Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

E n pleine guerre, à quelques kilomètres du front, le commandant Von Schaffner et quelques hommes écument les campagnes françaises et font main basse sur tout ce qu'ils trouvent. L'armée tricolore a d'autres préoccupations, aussi, par l'intermédiaire du colonel Desjoyaux, elle demande au Capitaine canadien Ernest Keating d'envoyer ses soldats d’élite et notamment Joseph Odawaa régler ce « problème ». Véritable légende dans son camp comme dans celui de ses ennemis, ce fils « d'une Française et d'un indien Cree » est aussi insaisissable qu'efficace et sans pitié...

Avec La ballade du soldat Odawaa, Cédric Apikian signe sa première incursion dans le neuvième art. Pas totalement novice dans ce médium - il a créé l'émission PifPAFPoum - il est accompagné de Christian Rossi (dessins) et de Walter (couleurs) - rien que ça ! - pour transposer ce récit en bande dessinée.

Mélangeant les clins d'œil et les références historiques (si Francis avait eu une balle de plus...) autant que cinématographiques (Sergio Leone, Le Stalingrad de Jean-Jacques Annaud, la violence de Peckinpah), les auteurs offrent un récit aux multiples inspirations. En premier lieu, celle des Indiens canadiens ayant pris part à la Première Guerre mondiale. À cette source, souvent méconnue, s'ajoutent pèle-mêle des ingrédients de western, la thématique de la vengeance, la maîtrise de l'information ou la question de la déshumanisation des soldats et des prisonniers en temps de conflit. Le scénario, habile et retors, ne laisse que peu d'espoir et de répit, tant dans la nature des hommes que quant à l'issue. La lecture, cadencée et s'appuyant sur des dialogues ciselés, devient vite prenante et demandera une immersion totale pour ne pas se perdre en conjectures erronées.

La mise en scène de Christian Rossi qui aime se mettre en danger et n'hésite pas à faire une nouvelle fois évoluer son dessin pour coller à la tonalité de l'histoire, est impeccable. Moins gratté que pour son précédent ouvrage, Le cœur des Amazones, le trait de l'artiste n'en reste pas moins précis et efficace. Rappelant par moments ce que Fabien Bedouel propose dans la trilogie Darnand chez Rue de Sèvres, un autre récit de guerre, le dessinateur de Deadline joue de l'encrage pour appuyer ses contre-jours et ses clairs-obscurs afin d'accentuer les ambiances sombres et mornes des décors et du contexte. Entretenant le flou sur l'existence et l'identité d'Odawaa jusqu'à l'ultime séquence, les auteurs sèment indices et fausses pistes avec métier et tiennent en haleine les lecteurs. Si la révélation, concise autant que brutale, en étonnera plus d'un, force est de constater qu'ils sont parvenus à parfaitement ménager leur effet.

La ballade du soldat Odawaa se révèle à la fois une entrée remarquée dans le 9ème art pour Cédric Apikian et une occasion de plus de donner envie de suivre la carrière, de profiter une fois de plus du talent de Christian Rossi. Et qui sait, peut-être est-ce le début d'une collaboration fructueuse (un préquel est évoqué) en attendant la version grand écran.

Lire la preview.

Par M. Moubariki
Moyenne des chroniqueurs
7.0

Informations sur l'album

La ballade du soldat Odawaa

  • Currently 4.53/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.5/5 (17 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Shaddam4 Le 29/04/2020 à 19:42:07

    Pour son nouvel album, le vétéran Christian Rossi s’est associé à un nouveau venu dans le clan des scénaristes. Après son épisode sur les amazones que j’avais personnellement trouvé assez moyen scénaristiquement c’est une bonne nouvelle et je dois dire que le courant semble être passé excellemment entre les deux lorsque l’on regarde le rendu final, un one-shot sur un concept du reste assez classique mais à la construction complexe loin d’être évidente.

    Le Front français de 1915 est noir comme une nuit éternelle. Dans cet enfer les soldats allemands le redoutent plus que l’assaut, plus que la mort. On le dit partout, capable de vous attraper où que vous soyez. Il serait immortel, envoyé par le diable même. Est-ce un soldat? On l’appelle Odawaa.

