Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Le vagabond des Étoiles 1. Première partie

04/11/2019 4089 visiteurs 8.0/10 (2 notes)

D arrel Standing est un meurtrier. Et il va mourir. Enfermé pour avoir tué son collègue le professeur Haskell, l'ingénieur en agronomie va découvrir les geôles américaines du début du XXe siècle en attendant la mort, par pendaison.

Après sa trilogie marine, Riff Reb's revient sur terre avec cette nouvelle adaptation d'un roman de Jack London. Pamphlet contre l'univers carcéral états-unien en général et contre la prison de San Quentin en particulier, Star Hover (titre original) est aussi une ode à l'imaginaire. Le corps enfermé, c'est l'esprit qui vagabonde et permet de survivre à cet enfer. L'ouvrage aura d'ailleurs un tel retentissement que la législation californienne évoluera et la camisole de force sera interdite pour les détenus de droit commun à la suite de la prise de conscience que la parution provoqua.

Pour restituer la force de cette histoire poignante, Riff Reb's déploie tout son talent. Et c'est peu de dire que son style sied autant aux scènes entre quatre murs (que la superficie délimitée soit plus ou moins réduite, d'ailleurs) qu'aux « évasions » du condamné. Usant de ses habituels aplats monochromes, l'artiste joue des clairs obscurs et des ombres pour que chacun des huit chapitres ressorte avec force. L'éventail d'expressions - la colère, la rage, la douleur, la peur - que ses personnages endossent lui permet également de donner une belle ampleur aux situations traversées. Dans un contexte aussi pesant, chaque (res)sentiment est exacerbé, ce que le dessin mi-réaliste, mi-caricatural, retranscrit parfaitement.

Mais le dessinateur et scénariste ne se limite pas à cela pour poser ses ambiances, faire rebondir l'intrigue et marquer le lecteur. Les passages fantastiques sont mis en scène avec intelligence et accompagnent idéalement les pérégrinations temporelles de Darrel. Ses multiples vies permettent à l'auteur du Loup des mers et de Qu'ils y restent d'exprimer son art dans des décors variés et moins austères qu'une cellule ou que l'isolement. Des dialogues bien écrits, une voix-off judicieuse et une lisibilité constante font partie des qualités de cette histoire prévue en deux volumes.

Terrain de jeu idéal à son trait délié et expressif, Le Vagabond des étoiles offre à Riff Reb's l'occasion d'une adaptation qui s'annonce dantesque. Une première partie toute en puissance et en fluidité qui appelle sa moitié au plus vite, tant cette entrée en matière s'avère réussie.

Par M. Moubariki
Moyenne des chroniqueurs
8.0

Informations sur l'album

Le vagabond des Étoiles
1. Première partie

  • Currently 4.00/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.0/5 (10 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Shaddam4 Le 22/11/2019 à 11:01:40

    L’album propose en deux volumes une adaptation du roman de Jack London paru en en 1915 et qui eut une grande répercutions sur le système carcéral américain, notamment par l’abandon de l’usage de la camisole. Riff Reb’s est un habitué de la collection Noctambule de Soleil, collection dont la maquette me laisse assez dubitatif quand à son côté accrocheur. Ainsi la couverture qui met en avant un auteur reconnu mais ne donne pas forcément envie de pousser la porte de la couverture… Le format est compact avec une citation en quatrième de couverture.

    Darrel Standing est dans le couloir de la mort. Il nous raconte depuis sa cellule, plume à la mail, ce qui l’a mené là: le meurtre d’un collègue enseignant, la dureté de la vie carcérale, les tortures psychologiques et mentales des matons… et comment il a appris à s’évader psychiquement de son corps pour vagabonder de vie en vie, dans le passé du monde…

    Pour ma première lecture d’un album d’une signature bien connue du monde de la BD avec près de trente-cinq ans de carrière, j’ai été marqué par l’ambition du projet et l’implication d’un auteur en pleine maîtrise de ses moyens. Si la couverture est franchement ratée, ce n’est absolument pas le cas des premières planches qui nous font entrer immédiatement dans l’album par une narration qui nous raconte la fin (et donc un récit a posteriori) et nous projette immédiatement dans une atmosphère onirique au design très réussi. Combien d’albums tardent à préciser leur propos au risque de perdre leurs lecteurs avant l’accroche? Ce n’est absolument pas le cas ici où les cent pages sont enchaînées avec envie tant l’abomination de la vie du pénitencier sidère et nous entraîne à vouloir savoir comment le narrateur va s’en sortir (… ou pas). Le jeu du récit est particulièrement réussi en ce qu’il nous annonce systématiquement que la suite va mal se passer alors que la planche nous montre déjà des horreurs… On est ainsi entraîné, ballotté comme un navire que l’auteur aime habituellement dessiner. [...]

    Lire la suite sur le blog:
    https://etagereimaginaire.wordpress.com/2019/11/21/le-vagabond-des-etoiles/

    Yovo Le 11/11/2019 à 20:29:30

    Je ne connais pas l’œuvre originelle de Jack London, je ne peux donc pas me prononcer sur la qualité de l’adaptation. Mais je suppose que Riff Reb’s lui a emprunté beaucoup de ses phrases et de son verbe tant l’écriture de cet album est poignante et ciselée. Dommage cependant que le format soit un peu juste car le dessin et les couleurs sont également remarquables, parfaitement adaptés à l’horreur de ce huis-clos carcéral.

