Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Priscilla (Coryn) On choisit pas sa famille

19/09/2019 1019 visiteurs 6.3/10 (3 notes)

A près les Mazzatella, les Deschiens et les Tuche, voici Priscilla et ses parents (sans compter les amis de la famille), Laetitia Coryn a inscrit son nouvel album au sein de la lignée prestigieuse des ignobles ignorants et fiers de l’être. Attention, lumières rouges clignotantes et avertissements sonores stridents ! L’autrice fait dans le lourd et ne s’est fixée aucune limite ou forme d’auto-censure. Certains sujets abordés pourraient choquer les moins ouverts à l’humour extrême. Les propos sont souvent scabreux et toujours atroces. Cela dit, c’est hilarant, frais et corrosif à souhait.

Nonobstant une mécanique simple et parfaitement rodée, les gags de la créatrice de La vie des vieux font immanquablement mouche. La pauvre Priscilla a bien du mérite pour supporter cet entourage composé de racistes libidineux adeptes de l’apéro permanent. Toutes les tares sociétales du moment sont passées en revue et absolument rien n’est épargné à la fillette. Aussi bien armée que la rédaction de Charlie Hedbo en entier, la scénariste se fait un malin plaisir de ridiculiser par l’exemple une distribution faite des pires sires possibles. Heureusement, les enfants sortent du lot grâce à leur part d’innocence. Ouf, un peu de répit, par contre, le constat général fait plus que froid dans le dos.

Une des grandes forces du livre tient dans le quotidien reconnaissable par tous qu’a utilisé la dessinatrice pour camper ses récits. Un salon, un bistrot, la rue, tout se passe ici, chez nous. De plus, le trait franc et direct, qui rappelle parfois le légendaire Albert Dubout, renforce encore ce sentiment de déjà-vu et le malaise qui va avec. Oui, même s’il ne s’agit que de caricatures outrancières et insupportables, ces gens pourraient être des voisins ou des noms lus dans les faits divers les plus épouvantables. Le rire est acide, presque douloureux et les non-dits pas moins abominables.

Rares sont les bandes dessinées au ton aussi libre et provocant. Sans jamais tomber dans le voyeurisme ou la gratuité, Coryn réussit son pari. Néanmoins, vu son contenu, Priscilla est un ouvrage à déguster en connaissance de cause.

Par A. Perroud
Moyenne des chroniqueurs
6.3

Informations sur l'album

Priscilla (Coryn)
On choisit pas sa famille

  • Currently 0.00/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Notez l'album (0 vote)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.