Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

E n 1930, G. K. Chesterton crée le Detection club, une association réunissant sept des auteurs de drames policiers les plus célèbres de l’époque. L’objectif est d’établir des conventions pour que l’écrivain et son lecteur s’affrontent à armes égales. Par exemple : il est exigé que le criminel soit un acteur significatif, il ne doit pas faire usage de poisons inconnus ou avoir un frère jumeau qui brouille les cartes. Ah oui, les Chinois sont proscrits, allez savoir pourquoi.

Jean Harambat s’est inspiré de ce cercle littéraire pour imaginer l’histoire de Roderick Ghyll, un riche industriel, qui invite le septuor sur son île en Cornouailles. Le facétieux milliardaire rêve d’un monde où les robots accompliront toutes les tâches abrutissantes, peut-être même pourront-ils écrire des livres. Pour le moment Éric, un androïde, est d’une redoutable efficacité pour résoudre en quelques secondes les mystères de Double assassinat dans la rue Morgue et du Crime de l’Orient-Express. Lorsque l’hôte est assassiné, la créature de métal désigne rapidement le coupable. Doutant de son verdict, les spécialistes des meurtres et des complots déploient leur savoir-faire.

Le scénariste respecte tous les codes propres au roman à énigme et lance les sept limiers dans une véritable enquête avec victime et nombreux suspects (épouse, domestique, automate) retenus dans un lieu isolé. Le lecteur comprend bien que l’album s’inscrit dans le registre de la parodie et que le bédéiste bafoue chacune des règles adoptées il y a près d’un siècle, ce qui ne l'empêche pas d'être déçu par le dénouement. Il a du reste l’étrange impression que n’étant pas fin connaisseur de l’œuvre de ces romanciers, des gags et des allusions lui ont échappé tout au long de sa lecture. Mentionnons tout de même la qualité des dialogues empreints d’un humour pince-sans-rire.

Bien que le dessin se montre simple, les personnages demeurent expressifs et les décors évocateurs. Le découpage repose la plupart du temps sur une structure classique, à savoir trois bandes accueillant deux ou trois illustrations, certaines planches sont cependant construites avec des vignettes verticales et d’autres occupent toute la largeur. Certaines cases sont par ailleurs entièrement remplies de textes qui se moquent gentiment du style suranné de ces femmes et hommes de lettres.

Le pastiche est sympathique, mais la conclusion se révèle décevante, comme c’est souvent le cas dans les romans à énigme.

Par J. Milette
Moyenne des chroniqueurs
6.0

Informations sur l'album

Le detection Club

  • Currently 0.00/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Notez l'album (0 vote)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.