Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Maudit sois-tu 1. Zaroff

13/09/2019 4541 visiteurs 7.0/10 (1 note)

U ne chasse à l'homme se déroule dans les bas-fonds de Londres : les instincts primaires peuvent s'exprimer en toute liberté. Le comte Zaroff contrôle la bête et la flatte ; il savoure cette puissance jouissive de pure animalité. Ceci n'est cependant qu'une machination visant à un dessein final plus grandiose : sa vengeance sur les méprisables individus à l'origine de la mort de son ancêtre et qui ont jeté une malédiction sur sa famille, cent cinquante ans auparavant. Il compte persécuter leurs descendants, uniquement coupables d'être de leur lignée. Son comparse, le docteur Moreau, joue à dieu et apporte sa contribution par des expérimentations contre-nature, innommables…

Après sa quadrilogie de SF Parallèle et le premier tome de Un peu de tarte aux épinards, Philippe Pelaez s'attaque à une trilogie qui aurait pu s'inscrire dans la collection 1800 de chez Soleil (titres qui mettent en scène des héros de la littérature du dix-neuvième siècle évoluant dans un univers aux accents surnaturels) mais qui parait chez Ankama. Chaque épisode apportera des réponses au précédent, sur le principe d'une analepse.

À la fois fantastique et dramatique, l'intrigue mêle des personnages romanesques (Moreau), cinématographiques (Zaroff) et réels (Shelley) autour d'un thème central : être l'égal de Dieu. Il y a du H.G Wells, du Dr Jekyll et Mister Hyde et peut-être du Frankenstein, néanmoins le scénario sait s'en détacher pour construire une base originale qui reste malgré tout dans l'esprit «épouvante», notamment avec le machiavélisme et la folie du duo de persécuteurs. Chaque rôle possède un caractère bien défini et complexe, s'éloignant des stéréotypes attendus. La réunion d'autant de héros connus était périlleuse toutefois, l'alchimie fonctionne parfaitement. Les dialogues dans le ton permettent de cerner les différents protagonistes et contribuent au plaisir de lecture avec certaines expressions fleuries. Le suspense n'est pas en reste avec une traque au sommet haletante. Si des zones d'ombre persistent, elles seront, à n'en pas douter, dissipées par la suite.

À regarder les illustrations de Carlos Puerta (Adamson, Jules Vernes et l'astrolabe), le lecteur pense aux anciennes couvertures de Bob Morane d'Henri Vernes ou à celles d'Edmund Bell de René Follet. Il se dit alors que le dessinateur à réussi à enlever cette pellicule d'aspect rétro/kitsch afin de donner à l'ouvrage un rendu vintage, en parfait accord avec le genre. Le réalisme photographique, associé à la palette étendue de couleurs douces et à l'éclairage cinématographique, transporte aisément dans cet univers aux influences multiples. Toi le spectateur, lis chaque planche attentivement car des informations importantes y sont glissées, laissant donc toute l'opportunité aux images de délivrer des indices.

Maudits soyez-vous, messieurs les auteurs ! En effet, le porte-monnaie ne vous remercie pas car votre début de saga se révèle particulièrement attractive et prometteuse.

Même héros, contexte et traitement différents : Zaroff.

Par L. Moeneclaey
Moyenne des chroniqueurs
7.0

Informations sur l'album

Maudit sois-tu
1. Zaroff

  • Currently 3.92/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.9/5 (26 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Erik67 Le 12/07/2021 à 08:21:05

    Visiblement, le conte russe Zaroff semble faire des émules chez les auteurs actuellement qui reprenne ce personnage à toutes les sauces. Bien entendu, il reste toujours ce chasseur d'humains assez sanguinaire.

    En l'espèce, il souhaite accomplir une vengeance vieille de 150 ans pour punir les descendants ayant causé la perte d'un arrière arrière grand père. Il va employer les grands moyens que lui permettent sa fortune acquise dans la Russie de Poutine. La motivation ne semble pas très crédible.

