Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

RIP 2. Maurice - Les mouches suivent toujours les charognes

10/10/2019 3391 visiteurs 7.8/10 (5 notes)

Q uand un corps pourrit depuis des jours, des mois, voire des années, qu’il est couvert de mouches et que l’odeur lève le cœur, des spécialistes doivent intervenir pour nettoyer les lieux et récupérer tout ce qui a un peu de valeur. Il est nécessaire d’avoir l’estomac bien accroché pour faire ce boulot ; pour tout dire, il faut surtout être un peu paumé parce que personne ne souhaite occuper un emploi aussi sordide. De fait, les protagonistes de RIP sont davantage des victimes que les véritables acteurs de leur vie sur laquelle ils ont finalement peu d’emprise. La petite escouade est composée d’une demi-douzaine d’hommes ; chacun des tomes braquera les projecteurs sur l’un d’entre eux. L’album initial s’était attardé au destin de Derrick, un sympathique alcoolique ; cette fois il sera principalement question de Maurice, l’aîné de la bande, lequel cache un lourd passé de caïd à la retraite qui semble toutefois renouer avec sa carrière précédente.

Gaet’s maîtrise les rouages du polar. Tous les clichés de ce genre littéraire répondent présents : descente aux enfers, ruelles crasseuses, mines patibulaires, poitrines voluptueuses, alcool et clopes. L’histoire est par ailleurs conçue comme certaines séries télévisées où chaque épisode demeure autonome et raconte une anecdote, alors qu’une intrigue générale conduit d’une aventure à l’autre. En fait, c’est plus compliqué que cela puisque les événements se déroulent simultanément, ou du moins certains segments sont récurrents, par exemple l’arrivée d’Ahmed, un des membres de l’équipe, ou la découverte du cadavre d’une jeune femme. La mécanique se veut complexe et tout porte à croire que chacun des actes apportera un éclairage sur l’ensemble. Le scénariste s’amuse visiblement : en première page, après avoir écrit un message vengeur sur un miroir, le délinquant déclare : « C’est plutôt bien écrit je trouve. Ça devrait plaire aux lecteurs. »

Les illustrations de Julien Monier se montrent tout aussi glauques que le scénario. Le dessin, teinté d’expressionnisme, fait appel à des couleurs très foncées qui contribuent à créer l’ambiance. Les décors sont riches de détails, tout y apparaît systématiquement en désordre, vieux et décrépit. Les couvertures des deux premières parties, quasi identiques, donnent d’ailleurs le ton en proposant un portrait du héros, debout, les épaules voutées, entouré d’insectes. Le découpage, généralement sur trois bandes, se révèle assez classique ; les plans sont variés, à quelques reprises l’artiste présente pudiquement l’agresseur sous la forme d’une ombre menaçante, mais n’hésite pas exposer crûment des scènes violentes, comme c’est de coutume dans le roman noir.

Un projet qui se met doucement en place et qui promet de belles choses.

Par J. Milette
Moyenne des chroniqueurs
7.8

Informations sur l'album

RIP
2. Maurice - Les mouches suivent toujours les charognes

  • Currently 4.45/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.5/5 (20 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Random- Le 14/10/2019 à 22:20:54

    Ce tome 2 est tout aussi réussi que le 1er. Certes, l'histoire de Maurice est intéressante mais tout l'intérêt vient du fait que l'on retrouve avec plaisir certaines références et situations, sans sentiment de redite. Et on est impatient de découvrir la suite.... c'est bon signe!

    Yovo Le 10/09/2019 à 23:49:48

    Le tome 1 m’avait surpris, voire stupéfait, tant il allait loin dans la fétidité et un certain nihilisme. Mais vu qu'il pouvait se lire un peu comme un one-shot, je n’attendais pas forcément grand-chose du tome 2, car – pensais-je – l’effet de surprise se serait dissipé... Or, "Maurice" s’avère encore plus abouti que "Derrick", y compris niveau dessin. Lire les deux histoires en parallèle m’a plongé dans une espèce de fascination. C’est complétement retord et amoral mais assez génial. Gaet’s a vraiment créé un univers à part entière. Un monde unique, complexe et dérangeant, l’enfer de RIP !

    Une série extrêmement prometteuse, en tout cas. Assurément culte si les prochains tomes conservent cette cohérence, cette intelligence et cet esprit.
    A lire absolument et de toute urgence, si vous avez le cœur bien accroché !

    kingtoof Le 31/08/2019 à 10:16:47

    J'ai commencé par le tome 2 la loose!
    Album intéressant avec une galerie de personnages truculants.
    Chaque album de cette série est centré sur un personnage, l'ensemble formera le récit final.

    ALICECOOPER Le 25/08/2019 à 15:51:46

    Ce tome 2 est bien supérieur au premier. En même temps l'entrée en matière du tome 1 annonçait que du bon à venir. Ce deuxième volet est un petit chef d'oeuvre grâce à son final (ou peut-être est-ce cette rétrospective maîtrisée avec brio?) et tout simplement son scénario parfait dans la continuité du premier volet, un dessin excellemment original et plus de cent pages. Des gens étranges, noirs, loufoques, violents, simples, tordus mêlés à des histoires de meurtres, de vols, une affaire policière sympathique, un fond de vengeance, une infiltration... Que des affranchis !!!... Martin Scorsese aurait encore eu du chemin à faire pour atteindre ça! Les auteurs se sont bien gardés de dévoiler l'identité d'un personnage dont je tairai le nom. Tout cela dans l’équarrissage quotidien des morts de la vie, une série brutale, cruelle, et sombre dans laquelle rien ne va plus et rien ne va bien en réalité dans la noirceur de cette série. C'est ce qui en fait son originalité et j'espère son succès. Si l'enfer devait être décrit dans notre quotidien, je crois que cet album en serait une représentation honorable.

    L'une des citations que j'ai appréciée (bien que je les ai toutes appréciées) est : "Chaque pas dans la vie est un pas vers la mort"

    En outre, je félicite les auteurs pour leurs références à des artistes et des écrivains que j'admire tels que Bernard Werber, Hubert Félix Thiéfaine, Oscar Wilde, Jacques Higelin et sa vie molle, Frédéric Dard, Voltaire, Polnareff... ou encore la citation de Tony Montana de Scarface. Mais également pour le petit étalage sur les marques des poupées. Un poupée "PAT" en plus ça aurait été le clou mais bon... c'est du domaine de l'impossible je le reconnais, sans oublier le génialissime "Ou pas..." dans la bouche du Keuf (que mes enfants et moi adorons utiliser dès que bien placé) et le petit clin d’œil à "Annabelle". Album à lire et à relire (avec le tome 1 bien naturellement) La suite promet beaucoup. J'en appelle aux auteurs pour que les albums suivants "ils déchirent sa race" et qu'on en ait à nouveau plein la vue, et plein le cerveau.

    Série absolument indispensable et très prometteuse. A acheter sans l'ombre d'une hésitation.