Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

L a collection Grand angle poursuit son édition des œuvres de Marcel Pagnol en bande dessinée. Cette fois, elle s’arrête à La partie de boules, un épisode tiré du Temps des amours, dernier tome des Souvenirs d’enfance.

C’est l’heure du tournoi annuel de pétanque à La Treille, un village du Midi (maintenant intégré à Marseille) où l’écrivain en devenir passe ses vacances. Tous les habitants affichent leur fébrilité et plusieurs souhaiteraient remporter les sept cent cinquante francs promis au gagnant ; ils espèrent surtout laver l’honneur du hameau en battant la Triplette internationale des Bouches-du-Rhône, un trio mené par Pessuguet. Pour ce faire, une improbable équipe est constituée de Joseph, le père du narrateur, de son oncle Jules et de Mond des Parpaillouns, un braconnier solitaire. En vue de l’affrontement, les participants affinent leur stratégie, par exemple multiplier les formations bidon pour que la compétition se prolonge et que les rivaux assoiffés se laissent tenter par la buvette. Arrive le grand jour ; la tension se révèle insupportable, particulièrement pour le protagoniste, rébarbatif à l’idée que celui qu’il aime et admire, s’il perd à zéro, subisse l’humiliation de devoir poser ses lèvres sur les fesses de Fanny, un tableau médiocre sorti de l’arrière-boutique une fois par année.

Au-delà des boules, Serge Scotto et Éric Stoffel racontent un passage. Le jeune héros est certes attaché à sa famille, toutefois, à l’aube de l’adolescence, il s’émancipe auprès du chasseur délinquant qui lui apprend à piéger le lapin. Ces deux mondes semblent imperméables, le jeu à néanmoins la capacité de réunir ce qui est, à première vue, irréconciliable. Au final, c’est donc l’union de la rectitude paternelle et de la désinvolture du marginal qui procure la victoire. Dans ce récit, somme toute mineur, mais plaisant, le lecteur retrouve l’univers de l’auteur de Marius, avec ces petites gens, leur roublardise, leur mauvaise foi et leurs préoccupations candides ; sans oublier le truculent lexique du sport où les joueurs palouffent, rétropissent ou réalisent un pet de vieille.

Le dessin semi-caricatural d’Éric Hübsch se montre en phase avec le projet et rend bien le ton naïf et léger du Provençal. Avec leurs bouilles à la Honoré Daumier, les personnages demeurent irrésistiblement sympathiques, même les redoutables adversaires qui, présentés sous les traits des Pieds nickelés, apparaissent finalement plus risibles que vraiment menaçants. Les décors restituent pour leur part avec habileté l’atmosphère des lieux, le café de la place, les platanes et, évidemment, les chères collines de l’homme de lettres.

Il est à noter que des éléments de La partie de boules se trouvent dans Le temps des secrets (illustré par Morgann Tanco), publié dans la même collection il y a deux ans. En fin d'album l'éditeur présente d'ailleurs une poignée de vignettes mettant en relief les différences et les similarités dans le travail des deux artistes. Cela dit, si les illustrateurs changent d’un livre à l’autre, les scénaristes persistent et assurent la continuité de l’ensemble.

Georges Brassens avait bien raison quand il chantait : « Une partie de pétanque, ça fait plaisir… »

Par J. Milette
Moyenne des chroniqueurs
7.0

Informations sur l'album

La partie de Boules

  • Currently 4.00/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.0/5 (2 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    kurdy1207 Le 08/07/2019 à 08:29:37

    La partie de boules fait partie intégrante des souvenirs d’enfance de Marcel Pagnol (La gloire de mon père, le château de ma mère, le temps des secrets et le temps des amours) si bien dessinés par Morgann Tanco.

    Le dessin d’Éric Hübsch qui a déjà brillamment œuvré dans Cigalon et Topaze souffre pourtant de la comparaison. Et les auteurs sont vraiment cruels en faisant montre de celle-ci, en fin d’album, en comparant, image par image, des scènes identiques des deux dessinateurs. Il manque au graphisme de Hübsch toute la verve provençale si bien exprimée dans les dessins de Tanco.

    L’histoire n’en est pas moins délicieuse entre la main de Mond des parpaillouns qui se déboîte à souhait et la triplette favorite directement inspirée des pieds nickelés, clin d’œil, parait-il à l’affection que Pagnol portait à la BD et surtout à ces trois personnages.

    Beaucoup doivent connaître la fin de cette fameuse partie de boules mais je laisse le soin à ceux qui n’en ont jamais eu l’écho d’aller découvrir ce très bon album.

    J'attends aussi avec impatience la mise en images de la fameuse trilogie marseillaise et la succulente partie de boules qui ira jusqu'à bloquer un tramway.