Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

D ans Les Indes fourbes, Alain Ayroles poursuit les péripéties du héros narrées dans L’histoire de la vie de l’aventurier don Pablos de Ségovie, vagabond exemplaire et miroir des filous, un récit picaresque de Francisco de Quevedo publié en 1626. Ce dernier promettait un second volet qui n’est jamais venu. L’oubli est désormais réparé.

Dès son plus jeune âge, Pablos a reçu un sage conseil de son père : « Tu ne travailleras point ». Mais quand on naît gueux, respecter la consigne familiale relève du défi. Il faut mendier, mentir, voler, tricher et trahir. Et, le cas échéant, assumer que ces agissements puissent favoriser les inimitiés. À la suite d’une de ces embrouilles qui a particulièrement mal tourné, le chenapan découvre à son chevet les seigneurs Alguazil et Reyes à qui il dépeint sa vie, de son enfance à Madrid jusqu’à ses aventures en Amérique. Les deux nobles l’écoutent en attendant patiemment qu’il aborde le chapitre de l’El Dorado. Mais avant d’y arriver, le délinquant se souvient de ses rencontres avec les mal-aimés de la société, les esclaves, les autochtones, les mendiants estropiés, sans oublier les gentilshommes ruinés.

L’auteur de Garulfo est en forme. Sa plume est vive, ses dialogues acérés et son vocabulaire riche. Bien que le ton se veuille humoristique, le lecteur y entend une virulente critique sociale. Celle d’un monde où les Africains sont réduits à l’esclavage, où les conquistadors massacrent les aborigènes et où les prêtres n’ont de compassion que pour leurs coreligionnaires. Après tout, aussi malchanceux soit-il, l’Européen blanc peut toujours entrevoir le sommet. C’est du reste le propos de la seconde partie de l’album, celle où le protagoniste entame un simulacre de rédemption. L’homme apparaît abject, tout en demeurant sympathique. La morale de l’histoire est cynique et le rire souvent amer. La fable propose par ailleurs un intéressant exercice alors que la structure du projet est déconstruite, sans que cela ne déroute le bédéphile.

Le dessin caricatural de Juanjo Guarnido éblouit. L’illustrateur de Blacksad offre des bouilles incroyables à ses acteurs, lesquels exhibent en quasi permanence un air ahuri. Les décors, notamment les navires avec tous leurs cordages, de même que la faune et la flore du Nouveau-Monde, témoignent d’un travail impressionnant que des vignettes, fréquemment volumineuses, permettent d’observer à loisir. Son coup de crayon dégage beaucoup de puissance et d’éloquence ; pour preuve, le scénariste n’hésite pas à écrire : « Écoutez, imaginez, et de tous vos yeux… voyez ! »… avant de se taire pendant une douzaine de pages, laissant son confrère seul pour présenter l’El Dorado. Le dessin s'impose donc comme une composante significative de la narration, la véritable conclusion se trouve d’ailleurs dans un clin d’œil, un peu étonnant, à une œuvre du peintre espagnol Diego Velázquez. Mentionnons enfin que l’artiste et ses complices, Jean Bastide et Hermine Janicot-Tixier, ont réalisé une très belle mise en couleur à l’aquarelle.

L’ouvrage est copieux (cent quarante-cinq planches) et son format légèrement plus grand que la normale. Le papier est épais et la couverture affiche un léger embossage, puis un joli ruban signet complète le tout. Bref, l'éditeur livre un produit de qualité qu’il vend peut-être un peu cher.

Dans cette entreprise, les images de Juanjo Guarnido servent le texte d’Alain Ayroles, à moins que ce ne soit l’inverse. Pour tout dire, l’osmose est parfaite et les amateurs de De cape et de crocs ne devraient pas être déçus.

Par J. Milette
Moyenne des chroniqueurs
8.7

Informations sur l'album

Les indes Fourbes

  • Currently 4.38/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.4/5 (16 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    judoc Le 10/09/2019 à 22:32:31

    Un graphisme magnifique et des gouailles comme Juanjo Guarnido en a le secret qui rendent une fois de plus ses personnages incomparables.

