Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Le boiseleur 1. Les mains d'Illian

24/10/2019 2322 visiteurs 7.0/10 (3 notes)

I lian taille, sculpte et assemble. Apprenti chez Maître Koppel, il vit indirectement sa passion pour les oiseaux en créant de magnifiques cages dans lesquelles les habitants de Solidor peuvent les garder. Mais le jeune garçon est incontestablement exploité. Durant de longues heures, il travaille le bois, tandis que son chef s'attribue les mérites et se remplit les poches. Heureusement, le sourire de la fille du professeur et le chant inspirant des volatiles le sortent de la lassitude de ses journées. Un jour, il aura sa revanche et sa dextérité sera récompensée à sa juste valeur…

À mi-chemin entre la bande dessinée et le livre d'illustrations, Le Boiseleur a de quoi ravir. L'ouvrage surprend tout d'abord par le grand nombre de pleines pages, permettant à Gaëlle Hersent de déployer toute son talent. Son style se moque de la ligne droite et du trait d'un seul tenant. Le résultat revêt un aspect brut, accentué par le travail structuré et le geste enlevé, presque fiévreux. Les couleurs satinées et un peu passées accordent à l'ensemble un petit cachet nostalgique d'antan, une sorte de féerie d'un temps révolu. Le seul regret réside dans la parcimonie des détails. En effet, le lecteur aurait aimé se promener plus en profondeur dans les décors et admirer les œuvres de l'adolescent de plus près.

Le scénario de cette fable est empreint d'une grande douceur et de beaucoup de poésie. Certes, le propos est manichéen comme dans la majorité des contes, néanmoins le regard perspicace sur ce monde imaginaire se révèle tout à fait d'actualité en évoquant la surconsommation et l'art jetable. Le héros imaginé par Hubert (L'esprit de Lewis, 40 éléphants) est relativement attachant de par son courage et son bon cœur. S'il occupe volontiers l'avant-scène sur la totalité de l'album, les seconds rôles ont également leur importance pour créer un contrepoint aux divers comportements évoqués.

Réflexion intelligente sur le matérialisme et les phénomènes de mode éphémère, Le boiseleur se révèle une très belle surprise parmi les nombreuses sorties de ce début d'automne.

Par L. Moeneclaey
Moyenne des chroniqueurs
7.0

Informations sur l'album

Le boiseleur
1. Les mains d'Illian

  • Currently 4.25/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.3/5 (12 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Erik67 Le 27/08/2020 à 18:44:56

    En lisant cette belle œuvre, on ne peut que regretter le récent départ d'Hubert vers d'autres cieux. C'est tout simplement magnifique, autant sur le fond que sur la forme. Beauté du trait et intelligence du scénario sont réunies pour notre plus grand plaisir de lecture. C'est assez rare pour le souligner.

    On est en effet entraîné dans la ville de Solidor où un jeune apprenti, Illian, est exploité par son vieux patron qui lui a appris le métier de sculpteur. Il fait de magnifiques cages en bois avant de réaliser des oiseaux. Il faut dire que dans cette ville chaque habitant a succombé à la mode de ces volatiles.

    C'est une belle fable sur le consumérisme qui ronge nos sociétés. La surexploitation a également des conséquences comme s'en rendra compte notre jeune héros qui aimait le chant des oiseaux. Rien n'est fait pour durer dans un monde éphémère.

    A la fin du premier tome de ce diptyque, on ne peut que regretter que cette aventure ne se poursuivra sans doute pas, à moins d'une relève miraculeuse ou de travaux préparatoires déjà avancés. Le niveau restera t-il le même ? En tous les cas, une œuvre d'un charme et d'une profondeur sans doute inégalés. Merci Hubert !

    Radamour Le 08/01/2020 à 16:55:35

    Très bel album aux dessins soignés et à la mise en pages variée, de pleines pages succèdent à des cases plus traditionnelles. Village et monde onirique, histoire à la fois romantique et cruelle (ce désintérêt soudain pour les vrais oiseaux...). Un simple bémol sur la fin de l'histoire. En tant que fin d'histoire elle laisserait justement sur sa faim. A priori il ne s'agit que de la fin de l'épisode et j'ai hâte donc de connaître la suite pour me faire une idée définitive.

    bd.otaku Le 24/11/2019 à 10:09:10

    La phrase d’introduction « en des temps fort lointains » nous plonge d’emblée dans l’univers du conte et des légendes : nous sommes à une époque indéterminée (mais les costumes font penser à la Renaissance), dans la ville imaginaire de Solidor, en un pays d’Orient, ainsi que le soulignent les consonances arabisantes, l’architecture (la place du marché aux oiseaux et les minarets en arrière-plan) et les tons ocres et sables.

