Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

In Waves

26/09/2019 6111 visiteurs 7.8/10 (6 notes)

L e surf est une tradition ancestrale originaire d'Hawaï. Avant d'être un sport, il s'agissait d'une culture, une forme de communion avec les éléments. Lorsque les Occidentaux arrivèrent, ils découvrirent cette étrange pratique sans d'abord trop s'y intéresser. AJ Djungo raconte comment le surf est passé d'une tradition locale à une discipline sportive populaire à travers un hommage appuyé à deux pionniers de la discipline: Duke Kahanamoku et Tom Blake.

Mais In Waves, c'est aussi et surtout une évocation nostalgique de Kristen, premier amour de l'auteur, tragiquement fauchée par la maladie.

Les deux sujets paraissent complètement étrangers l'un à l'autre. Ils sont pourtant intimement connectés dans l'esprit de l'auteur. La nature de ce lien sera révélée au fil des chapitres. Avec une fluidité parfaite, AJ Dungo alterne le récit de la genèse du surf moderne et l'évocation pudique de Kristen. Une première danse maladroite, le lent rapprochement entre deux êtres pour aboutir à une relation forte, les petits riens qui comptent plus que tout...

Issu de l'illustration, Dungo privilégie la contemplation au dynamisme. Il ne capture pas le mouvement, ce qui peut sembler paradoxal lorsqu'il parle de surf. Sans doute est-ce parce qu'il ne l'aborde pas par le prisme de la performance ou de la quête d'adrénaline. Lorsqu'il évoque sa relation, il se concentre sur les instants, les regards... Il crée des bulles de mémoire. Il parle de leur rencontre, des malentendus, des moments partagés, du cancer qui mutile l'être chéri.

Entre le sépia qui illumine les pages sur l'histoire de la discipline et le bleu qui colore les souvenirs d'AJ Dungo, le lecteur est invité à prendre son temps. Ce n'est pas le genre de bande dessinée qui impose un rythme trépidant. Il incite au contraire à ralentir, à se perdre dans telle ou telle image.

Avec In Waves, AJ Dungo honore une promesse faite à Kristen. Le résultat est un livre magnifique, adoubé par Craig Thompson. Il est traversé d'une immense tristesse, mais réussit à éviter le pathos, même dans les moments les plus tragiques. D'une pudeur extrême, In Waves sera certainement l'un des titres marquants de 2019. Rares sont les ouvrages qui réussissent à susciter une émotion aussi pure. Elle surgit au détour d'une case, d'un mot. Elle vient par vagues.

Par T. Cauvin
Moyenne des chroniqueurs
7.8

Informations sur l'album

In Waves

  • Currently 4.68/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.7/5 (22 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Erik67 Le 25/08/2020 à 19:09:40

    On croit souvent que la vie est éternelle, que les bons moments qu’on passe avec sa dulcinée vont durer. Quelquefois, cela s’arrête malgré la jeunesse de l’âge à cause d’une foutue maladie. C’est pourquoi, il faut profiter de chaque instant de bonheur comme si c’était le dernier. Vivre intensément et passionnément.

    L’auteur a rencontré Kristen alors qu’il était un jeune adolescent. Même pas 10 ans après, elle est morte suite à sa maladie. La relation s’est construite au gré de ces moments de répit avant les rechutes. Il y a comme un apaisement, une reconnaissance de ces belles années pendant lesquelles l’amour a pris son envol. Comme si la confiance apporte le réconfort et la consolation. Rien ne pourra altérer ce qui a été vécu.

    La majorité de ces scènes sont des morceaux de vie figés comme une compilation de moments suspendus. Cela libère une véritable authenticité qui laisse exprimer une vérité émotionnelle. Même le graphisme pourtant épuré et minimaliste suggère une profondeur de l’âme. Bref, les textes sonnent justes et nous touchent. De belles valeurs nous sont transmises. C’est beau, triste et percutant.

    Il y a surtout cette passion pour le surf, instrument de liberté, dont on va découvrir toute l’histoire et la philosophie des plages hawaïennes en 1800 à ce jour. Le surf est surtout une métaphore. En effet, les vagues sont les fiancées de l’Océan. Rien n’est plus beau que de glisser sur les eaux pour affronter les mastodontes géants qui se brisent dans un flot d’écumes. Les vagues sont immortelles mais malheureusement pas les humains.