    Le scénario n'est pas en reste avec ce casse mémorable (qui ferait pâlir d'envie le plus tordu des escrocs) et ses situations incongrues (saupoudrées de répliques souvent savoureuses).

    L'ensemble nous donne une BD passionnante.

    Un tout petit bémol sur la narration à la première personne qui alourdit la fluidité de l'histoire même si l'on comprend aisément que cette méthode était quasi indispensable.

    Excellent album au final, à découvrir rapidement !

    collectionman Le 10/09/2019 à 15:32:38

    Un album absolument remarquable tant par la subtilité des dialogues d'Ayroles que la beauté des dessins de Guarnido .
    Cette oeuvre va devenir absolument une oeuvre référence et donne envie de poursuivre sa quête de très bonnes bandes dessinées

    fandebd54 Le 05/09/2019 à 09:51:41

    Pour Alicecooper : Aurais-tu oublié que cette bd fait 160 pages ?? Et que tu pourras la ranger dans le rayon des bd grand format ? Imagines simplement que c'est 2 bd de 80 pages pour 17 euros chacune ...je trouve pas ça cher du tout ,pour une bd aussi "jouissive " !!!

    fandebd54 Le 05/09/2019 à 09:51:41

    Pour Alicecooper : Aurais-tu oublié que cette bd fait 160 pages ?? Et que tu pourras la ranger dans le rayon des bd grand format ? Imagines simplement que c'est 2 bd de 80 pages pour 17 euros chacune ...je trouve pas ça cher du tout ,pour une bd aussi "jouissive " !!!

    ALICECOOPER Le 03/09/2019 à 02:05:10

    Je remerice Rody pour son sage conseil et je confirme que le prix m'a gravement refroidi. Je n'achèterai pas cet album.

    Yovo Le 02/09/2019 à 19:05:30

    Cela faisait longtemps qu’une paire d’auteurs ne nous avaient pas livré d’album aussi épique et foisonnant ! De l’aventure de haute volée qui reprend à son compte un authentique roman picaresque du 17°siècle pour en faire un récit trépidant aux multiples rebondissements. Ayroles capte son lecteur grâce à une narration complexe, aidée d’une écriture ciselée dont quelques tournures de phrases n’auraient pas été reniées par Cervantès ou Rostand. En un mot, brillant ! Mes seules réserves tiennent à quelques ellipses et au rythme qui peut passer sans transition de scènes burlesques à d’horribles carnages… Cela m’a parfois dérouté, ne sachant pas si je devais en rire en en frémir.

    Coté dessin, c’est évidemment magnifique, la technique de Guarnido ne souffrant aucune critique. Il a trouvé selon moi l’équilibre parfait entre la caricature hilarante et le réalisme spectaculaire de certains décors. Ses tronches en particulier sont exceptionnelles ! Ses couleurs aussi. Je suis d’ailleurs curieux de découvrir la version N&B à paraitre pour voir si le dessin y perd ou pas.

    Un album hors normes donc, novateur dans sa forme (les 12 planches muettes au milieu en constituent un sommet magistral), solidement construit et maitrisé, qui va au bout de son propos sans faiblir, avec une délectation certaine !
    Une BD qui rentrera dans le top 10 de l’année.

    kurdy1207 Le 02/09/2019 à 13:59:37

    La Casa de Papel à l’époque des conquistadors résume assez bien cette excellente BD. L’aventurier don Pablos de Ségovie joue sa partition de manière magistrale. La filouterie géniale de ce personnage nous transporte dans des aventures truculentes que l’on savoure de bout en bout. Tous se font berner par cet individu sans foi ni loi n’hésitant pas à utiliser les uns et les autres pour arriver à ses fins. Histoire rafraîchissante, tout d’abord contée puis décortiquée pour que le lecteur comprenne bien la stratégie utilisée pour cet époustouflant « casse » des temps anciens. 150 pages de bonheur intégral aussi bien scénaristique que graphique. Bravo, bravo, bravo !

