Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Les maîtres des îles 1. Aux Vents des Antilles : Martinique 1845

26/08/2019 2588 visiteurs 6.0/10 (1 note)

E liza ne supporte pas les entraves, d'aucune sorte. Avec son caractère bien trempé et ses besoins vitaux de liberté, elle est prise entre l'autorité percluse de traditionalisme de son grand-père, son idylle naissante pour un jeune natif de la plantation de canne à sucre familiale et son attirance mêlée d'admiration à l'égard de Volny, récent propriétaire devenu citoyen libre. En 1846, à Saint-Pierre de Martinique, l'esclavagisme jette ses dernières forces dans sa lutte contre la modernité et le changement des mentalités sur l'exploitation des êtres humains. L'adolescente espère de toutes ses forces y prendre part.

Stéphane Piatzszek, qui a notamment signé les scenarii de Commandant Achab et de La cour des miracles, propose une nouvelle saga exotique située dans une époque charnière de l'histoire des Droit de l'Homme. Au travers de plusieurs destins qui s'opposent et se complètent, il décrit ainsi les différentes visions et positions sur l'épineuse question de l'utilisation immorale de l'individu par ses congénères. Les péripéties et rebondissements, nombreux, assurent une lecture plaisante et attentive. Les portraits se révèlent relativement juste, sans exagération dans le pathos, la violence ou les prises de parti.

Le style de Gilles Mezzomo (Mexicana) rappelle celui de Frédéric Bihel (L'Or). De veine classique et réaliste, il ne prend pas de risque dans les cadrages et les angles de vue. Cependant, cette austérité apparente est en grande partie effacée par la colorisation vive et chaleureuse et la fluidité du rythme de lecture. Les panorama insulaires ne sont pas nombreux, mais transportent aisément dans des décors paradisiaques.

Les maîtres des îles s'avère être un premier tome qui ne manque pas d'atouts ni de charme, du fait de son contexte relativement intéressant et ses personnages attrayants, bien campés.

Par L. Moeneclaey
Moyenne des chroniqueurs
6.0

Informations sur l'album

Les maîtres des îles
1. Aux Vents des Antilles : Martinique 1845

  • Currently 4.68/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.7/5 (41 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Erik67 Le 08/07/2021 à 08:21:33

    Nous avons l'archétype de la jeune héroïne Eliza Huc qui vient de sortir de l'école des bonnes sœurs pour rejoindre la plantation familiale située en Martinique dans les Antilles en 1845 dans les pires moments de l'esclavage.

    Il est question d'un monde en plein changement avec de nouvelles lois un peu plus protectrice pour les esclaves et l'industrialisation qui aura un effet sur les productions agricoles de l'île.

    On va assister à des scènes assez cruelles qui démontrent que les propriétaires blancs n'étaient prêt à rien lâcher de leur pouvoir. Notre jeune héroïne qui a fleurté avec un black va l'apprendre à ses dépend. Le jeune esclave en question qui devait satisfaire les moindres caprices de sa maîtresse va en perdre la main au sens propre du terme.

    J'avoue avoir eu un peu de mal avec ce graphisme que j'ai trouvé un peu vieillot et trop classique mais c'est une affaire de goût tout simplement. Il faut s'y habituer.

    Au final, c'est une véritable saga historique et familiale, sociale et politique, ayant pour cadre la Martinique ainsi que les plantations de canne à sucre. Pour mémoire, les esclaves se sont soulevés sans attendre le décret de 1848 proclamant la fin de l'esclavage. Bref, cela va être la fin des maîtres des îles pour notre plus grand bonheur.