Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

A dedola ne rêve que d'une chose : fuir Lagos et les gangs pour vivre chez son grand-père avec sa mère. Là-bas, il pourra écouter les histoires de son aïeul et jouer du saxo. Mais avant, il a besoin d'argent et doit éviter de se frotter de trop près au pasteur Powell de l'église Omega Fire.

Pour les amateurs de musique et d'Afrobeat mais aussi de l'histoire du Nigeria, Fela Kuti n'est pas un inconnu. Passé à la postérité pour son engagement autant que pour ses albums, l'artiste reste encore aujourd'hui une figure de la lutte contre la corruption et le combat pour le droit des plus pauvres. Après s'être intéressé au peuple turc au travers du diptyque Jeu d'ombres et surtout Le père turc Loulou Dédola revient à ses premières amours. Retour sur les terres africaines où il imagine une intrigue sombre, mâtinée de mysticisme. Décrivant avec talent l'urgence et la violence des rues de Lagos, le scénariste se sert du grand-père, ancien bras droit du musicien décédé, pour tisser un lien entre passé et présent. Obscur au départ, la résonance entre les deux époques prend tout son sens grâce à l'introduction des Orisha, offrant au passage au dessinateur Luca Ferrara l'occasion de varier son style en passant de compositions au trait dynamique et à l'encrage marqué à un graphisme plus rond et à une mise en page osée et plus coloré.

Tournant au thriller urbain, entre mafia, milice et leader religieux corrompu, la trame accélère dans sa seconde moitié. Peut-être un peu trop pour permettre une pleine immersion. Les passages avec les divinités yoruba auraient mérité plus de place pour ne pas noyer le lecteur sous les informations ou le perdre. Une mise en contexte plus étendue permettant d'accepter cette dose de surnaturel aurait été bienvenue. Surtout que les personnages principaux sont, eux, bien développés et ajoutent une plus-value à l'intrigue.

Mêlant folklore nigérians, icône populaire, politique et musicale et violence urbaine, Fela is back to Lagos met en lumière les difficultés d'un peuple, mais aussi une des figures de son histoire. Un peu rapide dans son déroulement, l'album reste prenant et joliment mis en images.

Par M. Moubariki
Moyenne des chroniqueurs
6.0

Informations sur l'album

Fela back to Lagos

  • Currently 2.50/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 2.5/5 (2 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.