Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

R ussel le sait, ceci est son dernier convoi de Longhorns. Désormais, son avenir va s'écrire sur quelques acres de terres à cultiver dans le Montana tout en veillant sur Bennett. Cependant, la route est encore longue et passe par Sundance…

Le western est de nouveau à la mode. Toutefois, comment se démarquer de la (sur)production ambiante ? Dans ce qui est probablement l’un des albums de l’année, Jérôme Félix et Paul Gastine retournent aux origines et délaissent le mythe hollywoodien.

Là où d’aucuns auraient opté pour la série, voire le diptyque, Jérôme Félix préfère le one-shot ! Dès lors, les difficultés s’accumulent. D'une part, il lui faut condenser l’essence même du western sur une pagination, certes en grand format, mais forcément réduite. D'autre part, il doit convoyer le lecteur dans les grands espaces de l’Ouest américain en alternant judicieusement les temporalités comme les lieux, mais aussi éviter les ellipses réductrices afin de prendre le temps de poser ses personnages sans rompre le fil de l’intrigue… À l’évidence, le scénariste de l’Héritage du Diable a maîtrisé la quadrature du cercle et livre là un récit abouti qui sort des classiques sentiers du genre, sans s’en affranchir totalement. Toutefois, un bon scénario n’est rien faute d’un excellent dessin et, pour l’heure, Jérôme Félix continue sa coopération avec Paul Gastine, jeune homme talentueux, mais à l’exigence chronophage… à une époque où l’urgence est devenue un art de vie ! Quoi qu’il en soit le résultat est là car le jeune Normand a encore repoussé ses limites graphiques. Que dire devant le réalisme poignant des protagonistes, la beauté des décors ou une direction photographique quasi cinématographique ? In fine, cette histoire ne se lit pas tel un album de bande dessinée, mais se regarde comme un film. Ce qui est suffisamment rare pour être mentionné.

Jusqu’au dernier laisse les héros du Far-West aux salles obscures et dépeint superbement la face cachée d’une Amérique en pleine construction.

Par S. Salin
Moyenne des chroniqueurs
7.6

Informations sur l'album

Jusqu'au dernier

  • Currently 4.46/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.5/5 (50 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Omega man Le 21/11/2019 à 01:57:31

    Lecture poignante. NE PASSEZ PAS A COTE.
    Un récit abouti, juste et clair.
    Visuellement, un voyage époustouflant, notamment la colorisation et l'usage des éléments naturels.
    Je retire 1 point pour le manque de finition des dessins (pression éditoriale?) qui casse l'ambition/ la portée de certaines planches.
    A titre personnel, quelques gros plans supplémentaires sur les visages pour décrire des émotions auraient apporté.
    Je recommande l'édition luxe, le cahier graphique proposant des pleines pages de toute beauté. La reliure est trop rigide cependant.
    Malgré tout, j'ai ADORE, foncez !

    Johnny Fletcher Le 18/11/2019 à 20:19:45

    Je viens enfin de lire "Jusqu'au dernier", et oui, je confirme l'avis général, c'est très bien.
    Le dessin est formidable, l'histoire également. Mais... mais la pagination me semble bien trop courte pour une telle histoire. Il aurait fallu au moins 2 ou 3 albums afin que le récit développe le souffle qu'il renferme. Là c'est trop court pour que ce soit parfait.
    En refermant l'album, tout en reconnaissant la puissance de l'histoire imaginée par Félix, j'ai malgré tout davantage eu l'impression de suivre un synopsis plutôt qu'un récit développé avec sa pleine mesure. Le one shot oblige à condenser un scénario qui aurait été bien plus extraordinaire étendu sur plusieurs albums. Les personnages y auraient gagné en épaisseur, on aurait eu davantage le loisir de s'attacher à eux. Là, j'ai parfois eu l'impression que les choses allait un peu vite sans doute dans le but de répondre au cahier des charges de l'éditeur, à savoir se limiter à un seul album, et que cela affectait par moment la crédibilité de certaines situations. Quand on voit le nombre de récits proposés en série alors qu'une dizaine de pages aurait suffit tant le scénariste a peu à dire, je me serais bien embarqué pour plusieurs albums de "Jusqu'au dernier" qui à coup sûr aurait constitué une oeuvre encore plus inoubliable, mais qui reste en l'état un excellent album. Et c'est une évidence que les dessins de Gastine y sont pour beaucoup.