    L’un des plus grands auteurs de comics à savoir Craig Thompson nous indiquait sur la préface qu’il s’agit du meilleur roman graphique au monde du moment. C’est fort. Je souligne en effet que c’est sans doute l’un des meilleurs romans graphiques de la décennie. C’est surtout un hommage étonnant et incroyablement touchant à l'amour et à la résilience. Je recommande bien entendu également sa lecture.

    Reste le plus beau des cadeaux que fait l’auteur AJ Dungo en toute humilité à sa chérie disparue à savoir cette œuvre qui fait qu’elle existera pour toujours. On l’imagine alors debout sur sa planche avant qu’une déferlante se forme derrière elle pour la pousser sur de nouveaux rivages.

    Eric DEMAISON Le 15/02/2020 à 20:07:31

    Très belle histoire on en sort ému par le récit mais aussi par le graphisme qui ajoute à la mélancolie.
    De plus le scénario est très bien construit avec de multiples aller-retours entre d'une part l'histoire de cet amour détruit et l'aventure du surf, mas aussi entre les différentes époques, les récits n'étant pas linéaires. Belle découverte.

    Yovo Le 26/01/2020 à 23:15:30

    Je n’adhère pas vraiment aux éloges sur ce roman graphique... AJ Dungo avait promis cette BD à Kristen, sa compagne décédée. Promesse tenue, c’est beau et sincère.

    Mais ma 1ère réserve vient du dessin. Il est certes d’une élégance raffinée, mais semble aseptisé, vectoriel, sans émotion. Ce n’est pas, à mon avis, le type de graphisme qui convient à cette histoire-là. Car elle parle d’une double passion, celle du surf et celle qu’AJ éprouva pour Kristen. Et justement, ce dessin avec ces aplats de couleurs monochromes est complètement dépassionné. Il est esthétisant, sans rien d’humain ou de chaleureux. Il crée un immense silence entre le lecteur et le sujet, sans l’impliquer.

    Seconde réserve, j’ai quand même été surpris par le ton très factuel du récit. Peu de dialogues, peu d'interactions entre personnages. Cela donne l’impression que le graphisme l’emporte constamment sur un texte beaucoup trop neutre. Parce qu’en plus de cette froideur ambiante, on ne pénètre jamais non plus dans l’intimité du couple. On est juste témoins passifs de leur relation distanciée et quasi platonique. Non que je veuille des détails bien sûr, cette pudeur est tout à fait justifiable. Mais sans l'humour, sans la proximité du quotidien, impossible de ressentir la complicité qui les unissait, ni empathie pour eux. Ce qui est embêtant pour un récit censé toucher la sphère émotionnelle. L’ensemble m’a donc paru extrêmement froid, alors qu’il aurait pu, qu’il aurait dû être autrement poignant. Pour moi, cette retenue contemplative a quelque chose de morne et d'inexpressif, de presque anesthésiant.

    J’ai donc vécu bizarrement mon expérience de lecture, qui ne m’a pas laissé indifférent, mais pas du tout bouleversé comme d’autres albums ont pu le faire.

    C’est un livre original que je suis quand même content d’avoir dans ma collection, mais pas le chef d’œuvre annoncé.

    Hugui Le 27/12/2019 à 15:32:02

    Bien aimée cette histoire du surf qui symbolise l’histoire de la vie et de l’amour, les vagues reviennent sans discontinuer mais ne sont jamais les mêmes, et permettent de surnager sur la perte sans oublier.
    L’amour magnifiée par la culture hawaïenne est réellement touchant et la fluidité du dessin renforce la poésie de ce destin brisé rendu immortel par la magie de l’art.
    Bien que pas un grand fan des romans graphiques, je me suis laissé emporter par celui-ci.

    Aswin Le 28/09/2019 à 09:28:33

    Superbe. Et c'est vrai, l'historique du surf permet de balancer l'histoire de Kristen qui sans ça ferait une BD un peu trop morose. Un des bouquins de cette rentrée.

    Bourbix Le 23/09/2019 à 09:13:40

    La vie est un peu comme la mer : du mouvement, de la houle, des vagues, de l'immensité, aussi intense qu'insaisissable. J'ai beaucoup aimé surfer dans cet ouvrage au gré des pages. Les alternances de couleurs sont plutôt bien vu, et le récit est aussi didactiques (histoire du surf) que poignant. Car il s'agit bien d'une tragédie, narrée ici sans pathos mais avec ferveur. Vous finirez probablement comme moi avec de l'eau dans les yeux. :)