Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest\' Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
AD

Le transperceneige 5. Extinctions acte 1

11/07/2019 5595 visiteurs 6.0/10 (1 note)

« Je vais te dire ce qui n’est pas en voie d’extinction : l’homme, et particulièrement les ordures dans ton genre… »
En 1982, le magazine (À suivre) publiait le Transperceneige, une saga signée Jacques Lob, racontant l’épopée des passagers d’un train destiné à rouler dans un univers post-apocalyptique. Dans ce microcosme, la société et ses inégalités sociales ont tôt fait de se reproduire et la tension monte. L’histoire se voulait l’allégorie d’une époque où les trente glorieuses appartiennent au passé et où les grands pays sont dirigés par une droite pure et dure, en particulier celle de Ronald Reagan et de Margaret Thatcher. L’album et ses suites, publiées depuis le début des années 2000, demeuraient muets sur la provenance des réfugiés.

Matz prend maintenant la plume pour expliquer la genèse de l’entreprise, laquelle s’inscrit, elle aussi, dans les préoccupations de son temps. Il est, entre autres, question de l’extermination des espèces et de la pollution qui menace la Terre ; le scénariste anticipe par ailleurs la montée de l’écoterrorisme, ses tenants défendant la thèse que l’être humain est un parasite nuisible à son habitat. Les dissensions se révèlent nombreuses, le titre du livre, Extinctions, porte d’ailleurs la marque du pluriel. Alors que la fin s’annonce, un richissime Chinois affrète un convoi comptant mille et un wagons tirés par un moteur à propulsion perpétuelle. Dans cette arche de Noé se réfugieront des milliers de personnes soigneusement sélectionnées pour garantir l’avenir du monde.

La narration adopte la forme d’un reportage. Elle se déplace d’un bout à l’autre de la planète pour démontrer comment la nature est bafouée et comment des groupuscules fourbissent leurs armes. La multiplication des intervenants donne un côté un peu froid au propos ; quelques figures émergent tout de même, par exemple celle d’un père et de son fils. Ce récit précédant celui de Jacques Lob, pose évidemment des difficultés, notamment celle de justifier que tout ce qui s’est passé depuis quarante ans soit occulté, au premier chef les avancées en informatique ; après tout, à l’aube des années 1980, Minitel était le nec plus ultra des technologies des communications et les enjeux environnementaux n’étaient pas autant d’actualité qu’aujourd’hui. L’auteur contourne cependant cet obstacle et le projet en trois tomes devrait pouvoir se raccrocher sans trop de mal à sa locomotive.

Jean-Marc Rochette assure la continuité graphique de l’ensemble. En quatre décennies, son dessin a changé, mais c'est pour le mieux. Les illustrations se montrent sensiblement moins réalistes, le trait un chouïa plus gras, les ombres sont suggérées par des hachures plutôt que par des grisés et, surtout, les images sont colorées, essentiellement dans des teintes d’ocre, de marron et d’orange. Graphiquement, c’est assez réussi. Un bémol, la couverture présentant un mastodonte de fer avec un champignon nucléaire à l’arrière-plan dévoile trop d’éléments.

Un regard noir sur une civilisation, sur les risques qu’elle encourt et sur les périls annoncés.

Par J. Milette
Moyenne des chroniqueurs
6.0

Informations sur l'album

Le transperceneige
5. Extinctions acte 1

  • Currently 3.61/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.6/5 (18 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    BudGuy Le 30/09/2023 à 20:55:14

    Pourquoi avoir fait un prequel au Transperceneige ?
    Quel est l'intérêt d' expliquer le pourquoi du comment du peut-être ?
    Est-il encore possible aujourd'hui de laisser au public le soin d'imaginer par lui-même ce qui n'est pas nécessairement utile à développer ?
    Autant de questions que je n'ai cessé de me poser à la lecture, pour au final assister à un beau déraillage.

    Cela commençait pourtant bien au niveau thématique (écoterrorisme et secte bobo-écolo) et questionnements actuels (faut-il tuer tout le monde ? qui sauver ? comment se sauver ?). Cependant, la narration emprunte un procédé présent dans la série 'Carthago', à savoir des passages impromptus de diverses époques et évènements insérés par-ci par-là, sombrant ici dans des délires mystico-prémonitoires-nanardesques.

    Il y a des fulgurances capillotractées à l'extrême par exemple le président chinois qui décide de refuser de monter dans le train car, je cite,: "La Chine a besoin de moi. Je ne peux pas abandonner le monde à son sort en cet instant historique." C'est absolument n'importe quoi dans la mesure où n'importe quel politichien aurait abandonné son peuple pour sauver ses fesses et son argent. D'ailleurs la Chine est présenté comme ayant le bon rôle avec son milliardaire philanthrope qui a financé la construction du Transperceneige. Et oui, le fameux Transperceneige est un produit 'made in China' !?!

    Je ne mentionnerai pas non plus le côté 'woke' + quota de l'album avec les méchants hommes généralement blancs et les gentils issus des minorités (chinois, afro-américain, femme).

    Un album tantôt pertinent dans ses questionnements, tantôt involontairement drôle. Au final, c'est parfaitement dispensable et c'est également pour moi le vrai terminus de la saga Transperceneige.

    yannzeman Le 06/01/2020 à 22:23:55

    J'ai laissé le livre reposer pendant des semaines, avant de le lire. J'avais peur d'être déçu.

    Le début commence bien.
    C'est pas aussi chiant que je le pensais, après feuilletage. C'est couillu, rentre-dedans, péchu, sans concession, et je progresse plutôt intéressé par l'histoire.

    Et puis, l'histoire prend un tour un peu trop déjà vu, la rencontre qui se termine en baise, la télépathie par les rêves...
    Et là, je décroche.

    De toute façon, le "transperce-neige" n'est pas un univers réaliste ; il n'y avait pas forcément besoin d'explication sur la génèse du truc. Explications qui ne sont pas réalistes, tout en cherchant à l'être.

    C'est dommage, car je termine sur une mauvaise impression, et pas d'envie du tout de lire la suite de ce préquel, quand il sortira. J'ai l'essentiel, le "comment on en est arrivé là", et ça me suffit. Je ne l'avais même pas demandé, en fait.