Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Au revoir les enfants Au revoir les enfants, La véritable histoire du père Jacques

28/10/2019 1168 visiteurs 5.0/10 (1 note)

E n 1987, Louis Malle réalisait Au revoir, les enfants. La genèse de ce film puisait dans ses souvenirs d'enfance, plus précisément l'arrestation du Père Jacques de Jésus, résistant qui cachait des enfants juifs dans le collège qu'il dirigeait. Le film se plaçait à hauteur d'enfant, dans une tentative d'exorciser un traumatisme profond. Dans cette bande dessinée, Camille W. de Prévaux et Jean Trolley décident de rendre hommage au prêtre déporté.

A travers une intrigue construite comme une enquête, le lecteur suit un journaliste qui reconstitue le parcours de cet homme d'Eglise hors norme. Le récit se compose d'une succession de rencontres, de flashbacks et de monologues témoignant du questionnement intérieur du personnage principal. Ce procédé narratif, très classique, permet d'alterner faits historiques, anecdotes personnelles et d'apporter une dimension plus intime. La volonté de rendre compte de la manière la plus respectueuse et digne possible de la vie du Père Jacques est évidente. Malheureusement, le ton général n'échappe pas aux écueils des belles histoires édifiantes destinées à éduquer les petites têtes blondes. Certes, l'ensemble est visiblement très documenté et le destin de son héros est remarquable. Mais l'exaltation d'une foi un peu masochiste, illustrée par de nombreuses scènes de prostration, parfois teintées de mortifications, sensées traduire le déchirement intérieur face à la tentation (d'orgueil, essentiellement), finissent par lasser tout comme l'insistance à démontrer à quel point tous ceux qui ont croisé sa route en furent marqués.

Dès la première scène, le ton est donné. Une journaliste demande comment définir un homme, au sens rhétorique du terme. La réponse tombe rapidement : le Père Jacques en était un, au sens le plus noble du terme. Il est alors clair que la suite ne sera qu'une longue célébration d'un personnage vidé de toute substance terrestre pour être présenté quasiment comme un saint. L'hagiographie n'est pas loin. Il n'est d'ailleurs pas étonnant que les auteurs aient déjà commis une biographie de Thérèse d'Avila aux éditions du Triomphe. Ce type d'ouvrage se démarque rarement par ses qualités narratives ou graphiques. Le message est trop important pour risquer de distraire le lecteur de son objectif premier: rendre un hommage appuyé à un homme exemplaire. Le dessin est sans attrait particulier alors que le scénario ne s'écarte jamais des chemins balisés.

Le livre apparaît comme plat et dénué d'enjeux. Il faut clairement convaincre à quel point le Père Jacques était exceptionnel. Les faits auraient sans doute suffi pour lui rendre justice. Le piédestal sur lequel cette bande dessinée le place ne donne qu'une vison déformée de qui il était probablement. On peut d'ailleurs noter que le fait d'être un homme constituait une notion primordiale pour le Père Jacques. Il s'interroge plusieurs fois sur sa capacité à être à la hauteur des valeurs qu'il considère comme indispensable pour pouvoir s'en réclamer. Ironiquement, le sous-titre d'Au revoir, les enfants le présente comme prêtre, puis déporté, enfin "juste parmi les nations". Jamais comme un homme.

Par T. Cauvin
Moyenne des chroniqueurs
5.0

Informations sur l'album

Au revoir les enfants
Au revoir les enfants, La véritable histoire du père Jacques

  • Currently 0.00/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Notez l'album (0 vote)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.