Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Laowai 3. La chute du palais d'été

13/09/2019 752 visiteurs 6.5/10 (2 notes)

D ans la guerre opposant la France et l'Angleterre à la Chine, François et Jacques sont trempés jusqu'au cou. Liées depuis le début, les trajectoires des deux amis se sont révélées totalement opposées. Alors que le premier est horrifié par les dessous du conflit et a approché de trop près l'opium, le second s'est mué en soldat téméraire afin de gagner le respect de son père naturel. Pour l'un comme pour l'autre, l'heure de vérité a sonné et le danger n'a jamais semblé aussi proche.

Avec la fin de La bataille de Dagu, Didier Alcante et Laurent-Frédéric Bollée avaient mis en place tous les éléments pour une conclusion épique et sanglante. Après un rappel saisissant sur l'élément déclencheur de l'enrôlement de leur héros, les premières planches de La chute du palais d'été restent pleinement dans le ton. Toujours aussi à l'aise pour peindre les costumes traditionnels chinois et les uniformes du Second empire, Xavier Besse régale de belles compositions. Il joue aussi des expressions et des cadrages pour accompagner les (nombreux) éléments que ses comparses égrènent. Entre la tension des dernières négociations et les échanges incisifs opposant Jacques et le général Montauban, François et le sergent Marais ou entre les représentants des deux camps, les scénaristes ne laissent guère le lecteur respirer, sans jamais que la fluidité n'en souffre.

Sans taire la conduite des Occidentaux, ils s'appuient sur les destins croisés de leurs personnages centraux (les deux amis mais aussi Valentine la journaliste, Jia Li, la veuve de l'ambassadeur ou Sengge Linqin) pour raconter la grande Histoire. Celle de la première guerre économique si peu mise en avant de ce côté-ci du globe. Avec métier, ils rendent leur trame passionnante et offrent à leur complice l'occasion de montrer son sens de la mise en scène notamment lors de séquences de combats explosives. Elles restituent avec force la cruauté, la violence et l'intensité des affrontements par des ambiances marquantes. De jour comme de nuit, elles soulignent chaque passage grâce à une colorisation directe très réussie, jusqu'à l'ultime case.

Une conclusion épique, pour une intrigue qui met en lumière une partie méconnue du passé commun de la France, de la Grande-Bretagne et de la Chine. Documentée, bien narrée et dépaysante à souhait, Laowaï s'avère une série à la hauteur de ses ambitions. Un divertissement intelligent à ne pas manquer.

Lire la chronique du tome 1.
Lire la chronique du tome 2.
Lire la preview du tome 1.

Par M. Moubariki
Moyenne des chroniqueurs
6.5

Informations sur l'album

Laowai
3. La chute du palais d'été

  • Currently 4.80/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.8/5 (5 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    kurdy1207 Le 17/09/2019 à 08:39:09

    Merci à BRUXELLESBELGIUM qui avec son avis sur le tome trois nous fait part de l’intégralité de la lettre de Victor Hugo au capitaine Butler. La sauvagerie et la barbarie n’ont pas de frontière et ce sont certainement les seules à pouvoir voyager à travers les continents sans passeports. Cette belle série prend fin et est à conseiller aux amateurs d’aventures et d’exotisme. Que d’écœurement nous propose la nature humaine…

    BRUXELLESBELGIUM Le 06/09/2019 à 20:54:08

    Victor Hugo et le sac du Palais d’été

    Lettre au capitaine Butler
    L’empereur Xianfeng est en fuite. Il a abandonné Pékin aux troupes anglo-françaises qui, le 6 octobre 1860, envahissent sa résidence d’été, d’une beauté exceptionnelle, la saccagent, la dévastent. Ce pillage, qui marquera la seconde guerre de l’opium, indigne certains témoins occidentaux. Victor Hugo, lui, ne connaît cette « merveille du monde » qu’à travers le récit des voyageurs, mais, d’emblée, il prend le parti des civilisés, les Chinois, contre les barbares.


    Hauteville House, 25 novembre 1861

    Vous me demandez mon avis, monsieur, sur l’expédition de Chine. Vous trouvez cette expédition honorable et belle, et vous êtes assez bon pour attacher quelque prix à mon sentiment ; selon vous, l’expédition de Chine, faite sous le double pavillon de la reine Victoria et de l’empereur Napoléon, est une gloire à partager entre la France et l’Angleterre, et vous désirez savoir quelle est la quantité d’approbation que je crois pouvoir donner à cette victoire anglaise et française.

