Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Le chat du Rabbin 9. La Reine de Shabbat

02/12/2019 941 visiteurs 7.0/10 (2 notes)

P as facile la vie de rabbin, veuf avec, en plus, une gamine qui sera bientôt une femme. En fait, elle en est déjà une, il n’y a que la figure paternelle qui l’ignore. Le prêcheur adore sa fille et il a du mal à la voir vieillir. Mais si ce n’était que ça ; la demoiselle possède un chat et lui aussi se veut possessif. Entre les deux, Zlabya se sent à l’étroit. En mal d’émancipation, elle fugue chez son amie Oreillette avec qui elle entreprend de braver les interdits, notamment en se comportant comme un homme. Allez savoir si cet album n’a pas un petit côté féministe.

Ce neuvième tome du Chat du rabbin, qui se situe entre les deux premiers, apparaît plutôt sympathique. Comme à l’habitude, si l’auteur se moque gentiment du judaïsme et de sa complexité, cela dit, il fait surtout la démonstration que les pères et leur progéniture sont tous les mêmes. Les uns désirent que rien ne change, alors que les autres ont la prétention de bousculer l’ordre établi. Au final, rien n’est vraiment sérieux, le ton se montre allègre, le récit est rythmé et le bonheur de toutes les planches. Peut-être le scénario est-il un peu court et les nombreux intermèdes animés par le Malka des lions plus ou moins utiles, mais pourquoi diable bouder son plaisir ?

Le dessin de Sfar reste unique. Un trait tremblotant, tout en courbes, sans pour autant sembler approximatif. Les décors fourmillent de détails et les personnages sont expressifs, particulièrement leurs regards. Les couleurs de Brigitte Findakly demeurent très belles, toujours dans des teintes chaudes, avec beaucoup de rouge, d’orange et de jaune. Par moments, le bédéphile regrette toutefois de ne pas mieux distinguer le coup de pinceau de l’artiste.

Une fable charmante et enjouée.

Par J. Milette
Moyenne des chroniqueurs
7.0

Informations sur l'album

Le chat du Rabbin
9. La Reine de Shabbat

  • Currently 5.00/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 5.0/5 (1 vote)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    docteur fil Le 19/11/2019 à 18:26:31

    Sans aucun intérêt.
    Du bla-bla, du bla-bla.
    Où sont passées l'inventivité et la créativité des premiers tomes ???
    Pas pu le lire jusqu'au bout : ça devient vraiment du n'importe quoi!

    minot Le 05/11/2019 à 15:58:17

    Ce que j'ai vraiment aimé dans cet album, c'est de retrouver un chat plus drôle et irrévérencieux que jamais, comme on l'avait découvert au tout début de la série. Du coup la lecture est franchement marrante, et cet album (qui traite entre autre des clichés dont sont victimes les juifs, de l'émancipation des adolescents vis-à-vis de leurs parents et du manque de libertés accordées aux femmes par les hommes) est l'un des plus comiques de la série.
    Le dessin est bien sûr toujours aussi débridé, et il faut faire avec.