    L’ouvrage est présenté comme un western et je dois dire qu’il en revêt les thèmes et l’aspect mythique, presque fantastique. Le théâtre du front de 14/18 a beaucoup été abordé en BD, souvent de façon historique, parfois de façon fantastique, le plus souvent dans une veine lovecraftienne compréhensible et qui semble beaucoup inspirer les scénaristes. Ici le référent serait plutôt l’excellent Cinq branches de coton noir sorti début 2018 et qui utilisait cette fois la seconde guerre mondiale pour envoyer un commando noir derrière les lignes allemandes pour récupérer le premier drapeau de la Nation libre américains, aux mains d’un officier nazi collectionneur de reliques… On retrouve dans Odawaa l’idée du commando indigène (des indiens canadiens formant une équipe de snipers redoutables), la noirceur visuelle semblant reprendre la forme du « duel » final d’Apocalypse now, mais surtout l’aspect indéterminé: jamais nous ne savons si nous sommes dans un cauchemar, maintenant, avant, dans le réel ou non. Car le cœur de l’album est bien la figure d’Odawa, fantôme de terreur dont l’ombre parcourt subrepticement les pages de l’album comme les chants poétiques récités par son officier. [...]

    Lire la suite sur le blog:
    https://etagereimaginaire.wordpress.com/2020/04/29/la-ballade-du-soldat-odawaa/

    kergan666 Le 29/12/2019 à 20:04:00

    j'ai eu un peu de mal à commencer l'album car les dessins me paraissaient beaucoup trop noirs et pas assez détaillés à mon gout d'habitué du style Franco-Belge.
    mais très vite l'oeil se fait au dessin et les détails apparaissent.
    la comparaison avec les westerns est parfaitement adaptée.
    tout y est, la chasse à l'homme, les duels, la vengeance et bien évidement les indiens.
    ces derniers n'étant pas les guerriers que l'on s'attend à trouver sur les champs de batailles de la première guerre mondiale...
    en définitive, un très bon album parfaitement dessinée et bien construit avec un fond historique.

    Yovo Le 02/12/2019 à 20:09:22

    Mon avis est basé sur l’édition noir & blanc, une version splendide que je recommande. Elle permet de mieux apprécier encore le dessin de Christian Rossi qui atteint la perfection sur certaines planches. Nuits boueuses, snipers planqués dans les ruines, bois brumeux… les ambiances de la 1ère guerre mondiale reprennent les codes du western et sont magistralement rendues. Les 7 pages de prologue sont un chef d’œuvre !

    Le scenario de Cédric Apikian est parfaitement maitrisé lui aussi, riche d’action, de tension et d’affrontement psychologique. Il monte en puissance au fil des pages jusqu’au dénouement, intense et fascinant. On peut toutefois reprocher à la narration d’être parfois dense et de manquer de fluidité. C’est un peu dommage, certes, mais l’album reste d’une qualité exceptionnelle. A classer dans les meilleurs de 2019. A lire absolument !!

    bobhard Le 17/11/2019 à 15:55:28

    Un magnifique récit crépusculaire dans le no man's land des tranchées de la première guerre mondiale.Le scénario de Cédric Apikian est digne d'un des plus beaux films de Sergio Léone Le Bon, la Brute et le Truand), et l'on suit avec passion la traque des différents protagonistes aux intérêts divergents.
    Les couleurs de Walter et les dessins de Christian Rossi nous plongent dans la boue et l’âpreté de la première guerre mondiale et certains plans nous rappellent l'admiration des auteurs pour le cinéaste italien Sergio Léone.
    Bref, un superbe one-shot, qui de plus éveille l'intérêt du lecteur sur la présence méconnue de soldats amérindiens dans l'armée canadienne en 14-18.

    Ganix Le 11/11/2019 à 18:37:20

    Christian Rossi impressionne une nouvelle fois par sa maitrise graphique, les scènes guerrières d'Odawaa, le final de l'abbaye.
    Le scénario quant à lui est âpre et surprenant, on aimerait au final en savoir davantage sur l'histoire de ces soldats amérindiens.
    Chaudement recommandé, une excellente lecture.

    judoc Le 10/11/2019 à 13:00:23

    "La ballade du soldat Odawaa" est à la BD ce que "Stalingrad" (le film de Jean-Jacques Annaud) est au cinéma ; un "truc" à part.

    Au delà des tireurs d'élite commun à ces deux œuvres, l'album grâce à un dessin sec, précis et ténébreux, réussit à retranscrire l'atmosphère glauque et poisseuse qui devait régner sur le front à l'époque. Le scénario, torturé, n'est pas en reste et nous maintient le nez dans la boue jusqu'à la toute fin de l'album.

    Passionnant et original, l'intro "western sauvage au cœur du no man's land" évoqué en preview de l'album sur le site colle parfaitement à l'histoire.

    Indispensable à lire, mais déjà difficile à trouver en librairie. La vie d'un one-shot dans les rayons semble décidément bien courte.