    minot Le 14/11/2019 à 12:47:08

    La première chose qui frappe en lisant cette BD, c'est la beauté du dessin. Personnages plus vrais que nature et décors grandioses sont dessinés avec une rare virtuosité. Un plaisir visuel énorme, d'autant que les planches sont magnifiquement découpées et les cases agencées. Et fort heureusement, ce dessin sublime est mis au service d'un scénario implacable: haletant, tragique et tellement crédible.
    Un très grand moment de BD, assurément, dixit un lecteur qui n'est habituellement pas fan du genre western !

    GEGELESURFER Le 13/11/2019 à 06:11:12

    Dessin magnifique, bon scénario , la fin annoncée des cowboys... Un excellent moment. Monsieur Gastine vous avez un talent fou et j'ai hâte de découvrir vos prochains projets.

    herve26 Le 12/11/2019 à 22:02:45

    Ces deux auteurs nous avaient livrés il y a quelques années "l'héritage du diable", une série sympathique mêlant ésotérisme avec la grande Histoire, série que j'avais beaucoup apprécié.
    Cette fois-çi le tandem nous revient avec un western, et quel western!
    Derrière une magnifique couverture, que l'on ait opté pour le tirage de luxe ou le tirage normal, nous découvrons une histoire assez inattendue.
    Outre un scénario qui n'est pas avare en surprise, et qui défie tout ce que l'on attendait d'un western classique, il faut souligner la qualité exceptionnelle du dessin de Paul Gastine. Quels progrès depuis "l'héritage du diable".
    Avec des plans très cinématographiques (jetez un coup d’œil à la troisième case de la page 49), Gastine nous offre des planches somptueuses. Il est très à l'aise dans les scènes nocturnes, assez nombreuses dans cette histoire.
    J'avoue avoir choisi l'édition grand format, en tirage de luxe pour admirer le dessin. J'attendais depuis plusieurs mois la sortie de cet album, après avoir découvert quelques planches sur certains sites, et mon attente a été à la hauteur de ce que j'espérais.
    Car ce one shot, il faut souligner qu'il s'agit d'un one shot, est sublime.
    Jérôme Félix a l'habileté de nous offrir, derrière un début de scénario somme toute assez classique, souvent traité au cinéma(le déclin des cow boys et l'émergence du chemin de fer) une histoire d'amitié, d'engagement qui va virer au cauchemar.
    J'ai déjà relu cet album deux fois tant cette histoire m'a enthousiasmé, et je vous invite à découvrir ce one shot, qui,avec "les Indes fourbes" sera à mon avis, un des meilleurs albums de cette année.

    Shaddam4 Le 12/11/2019 à 13:23:23

    L'édition de cet album est minimaliste (pour l'édition classique), avec pour unique bonus la couverture de l'édition luxe en dernière page. Le dossier presse très intéressant donne des infos très sympathique sur la création et la relation entre les deux auteurs ainsi que sur le boulot sur la couverture qui n'a pas été une mince affaire. La grosse pagination peut expliquer la réticence de l'éditeur à augmenter encore les frais mais c'est toujours dommage de ne pas proposer quelques prolongements sur les éditions classiques. Concernant la couverture je trouve qu'étrangement c'est loin d'être la plus intéressante et percutante qui a été retenue, tant sur une question de couleur que d'ambiance graphique. Outre la version classique ce sont donc trois versions qui sortiront: la collector grand-format avec un cahier graphique de huit pages environ et deux éditions de libraires (Slumberland et Bulle du mans). A noter enfin que les auteurs prolongeront l'aventure western avec un album intitulé A l'ombre des géants et semblant se dérouler dans la neige...

    L'ère des cowboys touche à sa fin avec l'arrivée du train qui va rendre inutiles les longues transhumances à travers le continent. Russel le sait et il a préparé sa retraite. Mais lorsque le hasard met un gamin dans ses pattes il se retrouve pris dans un engrenage où la réalité cupide de son époque le rattrape et où la vengeance va le sommer de faire des choix violents...

