Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

L orsque Cheveux rouges s’enfuie avec Gina, le père de cette dernière, un riche propriétaire terrien, lance ses bouviers à la poursuite du couple. S’ensuit unéchaée dont l’issue pourrait s’avérer sanglante. Bien qu’elle se déroule en Provence, l’intrigue s’apparente au western. Tout d’abord la trame narrative, puis les décors faits de grands espaces, et enfin, des protagonistes qui, armes au poing, se déplacent à cheval et ne croient qu’en leur propre loi. Les amoureux n’aspirent pourtant qu’à vivre tranquillement dans une maison, à l’écart de la société, et d’y avoir une vaste marmaille. Pour y arriver, ils doivent affronter bien des périls.

L’histoire du Chant du Monde n’a rien d’extraordinaire, Roméo et Juliette dans la Camargue, pourquoi pas, mais encore ? Le récit de Jean Giono, adapté par Jacques Ferrandez, permet tout de même de développer une belle galerie de personnages, en particulier ceux des femmes. Dans cette saga, écrite en 1934, elles assument pleinement leur sexualité et leur liberté, elles n’ont peur de rien ni de personne, elles savent ce qu’elles veulent et comptent bien l’obtenir. Les figures masculines sont plus archétypales et nettement moins intéressantes : un père contrôlant, un autre dévoué, des hommes loyaux, pour le meilleur et pour le pire.

Le propos s’étire ? Peu importe, l’illustrateur des Carnets d’Orient a ainsi l’occasion de démontrer l’amplitude de son talent. D’abord les paysages auxquels il consacre de nombreuses doubles planches sur lesquelles il pose ses vignettes de telle façon qu’elles n’occupent pas tout la surface, comme s’il souhaitait éviter de complètement obstruer ses aquarelles. Paradoxalement, l’artiste se garde de surcharger ses cases. Privilégiant fréquemment un fond blanc ou abstrait, il invite le lecteur à concentrer son attention sur les acteurs, particulièrement sur l’expressivité des regards, entre autre sla colère contenue dans celui de Gina et le désarroi dans les yeux de son compagnon.

Jacques Ferrandez fait de jolies choses avec un roman un peu banal.

Par J. Milette
Moyenne des chroniqueurs
7.0

Informations sur l'album

Le chant du Monde

  • Currently 4.25/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.3/5 (4 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    kurdy1207 Le 01/10/2019 à 13:53:59

    Enfin un roman de Jean Giono en BD !

    Le chant du monde est une sorte de western moderne qui se déroule en Provence. Maudru poursuit sa fille Gina et cheveux rouges, un jeune homme au tempérament bien trempé, dont la belle est tombée amoureuse. Maudru n’accepte pas cet état de fait et à l’aide de ses bouviers tisse une toile dont ne doivent pas s’échapper les amoureux.

    Le père de Cheveux rouge, Matelot, s’inquiète et tente avec son compagnon Antonio de retrouver le jeune homme dont il n’a plus de nouvelles. Pourquoi Maudru s’acharne t’il ainsi ? Cheveux rouges a blessé mortellement son neveu auquel était promise Gina.

    Le sang appelle le sang et la vengeance bâtit la suivante. C’est le cycle infernal de cette histoire qu’il est parfois difficile de suivre tant le texte dans les bulles manque parfois de fluidité. L’ensemble est néanmoins réussi. Quant au dessin, j’ai trouvé assez génial ces doubles pages en parties prises par de magnifiques paysages.

    Le chant du monde n’est pas mon roman préféré de Jean Giono. Je lui préfère la poésie sidérante de « Que ma joie demeure » ou la dureté de la trilogie « Colline, Un de baumugnes et Regain » mais je remercie Jacques Ferrandez d’avoir entrouvert la porte des romans de Jean Giono. Cela peut donner des idées à d’autres auteurs…