Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Les chefs-d'œuvre de Lovecraft 3. Dans l'Abîme du temps

28/10/2019 2421 visiteurs 7.5/10 (4 notes)

P endant plus de cinq ans, le Professeur Peaslee a disparu, ou plutôt, il n'était plus ce sympathique père de famille, universitaire aimé de tous. Une personnalité dissonante a soudainement chamboulé sa vie et ses habitudes, plongeant son entourage dans le désarroi. De retour à lui-même, il se lance dans l'impossible quête de ce bref passé dont les souvenirs le hantent. Un voyage qui va remettre en question sa santé mentale, et tout ce que l'on sait de l'histoire de la Terre, de l'humanité, ainsi que des lois de la physique.

Après le monument du neuvième Art que constituait le tome 2 de son adaptation des Montagnes Hallucinées, Gou Tanabe prolonge son investigation des contrées du rêve chères au maître de Providence avec ce que l'on peut considérer comme l'un des points culminants de la mythologie cthulhienne. Rares sont les auteurs de fantastique ayant eu droit à autant de transposition de leur œuvre que Lovecraft, et le résultat est le concernant trop souvent au mieux anecdotique, au point que ce sort finisse par sembler une fatalité. En effet, alors que les adjectifs indicible, innommable, inexplicable, impossible, incompréhensible sont légion dans ses écrits, laissant notre imagination prendre le relais tant bien que mal, le challenge d'incarner ces paradoxes se transforme souvent en aveu d'impuissance. Pourtant, avec l'ouvrage précédent et cet Abîme du Temps, Tanabe s'attaque aux descriptions les plus abstraites de la science fiction, et encore une fois, il défie toutes les attentes : réussissant à représenter un bestiaire improbable de manière tangible, à figurer des architectures et éléments contre-nature, l'auteur nous fait littéralement pénétrer cauchemars et hallucinations, donnant une chair inespérée à l'indescriptible !

Au delà de ce tour de force graphique, le procédé narratif est également une gageure : alternant, à l'aide d'un code "couleur" aussi astucieux que discret, le présent avec les souvenirs et fantasmes, l'auteur s'assure que le lecteur ne soit jamais perdu entre les différents états d'un narrateur omniscient, mais toujours dans le doute. Et c'est là qu'il est important de rappeler que nous avons bien affaire à un manga, c'est à dire un petit format, en noir et blanc, assez long. Certains auraient probablement préféré un album de plus grande taille, afin de rendre justice à ces spectaculaires visions, pourtant, malgré sa réputation de dessinateur particulièrement précis, Tanabe ne brille pas que dans les détails (et pour tout dire, ses visages sont tout de même parfois un peu paresseux et stéréotypés) : les architectures les plus étranges et les magmas figés proposent un sentiment bien plus menaçant, en se préservant d'une technique hyper-réaliste qui aurait immanquablement eu tendance à "rationaliser" les terrifiants tableaux de l'artiste. Car, oui, chemin faisant, lorsque le protagoniste prend conscience à mi-parcours que ses souvenirs ne sont pas issus d'une quelconque fièvre débilitante, mais d'une réalité ô combien plus angoissante, la lecture prend cette même tangente.

L'horreur est le genre casse-gueule par excellence, et trop d'auteurs confondent le fait de montrer des choses horribles avec celui de faire naître un sentiment de malaise, voire de terreur. Ce qui fait la différence, c'est probablement le rythme, la capacité à prendre son temps pour installer une progression dans la perte de repères. À l'instar d'un Mignola passé maître dans cet art délicat des cases d'ambiance, de transition, Tanabe ponctue son récit de détails isolés, de pleines pages "cinématographiques", délaissant régulièrement l'action pour une forme de sinistre contemplation.
C'est dans ces passages qu'il trouve l'état de grâce, en pur cartoonist, laissant le dessin raconter l'histoire, sans que la lecture ne s'accélère : les images et les sentiments se font si forts que, même vide de bulles, chaque page nécessite toute notre attention.

Il faut dire que tout est mis en œuvre pour offrir une réelle profondeur de champ à la rétine, une magistrale avalanche de trames et niveaux de gris venant faire oublier l'éventuelle frustration de l'absence de couleur. Mais pour cela, il faudra attendre celle "Tombée du ciel", promise pour bientôt par Ki-oon, prochaine étape du parcours pour l'instant spectaculaire d'un mangaka ironiquement au sommet de son art, au fond des temps.

Par C. Bernard-Cedervall
Moyenne des chroniqueurs
7.5

Informations sur l'album

Les chefs-d'œuvre de Lovecraft
3. Dans l'Abîme du temps

  • Currently 4.38/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.4/5 (13 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Shaddam4 Le 13/10/2019 à 10:54:56

    Les éditions Ki-oon continuent leur adaptation des manga de Gou Tanabe sur Lovecraft avec une qualité éditoriale toujours aux petits oignons: couverture simili-cuir (… que j’aurais préféré couleur cuir comme pour les Montagnes Hallucinées), cahier couleur en début d’ouvrage, titres de chapitres en anglais et français. Une courte bio de l’auteur et de Lovecraft est proposée en fin d’ouvrage. Seule remarque, qui était difficilement corrigeable par l’éditeur français (comme pour le précédent ouvrage) les bulles n’ont pas de queue, aussi il est parfois malaisé de savoir qui parle lorsque plusieurs personnages se côtoient dans une case.

    Alors qu’il donne un cours d’économie à l’université, le professeur Peaslee est victime d’un malaise. Il reprends connaissance… cinq ans plus tard et découvre qu’il a été victime d’une amnésie aussi longue, pendant laquelle son esprit a eu accès à des visions monstrueuses. A l’orée de la folie, soutenu par son seul fils aîné, il entreprend de comprendre ce qui lui est arrivé et d’où lui viennent ces visions dantesques…

    Étonnante série que ces adaptations de Lovecraft par un mangaka que je n’aurais sans doute pas lu sur un autre sujet… Au premier abord j’avais tiqué sur les visages lors de ma lecture de la précédente adaptation. C’est le style du dessinateur et il ne changera probablement pas, aussi soit on s’y fait soit il s’avérera compliqué de continuer. Assez statiques hormis lors des séquences de sidérations (fréquentes dans le fantastique), ces personnages étaient difficiles à identifier dans le décors antarctique. Ici c’est moins problématique car nous sommes pour l’essentiel dans des décors de la Nouvelle Angleterre, des maisons et de l’université. Surtout les personnages sont réduits à Peaslee, son fils Wingate, quelques médecins et, surprise, le professeur Dyer. Cette présence (je ne sais pas s’il est cité dans la nouvelle originale) indique donc très rapidement que nous nous situons dans la suite chronologique et le même espace-temps que les Montagnes hallucinées. C’est une très bonne idée puisque cela permet de structurer les ouvrages de Tanabe comme une série à suivre, avec la révélation progressive du Mythe de Ctulhu.

    Construit en incessants aller-retour entre le voyage psychique de Peaslee dans un futur indicible (le fameux Abîme du temps) et le présent, à mesure qu’il se remémore des passages de son amnésie, l’album alterne pages classiques de l’homme ravagé par le doute, la recherche de ce qui lui est arrivé et de longues itinérances sur fonds noir dans le monde de la Grande race de Yith, laissant libre cours à la force du dessin de l’auteur sur les décors et architectures.[...]

    Lire la suite sur le blog:
    https://etagereimaginaire.wordpress.com/2019/10/12/labime-du-temps/