    Je trouvais jusqu'ici l'année BD un peu faiblarde après la sortie du magnifique Nympheas noirs dès janvier... puis plus grand chose de très remarquable. La fin d'année étant propice aux grosses sorties, je n'attendais pourtant pas ce joyau de western classique qui montre que les grande genres (western, SF, fantastique) accouchent souvent des plus grands albums et que la différence entre un très bon album et un grand album tient à peu de choses. Jérôme Felix est un scénariste d'expérience avec quelques vingt ans de carrière derrière lui. On sent ainsi dans la solidité d'une intrigue mince comme un western ce savoir faire dans l'agencement des cases et de la narration. Tous les grands films du genre au cinéma l'ont montré, ce sont les atmosphères, les regards, les interactions qui distinguent ces mille et unes histoires similaires de vengeances. Ses personnages sont très solides dans Jusqu'au dernier et l'on ne sait jamais si la caractérisation tient au travail graphique phénoménal de son comparse, au sien ou aux deux... Le rôle du scénariste est toujours ingrat lorsque l'on a devant les yeux de telles planches qui nous incitent à oublier le travail amont pour ne voir que le jeu des acteurs.[...]

    Lire la suite sur le blog:
    https://etagereimaginaire.wordpress.com/2019/10/30/jusquau-dernier

    Fantasy30 Le 12/11/2019 à 11:24:59

    Excellent! Scénario, dessins et originalité...Une véritable réussite.
    Seul regret, cette histoire aurait très largement méritée un diptyque en approfondissant les liens entre les personnages notamment la relation père/fils adoptif et l'histoire d'amour naissante associé/institutrice. Ceci aurait rajouté une dimension au drame.
    8/10.

    judoc Le 10/11/2019 à 12:06:58

    Un scénario aussi imprévisible que les dessins sont réussis (et Dieu qu'ils sont beaux !).

    Prenant et tellement inattendu, cet excellent album maintient la BD "western" au niveau déjà très élevé des publications de ces cinq dernières années (Buffalo Runner, Catamount, Sykes, Undertaker, Stern...).

    Une petite merveille !

    bobhard Le 10/11/2019 à 09:26:22

    Un superbe western avec un scenario aux multiples rebondissements qui vous tient en haleine tout au long de l'album.Les dessins sont superbes et nous plongent dans une réelle ambiance western! Ma meilleure BD western de l'année 2019.

    kingtoof Le 09/11/2019 à 06:54:54

    Une grosse baffe !
    Le scénario nous fait passer par toutes les émotions. Vous ne pouvez pas vous attendre à ce qui va se passer...
    Et tout comme l'histoire de cet album, les dessins sont bluffants.

    kurdy1207 Le 02/11/2019 à 22:22:43

    La fin d’une époque, celui des cowboys meneurs de troupeaux dont le monde va s’écrouler à cause de la technologie, ici le train. Ils croyaient avoir trouvé un travail et surtout une manière de vivre en lien avec la nature. Travail dur et fastidieux mais paré aussi de ciels étoilés et d’une certaine quiétude. Cette technologie qui nous émerveille de jour en jour, la face de Janus tournée vers l’avenir sans se soucier de celle tournée vers le passé, est sans pitié.

    Russell va prendre sous sa houlette le fils d’amis décédés, Bennett. Il en fera son horizon, sa raison de vivre. Après avoir mené son dernier troupeau et avec l’aide du cowboy Kirby, il s’éloignera vers l’ouest pour donner une nouvelle vie à son fils adoptif.

    Il affrontera d’anciens cowboys, dorénavant sans emplois, devenus bandits de grands chemins avant d’arriver dans un village qui devait être la dernière étape civilisée vers leur avenir. Mais le destin peut jouer de mauvais tours et un accident mettra un terme à l’existence de Bennett.

    Russell désormais sans raison de vivre et fou de douleur, ira louer les services de cowboys peu scrupuleux et fera encercler la ville jusqu’à ce que lui soit livrer le meurtrier présumé de Bennett.

