Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Azimut (Lupano/Andréae) 5. Derniers frimas de l'hiver

12/11/2019 1666 visiteurs 8.0/10 (2 notes)

L ’immortalité de l’une pourrait provoquer le trépas de tous les autres… mais l’inéluctable ne l’est peut-être pas tant que cela…

Fin de cycle aux allures de feux d’artifice pour Azimut, œuvre aussi poétique que déconcertante.

Avec le fil du temps comme trame de fond, Wilfrid Lupano a construit - en cinq albums - une saga abracadabrantesque où la réalité nourrit une fiction, de prime abord, des plus extravagantes. Toutefois, sous couvert de fantaisie et d’humour, les messages sont pourtant là ; à l’instar de ce lapin givré qui provoque un refroidissement climatique qui met le feu au Petitghistan et jette, sur les routes encombrées de manchots ample-heures, des cohortes de "réfugelés" !

L’attrait, comme le succès d’Azimut, est d’avoir, parallèlement à la dimension onirique du propos, su développer un univers graphique à l’unisson. Pour l’occasion, le trait de Jean-Baptiste Andréae fait merveille. Volubile sur l’expressivité et la physionomie de ses personnages, inventif autant que précis sur la machinerie temporalo-drolistique, délirant sur les décors ou généreux lorsqu’il est question des courbes de Manie Ganza, le dessinateur bordelais donne vie à tout son petit monde dans une débauche de couleurs et une créativité propres à enflammer les imaginations les plus arides.

Les volatils chronoptères et autres saugres saugrenus ne sont plus, le Nord, lui, s’en est revenu et Manie a renoncé à son éternelle beauté… Tout est bien qui finit... peut-être trop bien !

Par S. Salin
Moyenne des chroniqueurs
8.0

Informations sur l'album

Azimut (Lupano/Andréae)
5. Derniers frimas de l'hiver

  • Currently 4.62/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.6/5 (13 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Jozef Le 01/12/2019 à 18:31:21

    Fin de cycle ? Aïe ! Je redoute pas mal ces séries par cycle qui s'essoufflent et s'enlisent. Bref, cette série est excellente, une histoire intelligente, poétique et folle ! Dessins splendides (n'hésitez pas à découvrir les autres séries d'Andreae !) et un scénario bien mené. ATTENTION SPOIL ! Seul regret, la fin qui est pour moi trop mièvre. J'aurais aimé quelque chose de plus dramatique, douloureux ou mystérieux... Je trouve que çà manque de force.

    kurdy1207 Le 19/11/2019 à 11:58:19

    Cet album est juste sublime ! Il clôt magnifiquement ce premier cycle et j’espère sincèrement qu’il y en aura un autre avec une idée aussi magique que celle du temps et de tout ce qui en découle.

    L’album commence très fort avec le « Vous êtes ici » d’un jalonneur qui vaut bien le « Juste Leblanc » du film le dîner de cons. Les bons mots et l’absurdité ne prennent pas le temps de s’arrêter car ils s’enchainent au fil des pages et sont autant de sources de réflexions sur le temps et sur l’humanité en général.

    Quant à l’humour, il foisonne, il détonne, il m’étonne de page en page et se fait le miroir de notre société. Le monde qui part en cacahuète en page 16, le questionnement sur les réfugiés tellement horrible et réel (pages 18 et 19), le dieu machine dont nous sommes devenus esclaves (pages 44 et 45). Pages 24 et 25, même si elle était un peu facile, la blague sur le mystère et boule de gomme est géniale.

    Quant aux les phrases coups de poing comme « un crédit apocalyptique à la banque du temps », « le principal moteur de l’âme humaine, ce n’est pas le succès des uns, c’est l’échec des autres », « ce qui m’empêche de vivre heureuse, c’est l’idée qu’on me survive », elles assomment comme des uppercuts et vous envoient directement au tapis. Mais les images de cet album donnent aussi à réfléchir et le tableau de Manie et du grand tracasseur, en page 40, pourrait être une photo de notre siècle qui a la folie de sa jeunesse.

    Si je pouvais mettre un 6/5, je le ferais. Cet album est incroyable, magique, sublime et l’ensemble de la série m’a époustouflé tant par son intelligence que par son graphisme impeccable. Vraiment messieurs Lunpano et Andréae, lancez dans un deuxième cycle uniquement si vous êtes certain de votre coup (mais je désire tellement une suite...). N’allez pas tout gâcher… et merci pour votre Azimut.

    minot Le 14/11/2019 à 12:34:35

    Le premier cycle d'AZIMUT se termine de belle manière, non sans avoir levé le voile sur tous les mystères de ce monde extravagant. Nul doute que ces derniers seront résolus dans un second cycle que j'attend déjà avec impatience. Scénario délirant, personnages abracadabrants et dessin unique en son genre: AZIMUT est vraiment un belle série.