Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

G uylaine n’est pas ce qu’il est convenu d’appeler une jolie femme. En fait, Guylaine est moche…, du moins, elle se voit comme telle !

La beauté…, vous avez quatre heures !

Pour leur part, François Bégaudeau et Cécile Guillard s’essayent à appréhender, au travers d'une existence, cette injonction sociétale en quelques cent-quatre-vingt-douze planches.

Au gré des années qui passent, Guylaine traine sa « mochitude », utilise tous les subterfuges pour s'en détacher tout en étant obsédée par cette perfection corporelle qui se refuse à elle. Le choc, la révolte, la tristesse, la quête de sens et, enfin, la sérénité… In fine, Guylaine fera le deuil d’un état de grâce qui l’a ignoré, d’une vie qui aurait pu être différente si elle avait été de celles sur qui les hommes se retournent ! Avec subtilité, les dialogues suivent la progression psychologique d’une héroïne qui ne l’est pas et donne à cette autobiographie imaginaire toute sa densité et son à-propos, car la force première de cet album est d’être terriblement humain. Guylaine devient en fait la porte-parole de cette foule d’invisibles, victimes de la tyrannie de l’esthétisme. Pour dépeindre un tel sujet, Cécile Guillard opte pour une mise en couleur monochrome, terne, aux teintes éteintes sans véritable relief, mais non dénuées de subtiles variations. Le trait est à l’unisson, volontairement épuré, sans fioriture, axé sur l’essentiel en évitant l’accessoire et se retrouve au service d’un récit où le fond prime évidement sur la forme.

La vie d’une moche est de ces albums qui amènent à se poser, ne serait-ce qu’un instant, une foultitude de questions et à regarder le monde différemment… La vraie beauté est intérieure, dit-on, mais uniquement pour ceux/celles qui se donnent la peine de la rechercher !

Par S. Salin
Moyenne des chroniqueurs
5.5

Informations sur l'album

Une vie de moche

  • Currently 5.00/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 5.0/5 (1 vote)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.