    Ce monde imaginaire est peuplé de figures archétypales : le jeune et candide apprenti, son maître cruel et cupide et sa fille, belle et douce ingénue. Et comme dans les contes à nouveau, l’onomastique choisie permet de caractériser les personnages : Koppel signifie en allemand, « ceinturon » ou « enclos » et montre bien (y compris dans ses sonorités) la violence et la cruauté de cet homme qui emprisonne son apprenti, Flora au contraire est un prénom parfait pour une jeune fille en fleur tandis qu’Illian veut dire « descendant de haute origine »en hébreu ou « grandeur spirituelle » en arabe et met en valeur les qualités du héros. Et le graphisme est à l’avenant : Koppel ressemble à l’ogre des contes par sa stature massive et sa barbe menaçante, Flora emprunte ses traits et sa belle chevelure rousse aux peintures des Préraphaëlites (particulièrement à celles de Burne-Jones) et le héros a les traits et l’épi du personnage d’Arthur de « Merlin l’enchanteur » de Disney.

    L’album est d’ailleurs un objet hybride entre livre de contes (grandes illustrations pleine pages voire double pages comportant de longs encarts de textes et séparation en chapitres indiqués par des pages noires) et album de bande dessinées avec cases et phylactères dialogués. On remarquera un hommage à Edmond Dulac à la page 29. Cet illustrateur célèbre de livres d’étrennes de la fin du XIXe siècle qui s’inspirait des estampes japonaises et des miniatures persanes fait partie des lectures de Flora ! On pourrait presqu’y voir d’ailleurs une mise en abyme car les couleurs un peu passées du « Boiseleur », les inspirations orientales, et la finesse du trait de Gaëlle Hersent rappellent la manière de Dulac tout en inspirant un sentiment de nostalgie au lecteur. Mais la tentation serait grande alors d’assimiler « le Boiseleur » à l’un de ces beaux livres pour enfants – ce qu’il est de facto par le soin tout particulier apporté à sa réalisation comme souvent dans la collection « Métamorphoses »-.

    Il ne faudrait pourtant pas le réduire à cela. Comme dans « Beauté » et « Les Ogres-dieux », le conte est cruel et se mue en apologue et en dénonciation des travers de notre société. On y perçoit ainsi une critique du matérialisme et de la société de consommation. Hubert fustige délicatement notre tendance au panurgisme en montrant bien comment à la mode des oiseaux réels puis en bois succède en un laps de temps très court celle des sauriens (beurk !). Ce dernier engouement lui permettant de créer des cases délicieusement absurdes telles celle des gentes dames promenant nonchalamment leurs crocodiles en laisse et provoquant des accidents ! Il évoque également la condition de l’artiste et règle peut être ses comptes avec quelques éditeurs au passage en montrant comment un créateur peut être réduit de force à une répétition stakhanoviste des mêmes succès !

    Enfin cet album célèbre vraiment l’importance de l’art et tout cela dans une langue aussi ciselée que les dessins. Cette poésie se trouvant présente dès le mot valise choisi pour titre : le « (b)oiseleur », c’est Illian le sculpteur qui tel un OISELEUR capture la beauté de l’oiseau dans sa statue de de BOIS mais c’est aussi Hubert qui par le choix et l’énumération de noms d’oiseaux aussi poétiques qu’authentiques semble nous en faire entendre le ramage tandis que Gaëlle Hersent en les reproduisant magnifiquement et scrupuleusement avec un trait haché à l’ effet quasi buriné donne l’éclat de leur plumage dans des pages et des médaillons aux couleurs vives et chatoyantes qui tranchent sur les tonalités douces et passées du reste de l’album !

    Une œuvre polysémique et d’une grande beauté prévue en trois tomes qui pourront se lire indépendamment. Je vous invite vivement à découvrir d’ores et déjà le splendide « Mains d’Illian » !

    thieuthieu79 Le 07/11/2019 à 11:42:02

    Entre conte, poésie et fable, Le Boiseleur nous entraîne dans un univers totalement envoûtant.
    La mise en scène est atypique avec un grand nombre de pages pleines qui nous permettent d'admirer la somptueuse ville de Solidor. On a vraiment envie de s'y balader et d'en découvrir davantage.
    De plus, la narration autobiographique d'Illian, personnage principal, sous forme de larges textes placés dans certains espaces, donne un air de livre d'illustrations très plaisant.
    La mise en couleur satinée mélangeant des nuances d'ocre, de marron et d'or reflète parfaitement une époque nostalgique et féerique d'antan.
    Le détail de l’univers est poussé jusqu'au bout avec une magnifique couverture en relief qui comme un oiseau dans sa cage, permet de ranger cette ouvre dans son écrin.
    Le Boiseleur, une excellente surprise qui m'a plus que séduit et dont j'ai hâte de découvrir la suite.