Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

S uède, de nos jours. Moa, une artiste dans la vingtaine, souffre de crises d’angoisse à répétition. Consciente de sa situation, elle se fait suivre par un psychiatre afin de tenter de trouver un semblant d’équilibre. Autour d’elle, ses amis tentent de l’accompagner du mieux qu’ils peuvent, mais leur priorité reste de s’amuser et de profiter l’instant présent. Évidemment, sa vie amoureuse paie un lourd tribut à sa maladie. Récemment, elle a fait connaissance – via un app de rencontres - d’une personnalité connue qui souhaite aussi l’aider à surmonter ses problèmes de santé.

Sans filet ni fausse pudeur, Moa Romanova déballe tout dans Toujours tout foutre en l’air. Cette confession intime revient inlassablement sur ses difficultés au quotidien. Violents et insidieux, ses épisodes psychotiques sont peu compréhensibles pour son entourage. Malgré les regards et les remarques, il faut néanmoins continuer et se forcer à avancer pour faire partie du groupe. Prenante et poignante, la description est glaçante de vérité. En plus de présenter d’une façon précise et détaillée, voire clinique, cette pathologie, le récit offre également un portrait révélateur de la génération Z. Ceux-ci ne sont finalement pas si différents de leur prédécesseurs. Ils aiment se retrouver pour discuter ou faire la fête et sont tentés par des expériences plus ou moins interdites. Rien de bien nouveau, si ce n’était l’omniprésence de la technologie. Connectés en permanence, une bonne part de leurs interactions sociales se font par l’intermédiaire des écrans.

Graphiquement, la dessinatrice a lorgné dans le passé et reprend à son compte une part du design des années quatre-vingts. Décors et mise en couleurs minimalistes, le rendu général se veut neutre, presque morne. Toute l’attention se focalise sur les personnages aux allures très stylées. De plus, leur nature plastique permet d’exprimer directement les sentiments. À ce propos, la silhouette disproportionnée (tête atrophiée disparaissant peu à peu dans un corps immense) dont s'est dotée l’autrice s’avère révélatrice de ses luttes intestines. Résultat, l’intrication entre illustrations et scénario se montre totale.

Album autobiographique sans concession réalisé avec un talent certain, Toujours tout foutre en l’air est une lecture grave, quasiment étouffante. Moa Romanova y fait preuve d’une honnêteté et d’une franchise remarquables.

Par A. Perroud
Moyenne des chroniqueurs
6.0

Informations sur l'album

Toujours tout foutre en l'air

  • Currently 0.00/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Notez l'album (0 vote)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.