    Puisque vous voulez connaître mon avis, le voici :

    ll y avait, dans un coin du monde, une merveille du monde ; cette merveille s’appelait le Palais d’été. L’art a deux principes, l’Idée qui produit l’art européen, et la Chimère qui produit l’art oriental. Le Palais d’été était à l’art chimérique ce que le Parthénon est à l’art idéal. Tout ce que peut enfanter l’imagination d’un peuple presque extra-humain était là. Ce n’était pas, comme le Parthénon, une œuvre rare et unique ; c’était une sorte d’énorme modèle de la chimère, si la chimère peut avoir un modèle.

    Imaginez on ne sait quelle construction inexprimable, quelque chose comme un édifice lunaire, et vous aurez le Palais d’été. Bâtissez un songe avec du marbre, du jade, du bronze, de la porcelaine, charpentez-le en bois de cèdre, couvrez-le de pierreries, drapez-le de soie, faites-le ici sanctuaire, là harem, là citadelle, mettez-y des dieux, mettez-y des monstres, vernissez-le, émaillez-le, dorez-le, fardez-le, faites construire par des architectes qui soient des poètes les mille et un rêves des mille et une nuits, ajoutez des jardins, des bassins, des jaillissements d’eau et d’écume, des cygnes, des ibis, des paons, supposez en un mot une sorte d’éblouissante caverne de la fantaisie humaine ayant une figure de temple et de palais, c’était là ce monument. Il avait fallu, pour le créer, le lent travail de deux générations. Cet édifice, qui avait l’énormité d’une ville, avait été bâti par les siècles, pour qui ? pour les peuples. Car ce que fait le temps appartient à l’homme. Les artistes, les poètes, les philosophes, connaissaient le Palais d’été ; Voltaire en parle. On disait : le Parthénon en Grèce, les Pyramides en Egypte, le Colisée à Rome, Notre-Dame à Paris, le Palais d’été en Orient. Si on ne le voyait pas, on le rêvait. C’était une sorte d’effrayant chef-d’œuvre inconnu entrevu au loin dans on ne sait quel crépuscule, comme une silhouette de la civilisation d’Asie sur l’horizon de la civilisation d’Europe.

    Cette merveille a disparu.

    Un jour, deux bandits sont entrés dans le Palais d’été. L’un a pillé, l’autre a incendié. La victoire peut être une voleuse, à ce qu’il paraît. Une dévastation en grand du Palais d’été s’est faite de compte à demi entre les deux vainqueurs. On voit mêlé à tout cela le nom d’Elgin, qui a la propriété fatale de rappeler le Parthénon. Ce qu’on avait fait au Parthénon, on l’a fait au Palais d’été, plus complètement et mieux, de manière à ne rien laisser. Tous les trésors de toutes nos cathédrales réunies n’égaleraient pas ce splendide et formidable musée de l’orient. Il n’y avait pas seulement là des chefs-d’œuvre d’art, il y avait un entassement d’orfèvreries. Grand exploit, bonne aubaine. L’un des deux vainqueurs a empli ses poches, ce que voyant, l’autre a empli ses coffres ; et l’on est revenu en Europe, bras dessus, bras dessous, en riant. Telle est l’histoire des deux bandits.

    Nous, Européens, nous sommes les civilisés, et pour nous, les Chinois sont les barbares. Voila ce que la civilisation a fait à la barbarie.

    Devant l’histoire, l’un des deux bandits s’appellera la France, l’autre s’appellera l’Angleterre. Mais je proteste, et je vous remercie de m’en donner l’occasion ; les crimes de ceux qui mènent ne sont pas la faute de ceux qui sont menés ; les gouvernements sont quelquefois des bandits, les peuples jamais.

    L’empire français a empoché la moitié de cette victoire et il étale aujourd’hui avec une sorte de naïveté de propriétaire, le splendide bric-à-brac du Palais d’été.

    J’espère qu’un jour viendra où la France, délivrée et nettoyée, renverra ce butin à la Chine spoliée.

    En attendant, il y a un vol et deux voleurs, je le constate.

    Telle est, monsieur, la quantité d’approbation que je donne à l’expédition de Chine.

    Victor Hugo