Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest\' Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe

Écrivain révéré de son vivant doté d’une personnalité insaisissable,Yukio Mishima (1925 – 1970) aura marqué tant ses contemporains que le monde de la littérature mondiale. Durant sa courte existence, il a été le témoin de la destruction du Japon impérialiste lors de la Deuxième Guerre mondiale, puis de sa miraculeuse renaissance économique. Moderniste et nostalgique des traditions, cet héritier des samouraïs par sa grand-mère et fils de l’ère Meiji (qui avait ouvert l’Archipel au monde à la fin du XIXe siècle) n’arriva jamais à trouver un juste équilibre pour s’épanouir totalement. Finalement, las de voir les mœurs occidentales transformer la société nippone, il devient farouchement nationaliste et sombre peu-à-peu dans un extrémisme tenant plus du fantasme que de la raison. De plus, narcissique névrotique, il comprend rapidement que malgré tous ses efforts, son intellect et sa silhouette finiront irrémédiablement par décliner. Face à ces insupportables réalités, il met en scène un coup d’éclat improbable et se suicide par seppuku après une dérisoire tentative de soulèvement des forces armées.

Classique par son respect de la chronologie et complet dans son contenu, Ma mort est mon chef-d’œuvre offre un portrait cohérent de l’individu et de ses différentes incarnations. Très documenté et, visiblement, ayant bien potassé l'œuvre de son sujet, Patrick Weber décrypte et présente avec beaucoup d’acuité les différentes facettes de cet artiste hors-norme. En effet, Mishima est un être multiple et complexe : romancier doté d’un sens de l’observation et de synthèse implacable, homosexuel plus ou moins refoulé (il ne se déclarera jamais comme tel, se maria même et eut des enfants), amoureux des corps - spécialement du sien - il fut également acteur de cinéma et, malgré un attachement farouche aux usages ancestraux, il ne cessa de s’intéresser aux nouveautés de son époque. Pour faire le tour d’un tel personnage, le scénariste a pu heureusement compter sur la logique permanente du Japonais. Intellectuel glacé, ce dernier ne prenait jamais de décisions sans raison. Chacune de ses actions découlaient d’analyses mûrement réfléchies, souvent développées dans ses écrits. L’auteur du Pavillon d’or n’agissait pas par hasard et Weber a pu aisément remonter son cheminement, sans oublier de le replacer dans son temps. L’autre protagoniste de l’album, le Japon n’est pas oublié. Même blessure, même déchirement entre passé et modernité, une partie des doutes existentiels de Mishima se confondent évidemment avec ceux de son pays.

Directes, simples sans être simplistes ni tomber dans le minimaliste, les illustrations de Li-An se montrent parfaitement adaptées pour dépeindre cette destinée marquée par les obsessions et la fascination. Le trait, mêlant rigueur et légèreté, reste très libre et transmet les émotions, même les plus voilées. Au sein d'une seule planche, les regards passent de la sévérité à la séduction (pour une idée, une personne) avec un naturel déconcertant. Les yeux scrutent tandis que l’esprit reste toujours à l’affût. Petit bémol cependant, la rareté, voire l’absence, de quelques grandes compositions urbaines ou cartes géographiques se font remarquer. Celles-ci auraient facilité une immersion plus totale et, surtout, conduit à mieux situer les événements.

Finement écrit et réalisé, Mishima, ma mort est un chef-d’œuvre est un biopic de qualité cernant d’une manière remarquable l’homme et toutes les ambiguïtés générées par son génie.

Par A. Perroud
Moyenne des chroniqueurs
7.0

Informations sur l'album

Mishima - Ma mort est mon chef-d'œuvre

  • Currently 5.00/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 5.0/5 (3 votes)

  • Li-An
  • <N&B>
  • 10/2019 (Parution le 09/10/2019)
  • Vents d'Ouest
  • Intégra
  • 978-2-7493-0757-2
  • 256

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    BudGuy Le 02/04/2022 à 21:32:04

    Un épais one-shot retraçant la vie et les œuvres de l'artiste japonais Mishima, où on ressent un gros travail de documentation de la part de Patrick Weber. La présence d'une biographie en fin de volume vient compléter cette bande-dessinée.

    Ce n'est pas simplement la vie de Mishima mais également l'évolution du Japon avant et après la Seconde Guerre Mondiale avec son lot de contradictions et de progrès, qui est abordée.

    La lecture est à la fois très instructive et ludique de par son chapitrage et jeu de masques permanent puisque Mishima en aura porté des différents toute sa vie durant: écrivain, acteur, esthète fan d'arts martiaux, amateur de théâtres kabuki…
    Le dessin de Li-An flirte avec le style manga mais reste assez bien épuré et ne tombe jamais dans la caricature.

    Je retiendrai finalement que Mishima était un artiste qui chercha la perfection à travers ses écrits et son corps, et qui est allé jusqu'au bout de ses convictions (même si elles sont discutables), lui permettant ainsi d'accoucher son chef-d'œuvre ultime.