Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

E n cette année 1765 au Château de Ferney, Voltaire décide de s'entretenir avec un biographe. Il évoquera des événements déterminants de sa longue existence : son enfance chez les Jésuites, ses premières rencontres avec l'Amour, sa passion pour l’écriture, ses aspirations dans la société, ses réussites et ses revers… À la même époque, une affaire de dégradation d'objets religieux et d'atteinte au culte catholique remue Abbeville avec pour principal suspect, un certain chevalier de La Barre. Le philosophe, loin d'être indifférent au sort de ce dernier, jouera de sa plume pour réhabiliter sa cause.

Le temps d'une parenthèse dans leur série Amours fragiles, Philippe Richelle et Jean-Michel Beuriot s'intéressent à un personnage controversé et ambigu : François-Marie Arouet, dit Voltaire. Les auteurs souhaitaient explorer le siècle des Lumières et proposent ainsi ce «biopic» construit de manière originale, entre succès et échecs, reconnaissance, polémiques et scandale.

Philippe Richelle se base sur des faits réels et les met en scène librement. Avec une construction qui pose en parallèle les «confessions» du héros et le déroulement de l'enquête, le scénariste permet d'échapper habilement à une narration linéaire classique. L'histoire se révèle particulièrement vivante et passionnante. Elle montre des aspects méconnus de l'homme, philanthrope mais pas trop, détestant l'hypocrisie tout en jouant au moment opportun... Étonnant, perspicace et attachant, ce dramaturge reste résolument moderne dans l'âme. L'investigation rend possible, quant elle, d'ajouter une petite dose de suspense et d'évoquer l'esprit de l'époque, avec le caractère sacré de l'Église.

Jean-Michel Beuriot utilise judicieusement la couleur directe à l'aquarelle, appliquée à même le dessin réalisé au crayon. spontané et expressif un rendu d'une belle luminosité et fraîcheur. Le dessinateur s'est sérieusement documenté comme le prouvent ses beaux décors ou l'évolution des costumes au cours des périodes abordées. La lecture se savoure, plaisante, fluide et légère.

Une excellente évocation d'un artiste que tout le monde connait, peu ou mal, au final. Cet ouvrage permet de remettre à l'honneur cet écrivain de grand talent, avec ses qualités et ses défauts.

Par L. Moeneclaey
Moyenne des chroniqueurs
8.0

Informations sur l'album

Voltaire le culte de l'ironie

  • Currently 3.00/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.0/5 (1 vote)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    pysa Le 21/09/2019 à 12:14:39

    Jean-Michel Beuriot et Philippe Richelle signe une biographie dessinée de Voltaire. La jeunesse du philosophe des lumières est rapidement évoqué et le scénario se concentre sur les derniers combats de l'écrivain. Le sujet est riche et intéressant mais le résultat n'est pas tout à fait convainquant, notamment au niveau graphique.