    Quand Darrell Standing, le personnage principal, acquiert une dimension presque mystique en devenant "le vagabond des étoiles", le récit prend force en démontrant que la volonté d’oppresser ne peut rien face à la volonté d’être libre.

    Un album puissant, une leçon de résistance et d’humanisme. J’attends avec envie la 2ème partie.

    Zelmiro Le 05/11/2019 à 18:53:14

    Formidable cette BD !
    Un sujet sombre, une histoire carcérale sidérante que Riff Reb's nous délivre avec maîtrise et sensibilité.
    C'est beau, splendide même, fin, intelligent, poétique, très bien écrit.
    Un régal !

    kurdy1207 Le 02/11/2019 à 15:19:39

    J’adore Riff Reb’s ! J’adore Jack London ! Le premier nous offre le meilleur du deuxième. En effet, Jack London n’est pas que l’écrivain de « Croc blanc », « L’appel de la forêt » ou du génial « Belliou la fumée ». D’ailleurs, Riff Reb’s nous l’a déjà démontré avec « Le loup des mers », Jack London n’est pas uniquement l’écrivain des grands espaces blancs et de la ruée vers l’or. « Le Talon de fer », « Martin Eden », « Le peuple de l’abîme », « le cabaret de la dernière chance » ou bien encore le génial « bureau des assassinats » (même si celui-ci est un roman inachevé) sont des titres qui montrent l’étendue du génie et du talent de Jack London.

    Pourtant, Jack London fait partie de ces écrivains humanistes torturés qui lui feront écrire des romans tournés vers le socialisme comme l’incroyable « Talon de Fer » qui est une véritable mise en garde contre les états totalitaires et le fascisme. Pourtant, comme d’autres auteurs, à cause de la drogue ? de l’alcool ? celui-ci nous propose un roman « Les mutinés de l'Elseneur » qui va totalement à contresens de ses écrits précédents. Du socialiste pur et dur, celui-ci dévoile une autre facette de sa personnalité qui donne à réfléchir.

    Le vagabond des étoiles est un roman à part, un des rares de l’auteur que je n’ai pas lu. Je me réfère donc uniquement à ce que Riff Reb’s nous propose. Un roman contre la cruauté inutile et une réflexion sur l’atavisme, l’hérédité et le subconscient.

    Darell Standing, professeur de son état, a assassiné l’un de ses collègues et mérite sans aucun doute la prison. Darell, loin d’être un saint, se prévaut de pouvoir juger de certains éléments du premier coup d’œil. C’est certainement cet orgueil disproportionné qui l’enverra derrière les barreaux.

    Au pénitencier, on tentera de lui apprendre l’humilité de façon abjecte, manière qui déforme les esprits et va totalement à l’inverse de la raison. Sa malchance viendra de l’emprisonnement d’un certain Cecil Winwood, qui sans le connaître lui suspendra au-dessus de la tête une épée de Damoclès venue des enfers. Oui, Winwood va transformer le pénitencier en Pandémonium, peine capitale des enfers. Cet être fourbe et lâche, afin d’obtenir sa liberté fera croire que Darell a caché des bâtons de dynamites dans la prison.

    Les matons feront leur possible pour lui faire avouer. Mis en isolement, son intelligence… non sa possibilité à réfléchir, supérieure à la normale, lui fera prendre contact avec deux autres détenus par un langage proche du morse. Les matons sont dupes, mais ne supportent pas les « toc, toc, toc » continus des échanges entre prisonniers et vont leur faire endurer le terrible supplice de la camisole.

    L’évasion n’est pas uniquement physique. Dans la douleur, Darell va s’échapper dans des contrées inexplorées du subconscient et vivre des aventures dont on ne sait si elles dépendent de l’atavisme et du précédemment vécu par ses ancêtres ou de ce qui est en chacun de nous. L’amour, l’envie de le protéger, avec Philippa, et de se prendre pour un surhomme avec les duels pour défendre l’honneur de la dame. L’envie de tout recommencer à zéro avec cette caravane qui se rend en Californie ou bien encore lutter contre l’orgueil démesuré des hommes avec l’épisode en Egypte antique.

    Un peu comme dans Papillon, et l’histoire d’Henri Charrière au bagne de Cayenne, cette première partie du « Vagabond des étoiles » nous montre l’horreur d’un emprisonnement inhumain. Dans le cas de Darell, outre sa malchance, son arrogance, et sa supériorité intellectuelle jouent contre lui. Oui, comme à la page 12, il peut traiter les matons de buses, mais ne jamais se soumettre dans un tel contexte, c’est nouer soit même la corde pour se pendre.

    J’attends vraiment avec une impatience démesurée la suite de l’histoire si bien contée par l’auteur d’exception qu’est Riff Reb’s. Certes, le scénario est captivant à souhait mais le graphisme n’a rien à lui envier. Un travail d’excellence. Bravo Monsieur !

    Lakazdelonclepol Le 31/10/2019 à 19:06:53

    Riff Reb's est un auteur majeur, son graphisme singulier et méticuleux sert admirablement les grands textes.
    Le Vagabond des Etoiles lui permet d'explorer de nouveaux temps et de nouveaux lieux avec le même talent qu'il avait déployé sur sa trilogie de la mer.
    Attention ! Histoire forte qui ne laisse pas indemne, cette destinée carcérale fait remonter des dépôts nauséabonds et enfouis à la surface et vient troubler notre tranquillité d'esprit.