    L'originalité de ce récit est qu'il va former une trilogie avec deux autres personnages que l'on verra notamment dans les tomes suivants à savoir le Dr Moreau en 1848 puis Mary Shelley en 1816 qui est l'auteur de Frankenstein pour rappel. Chaque récit va apporter des réponses au précédent.

    Le dessin de Carlos Puerto (dont on se souvient de la fameuse série non achevée Adamson) reste d'un réalisme assez saisissant. Il y a une colorisation dans les tons sépia du meilleur effet qui crée une atmosphère assez oppressante.L’alchimie entre histoire et dessin fonctionne vraiment bien et donne un premier tome à la véritable tension dramatique.

    On n'a qu'une hâte: découvrir la suite en remontant dans le temps afin de savoir précisément ce qui s'est passé pour en arriver là. C'est un bon thriller qui repose sur une intrigue digne des meilleures fictions.

    kingtoof Le 22/10/2019 à 22:30:15

    Une adaptation des chasses du Comte Zaroff.
    J'ai apprécié cet album.
    L'ambiance est extrêmement bien rendue grâce au design de Carlos Puerta.
    Curieux de voir la suite...

    Shaddam4 Le 18/09/2019 à 11:31:44

    Tombé par hasard sur l’image de cette première couverture j’ai été surpris qu’Ankama ne communique pas plus sur ce cette série dont le potentiel est réellement intéressant. Je précise qu’elle n’a rien à voir avec le Zaroff paru au printemps au Lombard, hormis le roman et le film qui en sont partiellement à la source. Outre cette image alléchante et morbide qui reflète bien l’histoire, le volume comprend un intéressant cahier final de contexte abordant l’époque du film plus que le projet (… dont on aimerait lire des infos dans les prochains volumes!). Cette histoire en trois tomes abordera une vengeance au travers de trois époques en remontant dans le passé et constituées comme des variations sur les personnages du Comte Zaroff, du Docteur Moreau et de l’auteur de Frankenstein, Mary Shelley.

    Londres, aujourd’hui. Intervenant à différents titres sur les lieux d’un crime énigmatique, deux hommes et deux femmes se retrouvent liées autour du mystérieux comte Zaroff, oligarque russe adepte de la chasse et associé à un médecin aux pratiques affranchies de la morale et de l’éthique. Bientôt ces quatre innocents vont apprendre qu’ils sont impliqués dans une vengeance qui remonte au siècle dernier…

    Les chevauchements de calendriers sur des projets proches sont assez fréquents en ciné, beaucoup moins en BD. Qu’est ce qui a fait que deux scénaristes planchent sur deux projets cousins, que les dessinateurs rendent copie la même année et que l’éditeur prévoie une parution proche? Mystère! Cela ne doit pas pour autant vous dissuader de délaisser l’un ou l’autre qui sont très différents. Pour l’ouvrage de Runberg/Miville-Deschêne je vous renvoie à ma critique (vois ci-dessus). Chez Ankama si on reste dans la thématique du super-méchant fou et de sa chasse immorale, l’ambition des auteurs est plus vaste puisqu’il s’agit bien de convoquer en une forme d’uchronie des figures de la littérature ou de la société victorienne pour les lier en un projet criminel d’une envergure qui dépasse le siècle. Je dirais presque que Zaroff, modernisé en un milliardaire russe excentrique n’est pas le cœur du projet mais plutôt le monstrueux Docteur Moreau et ses créations indicibles. La finesse du scénario nous laisse comprendre que la thématique glisse imperceptiblement de Zaroff à Shelley en passant par Moreau. On commence sur le premier situé au cœur de l’histoire avec le second comme side-kick et quelques allusions à la troisième. On imagine que le volume deux se centrera sur Moreau avec une liaison avec Shelley, etc. J’aime beaucoup quand les auteurs présentent leur projet d’ensemble que l’on peut alors décortiquer au fur et à mesure de la lecture.

    L’atmosphère (renforcée par les dessins très particuliers de Carlos Puerta) est pesante, immorale et radicale. Le scénariste n’y va pas par quatre chemins [...]

    Lire la suite sur le blog:
    https://etagereimaginaire.wordpress.com/2019/09/18/maudit-sois-tu-1-zaroff/