Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

L'odyssée d'Hakim 2. De la Turquie à la Grèce

17/06/2019 3073 visiteurs 7.0/10 (1 note)

P as de travail et l’argent qui se fait rare, comme auparavant à Beyrouth et Amann, le séjour à Antalya n’est que de courte durée. Hakim aura néanmoins trouvé l’amour et pris le temps de fonder une famille avec l’arrivée d’un fils. Direction Istanbul, la mégalopole turque devrait pouvoir offrir plus de débouchés pour trouver un emploi. Coup de chance, sa femme et ses beaux-parents ont la possibilité d’être accueillis en France. Évidemment, cette occasion inespérée est synonyme d'une nouvelle séparation déchirante. Résultat, le jeune homme se retrouve seul avec un nourrisson. Que faire ? Attendre d’hypothétiques documents officiels ou tenter le diable avec d’autres migrants en partance vers la Grèce ? Plus urgent dans l’immédiat, c’est l’heure du biberon.

Même si les projecteurs médiatiques se sont tournés vers d’autres sujets d’actualité, le drame des déplacés syriens reste une réalité partagée par des millions de personnes. Camps de réfugiés, situations administratives précaires ou arguments politiques utilisés par des tribuns au gré des élections, leur sort s’avère toujours aussi dramatique et incertain. Fabien Toulmé continue son œuvre d’information salvatrice dans le second tome de L’odyssée d’Hakim. Pas de chichi ou de tour de passe-passe scénaristique, juste un témoignage narrant une catastrophe personnelle aux échos universels. Alors que son pays a définitivement sombré dans le chaos et que les perspectives d’avenir se résument à survivre, le héros doit puiser au plus profond de lui pour ne pas abdiquer.

Par sa démarche, Toulmé met un visage sur les chiffres du CICR et ça change tout. Moi, vous, votre frère ou votre cousin, Hakim pourrait être n’importe qui. Il est impossible de ne pas être touché par les épreuves endurées par ce candidat involontaire à l’exil. Il en faut du courage, un bébé dans les bras, pour s’embarquer de nuit sur un Zodiac© alors que la mer est agitée. Pourquoi ce risque insensé ? Parce que ça ne peut pas être pire là-bas et qu’il n’y a rien ici pour lui. Le constat est implacable et il ne changera ni les esprits, ni ne ramènera la paix.

Les histoires les plus simples sont les plus belles, malgré ses prémices atroces, L’odyssée d’Hakim fait partie de celles-ci. Une lecture généreuse à faire partager autour de soi, pour savoir et pour comprendre.

Par A. Perroud
Moyenne des chroniqueurs
7.0

Informations sur l'album

L'odyssée d'Hakim
2. De la Turquie à la Grèce

  • Currently 4.46/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.5/5 (13 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Erik67 Le 20/02/2021 à 08:41:29

    Nous avons quitté Hakim alors qu'il était avec sa nouvelle famille à Antalya en Turquie. Il va désormais suivre ses beaux-parents à Istanbul où la ville offre plus de possibilités en terme de travail, c'est du moins ce qu'il pense. Encore une fois, il y aura une belle désillusion malgré le charme de cette ville plus ouverte.

    Dieu sait que j'aime bien Hakim mais je l'ai trouvé bien naïf à deux grandes reprises notamment au début de ce second tome. Il croit qu'il peut acheter de l'eau dans un supermarché et vendre les petites bouteilles à la sauvette sur un trottoir à proximité en se faisant une marge financière sans demander la moindre autorisation à quiconque. S'il était chef d'entreprise dans son pays, il devrait savoir que ce n'est pas aussi simple et qu'il faut accomplir un minimum de formalité. Bon, le résultat ne s'est pas fait attendre.

    Par ailleurs, j'ai trouvé son attitude un peu scandaleuse vis à vis du médecin de sa femme au moment de l'accouchement de celle-ci où il refuse la césarienne proposée d'urgence car c'est trop onéreux. Le médecin lui fait comprendre qu'il n'a pas vraiment le choix pour la vie de son épouse et du bébé à naître. Je trouve qu'il n'a pas été très futé sur ce coup là et que c'est même assez choquant comme attitude même si on peut comprendre le désarroi financier. Comme dit, c'est une autre culture.

    Une autre interrogation de ma part vient du fait que la France accepte d'accueillir sa femme car encore mineure mais sans son bébé qui se retrouve alors séparée de sa mère. Là aussi, je suis un peu dubitatif face à l'administration française et également par le choix opéré par le couple qui se sépare.

    Cependant, ce qui m'a le plus choqué est le commerce des passeurs et de ce qui tourne autour. Ainsi, des magasins qui vendent des kits de sauvetage à Izmir en face d'une île grecque à savoir Samos. Ce commerce de la misère est épouvantable et moralement choquant.

    Le passage concernant la traversée de la mer en canot d'infortune jusqu'à l'île de Samos a été le plus éprouvant. Pour autant, l'île ne se présente qu'à deux ou trois kilomètres des côtes turques et on a l'impression que c'est comme une traversée de la Méditerranée entre la Libye et l'île italienne de Lampedusa située à près de 300 kilomètres. Or, ce n'est pas vraiment la même difficulté de parcours maritime. Mais bon, je suppose que la réalité peut parfois être un peu plus compliquée surtout avec un enfant en bas âge.

    Malgré toutes mes considérations purement personnelles et mes petites critiques factuelles sur le comportement, j'ai beaucoup d'admiration pour Hakim et ce qu'il a dû traverser comme épreuve. On se rend compte que la situation des migrants mérite qu'on s'y attarde sans préjugés et apportant un peu plus d'aide au nom d'une certaine humanité.

    Je sais bien que ce n'est pas la tendance majoritaire qui est celle du repli sur soi et du rejet. Par ailleurs, l'actualité récente du genre « le responsable d'un centre d'accueil pour réfugié tué à coup de couteux par un demandeur d'asile soudanais connu des services de police » n'incite pas à la clémence. Je sais qu'il ne faut pas tout mélanger mais est-ce que tout le monde aura ce type de raisonnement ?

    J'ai vraiment été bouleversé parfois par ce tome qui ne laissera pas indifférent le lecteur. Encore une fois, je salue la gentillesse, l'exemplarité et la bienveillance de Fabien Toulmé. On a hâte de voir comment tout cela va se terminer dans le dernier tome.