Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

L'humain

16/09/2019 923 visiteurs 6.0/10 (1 note)

U n demi-milliard d'années après notre ère. La Terre est parvenue à se remettre des outrages que l'humanité lui avait causés. La mission Phénix, menée par Robert et son équipe de robots, peut désormais démarrer...

Six ans après Diagnostics, Luca Varela et Diego Agrimbau s'associent une nouvelle fois. Exit l'introspection et les troubles mentaux, place à un thème cher à l'auteur du très réussi Le jour le plus long, l'anticipation sur base de science fiction.

En quelques pages, la mise en place efficace de Diego Agrimbau happe son lectorat. Une arrivée mystérieuse, au beau milieu d'une faune peu accueillante et une narratrice interne perdue donnent le la d'une intrigue rapidement prenante. Le trait rond et simple choisi par son complice pour croquer les décors et les créatures simiesques, autant que la quadrichromie noir-gris-rouge-rose contrastent avec l'omniprésence du danger et la cruauté de certaines situations.

En cinq chapitres rythmés, qui se dévorent plus qu'ils ne se lisent, la folie prend le pas sur la science avec une férocité sauvage. L'enchaînement des événements créent une tension sans nuire à la fluidité. C'est probablement le seul écueil tant le basculement de Robert paraît abrupte malgré le deuil qui le frappe. Une sensation appuyée par le manque d'informations et de développements du personnage de June, qui auraient amené plus aisément la transformation de son chercheur d'époux en Frankenstein futuriste.

L'Humain rate de peu le sans-faute. Une histoire bien narrée, dont la seconde partie s'avère quelque peu rapide pour convaincre pleinement, même si les choix - autant graphiques que scénaristiques -, osés et pertinents au vu des thèmes et du sujet, sont à saluer.

Par M. Moubariki
Moyenne des chroniqueurs
6.0

Informations sur l'album

L'humain

  • Currently 3.25/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.3/5 (4 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    chaps31 Le 07/10/2019 à 10:00:41

    Les dessins m'ont plu, un style qui fait un peu penser à Peeters et qui est réussi. Mais malheureusement le scénario est très convenu, les humains sont violents et détruisent tout, le monde naturel est mieux sans eux. Discours que l'on entends de nos jours une bonne 20aine de fois quotidiennement, donc comme base de scénario BD pourquoi pas, mais il faut que cela soit un point de départ à un développement original, ce qui n'est pas le cas. Une BD plaisante grâce aux dessins mais que le scénario me fait malheureusement vite oublier.

    thieuthieu79 Le 21/09/2019 à 09:13:47

    Certes, le dessin très rond peut paraitre un peu simpliste, mais il cache dans le font quelque chose de puissant et de profond. Car c'est aussi ce que l'histoire raconte. Comment l'homme, même 500.000 ans après ses erreurs qui ont entrainé la fin de son espèce sur Terre, est capable par avidité, cupidité et soif de pouvoirs, de recréer les mêmes erreurs. Au fur et à mesure que le récit avance, c'est une véritable montée en puissance et en cruauté qui s'opère.
    Cette atmosphère est renforcée par la mise en couleur en Quadrichromie (noir, gris, rouge, rose). Une scène calme sera ponctuée de gris et de rose alors qu'une autre sanglante sera à l'inverse noyée dans le rouge et le noir.
    L’ensemble s'en retrouve extrêmement fluide. Les auteurs réussissent ainsi à nous embarquer avec eux dès les premières pages. Tous ces choix totalement assumés et convaincants nous donnent un récit qui l'est tout autant.