Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Ah, ça ira 1. Le pain et la poudre

15/07/2019 1473 visiteurs 5.0/10 (1 note)

E n ce mois d'octobre 1781, Alessandro se souvient des miches de pain fondantes que Frédéric déposait pour lui lors des rudes mois d'hiver. Trêve de rêverie à présent ! À Yorktown, la bataille est imminente. Tel un acrobate, le soldat agile esquive et danse jusqu'au camp adverse où il ôte de la surface de la Terre son comptant d'ennemis anglais. Huit ans plus tard, il retourne à Paris, sa ville natale, pour étancher sa soif d'injustice et retrouver sa sœur, Églantine. Au détour d'une rue, il retrouve son généreux camarade d'enfance. À l'aube de la Révolution, quel rôle ce trio jouera-t-il ?

«Je gémissais au milieu d’un groupe, sur notre lâcheté à tous, lorsque trois jeunes gens passent, se tenant par la main et criant aux armes » : c'est à partir de cette citation de Camille Desmoulins datant du 12 juillet 1789 que Jean-David Morvan développe cette nouvelle intrigue (prévue en quatre tomes). Trois héros ; pourtant, leur éclairage n'a pas la même intensité. En effet, le destin de Lissandro est nettement plus développé tandis que la personnalité de sa sœur s'offre plus de charisme. Quant à Frédéric, son rôle reste en arrière-plan. L'histoire de ces anonymes s'imprime ainsi en marge des événements majeurs de 1789, ultra-abordés en bande dessinée. Au fil des pages, le lecteur attend donc le déclic, l'originalité, le basculement qui lui fera dire : "Ah ! ça me va !" Le rythme alerte et les péripéties parfois connotées "superhéros" laissent l'hésitation s'épaissir : récit d'aventures ou récit historique ?

Le trait fin et dynamique de Julien Ribas (Le specimen ), associé au découpage varié et aux décors travaillés sans surcharge, accordent à l'ensemble beaucoup de clarté. Cependant, les coloris tranchés et parfois même inappropriés altèrent quelque peu le réalisme de l'époque évoquée, impactant le plaisir de lecture.

Le pain et la poudre se révèle une introduction intéressante, mais sans révolutionner le genre ni le sujet dans ce début de série. Les dernières pages proposent néanmoins des perspectives mouvementées pour la suite.

Par L. Moeneclaey
Moyenne des chroniqueurs
5.0

Informations sur l'album

Ah, ça ira
1. Le pain et la poudre

  • Currently 3.00/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.0/5 (4 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    kurdy1207 Le 12/06/2019 à 14:01:52

    J'ai lu l'album ce midi en librairie sans pour autant l'acheter. Les premières planches sont bien réussies. Dans les premières pages, le graphisme nous rappelle celui du marquis d'Anaon avant que cela ne se gâte. En avançant dans les pages, on perd en qualité sur le visage des personnages. Ni yeux ni bouches sur certaines cases. Ce n'est pas très engageant. Et puis c'est du Morvan, alors vu le nombre de séries sans suite de ce monsieur, il faut mieux attendre la fin avant de prévoir un achat. La couverture de l'album est superbe mais en complet décalage avec les planches.