    Zelmiro Le 31/08/2019 à 15:30:49

    Fabuleux !
    Un récit d'aventure d'une qualité rare.
    Les mots sont à la hauteur des images.
    Les images sont à la hauteur des mots.
    Dessin et récit se complètent à merveille pour nous faire découvrir les aventures réelles ou fantasmées du héros.
    Le talent d'Alain Ayroles n'est plus à démontrer et son sens de la formule et du dialogue fait mouche à chaque page.
    C'est intelligent, poétique, drôle, incisif...
    Le dessin de Guarnido est magnifique et brillamment mis en couleurs. Dépaysement garanti.
    A lire absolument.

    Librairies Flagey Le 30/08/2019 à 23:05:17

    On attendait beaucoup de cet album et de la collaboration entre Guarnido (Blacksad) et Ayroles (De Cape et de Crocs).
    Eh bien c’est une très belle réussite !

    Pablos est un brigand, une fripouille de la pire espèce : menteur, arnaqueur, escroc de première catégorie, bref un anti-héros truculent dans la plus pure tradition picaresque. Enfant, son père lui a enjoint de ne jamais travailler de sa vie, et il ne recule devant aucune filouterie, tricherie ou trahison pour y parvenir. Je vous laisse imaginer les trésors d’ingéniosité et de friponnerie qu’il peut mettre en oeuvre lorsque ses pas le mènent vers les « Indes » du 16è s, l’Amérique, et ce lieu mythique au cœur des murmures et des fantasmes de toute une nation d’aspirants-aventuriers : l’Eldorado et ses richesses.

    C’est le récit délicieux de ses tribulations rocambolesques que nous livre cet imposant opus plein de mésaventures, de rebondissements et d’humour satirique : en prennent pour leur grade les conquistadors prompts à écraser Africains et aborigènes sur leur passage et le clergé toujours prêt à aider son prochain mais surtout s’il y a une récompense sonnante et trébuchante à la clé. La fable est cynique, immorale, et absolument savoureuse !

    Ces deux grands auteurs ont vraiment réussi l’osmose parfaite entre l’image et le texte, entre 160 magnifiques pages d’aquarelles aux décors luxuriants et surtout aux personnages génialement expressifs, et puis cette brillante mise en scène scénaristique faite de flashbacks à point nommé et de dialogues d’une truculence magistrale.

    Le travail a dû être monstrueux, le résultat l’est aussi !

    https://librairiesflagey.com/2019/08/30/les-indes-fourbes/

    Rody Sansei Le 30/08/2019 à 16:43:50

    Très joli... mais je me suis un peu ennuyé : la deuxième partie, malgré les révélations fait un peu trop redite par rapport à la première moitié.
    Et je ne suis pas fan non plus de la façon dont c’est raconté : c’est un peu le reproche que je fais aussi à De capes et de crocs, du même scénariste. C’est très théâtral, tellement théâtral que les péripéties s’enchaînent à une allure folle et qu’on attend de toutes façons toujours quelque chose de plus gros encore. Et puis cette voix off constante met trop de distance entre moi et l'histoire qu'on essaye de me raconter.

    A lire avant d’acheter, donc (surtout au prix où le livre est proposé).

    roquevidal Le 28/08/2019 à 10:48:34

    Au siècle d’or espagnol, Pablos de Ségovie, un vaurien miséreux, cherche une vie meilleure dans ce nouveau continent, l’Amérique, que l’on appelle encore les Indes. Là-bas, pour qui cherche la fortune, les fables et légendes foisonnent. Pablos, lui, cherche à survivre et va utiliser son meilleur talent, conteur d’histoire, pour s’en sortir. Et de quelle manière ! La verve créative d’Ayrolle et le pinceau époustouflant de Guarnido font de cette aventure picaresque, haute en couleur, à la fois drôle, attendrissante et déroutante, un album absolument truculent.