Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

L'argentine

02/09/2019 3975 visiteurs 8.0/10 (3 notes)

Y von d’Alayrac est un homme de pouvoir, il a été le conseiller de trois présidents de la République et son avis est de ceux qu’on écoute. L’avènement du gouvernement d’extrême-droite de Lebrun l’a cependant mis sur la touche de l’arène politique. Alors, pourquoi s’en prendre à sa fille ? Un enlèvement express sans revendication ou demande de rançon, une police qui patine, un ambassadeur argentin embarrassé… et si la réponse était à trouver du côté de la clinique où la mère de l’adolescente repose depuis des années dans un coma inexpliqué ?

L’Argentine marque le grand retour d’Andreas en tant qu’auteur complet ; quoi de mieux qu’un polar mâtiné de fantastique pour marquer le coup ? Ceux qui se souviennent de Coutoo devraient apprécier. Se détacher de ses œuvres passées sans perdre son âme, la volonté du créateur de Rork et Capricorne de ne pas se répéter est plus que palpable au fil des pages. Exit l'ésotérisme et, même s’il baigne dans le mystère et que toutes les vérités ne sont pas bonnes à savoir, le scénario penche nettement vers le «whodunit» classique. Unité de lieu, une distribution limitée et des indices judicieusement semés puis révélés, cette intrigue à la Agatha Christie, à peine saupoudrée d’une pincée de Jean Ray, s’avère plus que prenante, voire crispante.

Découpage impeccable et imparable (comme d’habitude remarqueront les habitués), trait épuré à l’extrême complété par une mise en couleurs surprenante, l’ensemble est audacieux et, heureusement, parfaitement au point. Isa Cochet utilise des aplats de tons francs sur lesquels les différents éléments de la narration se détachent ou, à l’inverse, se dissimulent. Le résultat est étonnant, mais se révèle efficace et dégage une atmosphère en parfait accord avec le cours des événements. Les scènes nocturnes ou en sous-sols sont à relever. Entre les nuits noires d’encre et le jeu furtif des silhouettes, c’est bien dans les ombres que se trouve une part des ressorts de cette étrange affaire.

Superbe album à la réalisation soignée, nombreux sous-thèmes explorés, des pistes intelligemment étagées et, surtout, un suspens total, L’Argentine est une réussite à tous les points de vue.

Par A. Perroud
Moyenne des chroniqueurs
8.0

Informations sur l'album

L'argentine

  • Currently 3.67/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.7/5 (6 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    RoRk41 Le 25/08/2019 à 09:07:24

    Comme toujours avec Andreas, une fois l'album terminé il faut le recommencer pour comprendre les détails loupés... (même si cela reste plus accessible que d'autres albums)
    Sur un fond politique, Andreas décline ses gammes:
    - passage entre deux mondes - c'est du fantastique - pas un policier.
    - architecture
    - vers (ici remplacés par des serpents...)
    - mélo familial (cf dernier cycle ARQ)

    la mise en page est plutôt sobre, mais cela reste du Andréas.

    La palette de couleurs d'Isa Cochet est sublime et aide à la compréhension du dessin.

    Que du bonheur. Merci à vous!