être prévenu, cet ouvrage est à réserver à un public averti. Il choisit aussi de contrebalancer l'atmosphère irréelle et phobique par un contexte résolument moderne et mainstream. Ce faisant, il privilégie des ingrédients franchement triviaux, comme l'insistance lourde sur l'addiction au sexe de l'un des agents du tandem Mulder&Scully-esque et le recours à tous les lieux communs des séries policières de deuxième partie de soirée.

Le recueil se compose de deux récits. Le premier, La course, est une adaptation d'une nouvelle d'Alan Moore par A. Johnston qui relate les événements subis par Sax. Il propose pour un parti-pris visuel assez radical : la mise en page se composé presque exclusivement de grandes cases verticales, induisant une forme de vertige qui fonctionne assez bien. Le deuxième, Neonomicon, un scénario original illustré par Jacen Burrows, opte pour un composition à dominante horizontale. L'effet est plus statique et moins convaincant. La mise en couleur joue ostensiblement sur des teintes glauques pour accentuer le malaise. Mais le choix d'une colorisation clairement informatique produit un rendu trop artificiel pour être réussi.

Un aficionado de Lovecraft le verra sans doute différemment, mais pour un lecteur qui ne voue pas d'admiration particulière à cet auteur, le résultat est étrangement bancal. Neonomicon combine une intrigue-prétexte quelconque, qui ne s'éloigne guère des sentiers balisés du récit de genre, une mythologie ésotérique à laquelle il faut être sensible et une complaisance auquel le scénariste de Watchmen n'a pas habitué. Les quelques séquences oniriques paraissent lourdes et trop démonstratives. Le conclusion en elle-même se révèle extrêmement prévisible. Le public visé est sans doute très restreint, à la fois adepte de l'horreur phobique et abstraite de Cthulhu et des codes de thrillers télévisés. Pour qui n'est sensible ni à l'un, ni à l'autre, le produit est plutôt indigeste.

Par T. Cauvin
Moyenne des chroniqueurs
7.0

Informations sur l'album

Neonomicon

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    onehmouninehl Le 20/12/2019 à 13:27:23

    Mise en bouche avant la série Providence - qui serait bien obscure sans la lecture de ce livre, cet album est à prendre comme une gourmandise coupable... Jouant sur le mythe de Cthulhu et le fond de commerce de l'éditeur US originel, Moore se fait plaisir en mettant en place des éléments qui, dans la série Providence, serviront son propos (que l'on retrouve aussi à la fin de From Hell) sur la temporalité. Un peu abstrus comme ça mais à ne pas lire sans sa suite.