    Le meurtrier n’en est pas vraiment un, mais son geste accidentel ainsi que l’avidité des habitants du village, lié au chemin de fer, créeront un enchaînement néfaste d'événements.

    Quant à l’épilogue de l’histoire, elle me laisse pantois. Que va faire le jeune Tom par lequel les terribles événements sont survenus ??? Certes, il est devenu Shérif mais que va-t-il en faire ? Livrer la véritable histoire à la justice pour faire arrêter les criminels ? Pourtant, même s’il était enfant à l’époque des faits, il risque de se compromettre. Non, il semble repartir avec une conscience qui ne le taraude pas. Incroyable, non ? Cette fin me gêne un peu même si il semble que chacun est libre de se l’imaginer.

    Le dessin est tout bonnement fabuleux. Les personnages, les paysages, on se régale tout au long des pages. Je ne peux que conseiller cette excellente BD malgré la fin improbable.

    ALICECOOPER Le 02/11/2019 à 02:15:13

    Lorsque j'ai visionné la preview je me suis dit, comme d'hab, que ça à l'air d'être bien. Là je l'ai lue. Alors accroche-toi lecteur :
    Un dessin parfait
    Des visages sublimes
    Des cases pleines (pas comme la majeure partie des BD)
    Un scénario des plus originaux
    Après Commanche, voilà JUSQU'AU DERNIER. Un chef d'oeuvre incontestable. Courrez chez votre libraire, achetez cette BD les yeux fermés. Sublime!!!

    kergan666 Le 01/11/2019 à 18:42:03

    franchement cet album décoiffe.
    du très grand western.
    le scenario est haletant de bout en bout sans temps morts.
    les dessins sont superbes avec une mise en couleur parfaite.
    ma définition d'une bonne BD est la facilité et le plaisir que l'on peut avoir à la relire.
    Jusqu'au dernier y répond parfaitement.
    achetez là et dévorez là vous ne le regretterez pas.

    Shaddam4 Le 30/10/2019 à 10:49:20

    Je trouvais jusqu’ici l’année BD un peu faiblarde après la sortie du magnifique Nympheas noirs dès janvier… puis plus grand chose de très remarquable. La fin d’année étant propice aux grosses sorties, je n’attendais pourtant pas ce joyau de western classique qui montre que les grande genres (western, SF, fantastique) accouchent souvent des plus grands albums et que la différence entre un très bon album et un grand album tient à peu de choses. Jérôme Felix est un scénariste d’expérience avec quelques vingt ans de carrière derrière lui. On sent ainsi dans la solidité d’une intrigue mince comme un western ce savoir faire dans l’agencement des cases et de la narration. Tous les grands films du genre au cinéma l’ont montré, ce sont les atmosphères, les regards, les interactions qui distinguent ces mille et unes histoires similaires de vengeances. Ses personnages sont très solides dans Jusqu’au dernier et l’on ne sait jamais si la caractérisation tient au travail graphique phénoménal de son comparse, au sien ou aux deux… Le rôle du scénariste est toujours ingrat lorsque l’on a devant les yeux de telles planches qui nous incitent à oublier le travail amont pour ne voir que le jeu des acteurs.

    Car Paul Gastine est un sacré bosseur. Contrairement à d’autres virtuoses du dessin il n’est pas passé par les prestigieuses écoles Emile Cohl, les Gobelins ou les Arts décoratifs. Comme Ronan Toulhoat il part d’un dessin amateur pour devenir après quelques albums l’un des tout meilleurs dessinateurs en activité dans la BD franco-belge. Il suffit de voir l’évolution de son dessin entre le premier tome de sa précédente série l’Héritage du diable et ce western pour voir le chemin parcouru. Cela fait longtemps que je n’ai vu une telle qualité technique et artistique. Pourtant l’excellent Dimitri Armand nous a comblé avec son Texas Jack l’an dernier. Mais le travail de Gastine sur les visages, les regards (le cœur des westerns), la physionomie de chaque personnage qui semble vivre à chaque déformation du visage, à chaque geste sont sidérants de justesse. [...]

    Lire la suite sur le blog:
    https://etagereimaginaire.wordpress.com/2019/10/30/jusquau-dernier/