Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Zaroff

03/06/2019 3555 visiteurs 6.5/10 (4 notes)

L e général Zaroff est un homme cultivé et raffiné. Il connaît les bonnes manières, possède une bibliothèque bien garnie et cite Marc Aurèle. Il est par ailleurs passionné de chasse, à un point tel qu’il s’est construit un petit paradis, au large du Vénézuela, où il peut s’adonner à son appétence. Au cours de ses expéditions passées, il a tué des girafes, des rhinocéros et des buffles ; depuis un moment, il apprécie cependant particulièrement la traque du bipède. L’une de ses victimes est un des chefs du crime organisé irlandais de Boston. Et comme les mafieux ont le sens de la famille, l’héritière, Fiona Flanagan, est déterminée à venger son père. Elle enlève la sœur et les enfants de l’ancien militaire et les place au centre de l’affrontement, sur l’île.

Sylvain Runberg s’inspire du roman Le jeu le plus dangereux, de Richard Connell, qui a déjà été adapté au cinéma sous le titre Les chasses du comte Zaroff. Dans ce récit, l’ambiguïté des rôles est fascinante ; le chasseur devient chassé, le chassé devient chasseur, les adversaires pactisent et les alliés se déchirent. Par exemple, non seulement l’orpheline affronte-t-elle le meurtrier, mais elle doit également contenir ses subordonnés qui défient son autorité. Aussi, il faut se méfier de la nature ; les lieux sont infestés de crocodiles, un quatuor de jaguars rôde et, surtout, une tempête souffle avec rage. Au final, l’histoire, violente et cruelle, a l’allure d’une quête d’où chacun sort transformé. L'un renoue avec ce qu’il est vraiment, d’autres se découvrent une force insoupçonnée, puis il y a les derniers, ceux qui n’en réchappent pas.

François Miville-Deschênes demeure un surdoué du dessin réaliste. Sa représentation de la jungle et des créatures qui l’habitent se révèle saisissante. Ses acteurs se montrent également crédibles, même si quelques bandits ont parfois tendance à surjouer. Il n’y a aucun temps mort dans ses illustrations, une stratégie qui lui permet d’accentuer le caractère oppressant de l’entreprise. Il est à noter que la couleur fait partie intégrante de la narration ; dans cet univers largement dominé par le vert, le rouge s’impose périodiquement, notamment lorsque l’artiste représente le psychopathe dans sa robe de chambre écarlate debout au milieu de la forêt. Cette teinte est d’ailleurs celle de la chevelure de son ennemie et, évidemment, celle du sang que tous deux font abondamment couler. Ce pigment est enfin fréquemment associé aux épisodes les plus brutaux. Et il y en a plusieurs.

Un exercice de style efficace présentant tout de même certaines limites ; la deuxième partie manque du reste un peu de souffle.

Par J. Milette
Moyenne des chroniqueurs
6.5

Informations sur l'album

Zaroff

  • Currently 4.27/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.3/5 (52 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    fandebd54 Le 01/11/2019 à 11:18:54

    je viens de lire cette bd suite à un emprunt en médiatheque , mais c'est tellement bien que je vais l'acheter !! Le dessin est tres tres bon , beaucoup de moments spectaculaires . Signé est vraiment une belle collection....

    MARCANTOINE34 Le 02/08/2019 à 14:37:45

    Je partage les avis positifs déjà exprimés.
    J'ajoute que le côté vieillot du dessin donne une force au récit rendant l'histoire intemporelle. Nous sommes projetés dans un décor fantasmé à la Tarzan particulièrement bien traité. Les couleurs choisies sont remarquables. Le lecteur est vite mal à l'aise car ce fameux conte Zaroff est détestable tout en étant charismatique, du coup chaque marque d'empathie à son égard devient coupable. Le final, assez inattendu, rappellera à l'ordre ceux qui succomberont... heureusement !
    Un très bel ouvrage donc, bien construit et dessiné, dont la couverture ne cesse de me fasciner : le regard de Zaroff glace toujours mon sang à chaque fois que je croise l'album !

    yopinet Le 14/07/2019 à 08:45:23

    1 étoile pour le scénario et 5 étoiles pour le dessin….

    Je n'achète quasi jamais de blockbuster, mais les conseils de mon libraire m'ont convaincus. Selon lui, ce Zaroff est tellement haletant qu'il se dévore d'une traite!
    Je ne partage pas du tout ce point de vue et je l'ai terminé au bout de l'ennui. 3 adjectifs me viennent à l'esprit pour définir ce one shot: 'ennuyeux', 'caricatural' et 'prévisible'. Le scénario est très linéaire et très répétitif. Il aurait pu se conclure en 45 pages. Les personnages ne dégagent rien, il y a un méchant pas si méchant, et des gentils pas si gentils...
    Pour sauver ce survival, il y a le dessin. Il a une touche très rétro très réussi. Les décors sont également de très belle facture. On prend d'ailleurs plus de plaisir à regarder les images qu'à suivre l'histoire…
    Pour les fans d'action et de survival, la bd franco belge est encore très loin des comics et mangas.

    Yovo Le 07/07/2019 à 12:48:17

    J’ai acheté cette BD sans conviction… Car d’un côté je me méfie de Miville-Deschênes (sur "Reconquête" son dessin trop technique avait fini par me lasser), mais d’un autre côté les albums de chez « Signé » sont en général un gage de qualité… J'ai donc attendu plusieurs jours avant de la lire et l'ai ouverte mollement.

    Bon, le scenario de Runberg est assez basique – une chasse à l’homme classique sur 75 pages – mais suffisamment malin et haletant pour ne pas en lâcher la lecture une minute.

    Quant au dessin, impressionnant, oui... mais ce n’est définitivement pas mon style. C’est globalement très beau, surtout les paysages de l’île. Mais ça ne m’a pas empêché de confondre plusieurs personnages et de trouver beaucoup de postures figées. En fait j’ai l’impression que Miville-Deschênes reste trop attaché au côté flamboyant de son dessin, ce côté illustration, tape à l’œil, "bien fait", quoi. Il est assurément doué mais je ne vois que le vernis dans son travail ; ça manque de fond, de créativité je trouve. Enfin, c’est personnel.

    En conclusion "Zaroff" se lit quand même avec un franc et grand plaisir. Un plaisir coupable, même, puisqu’au fil de la lecture on prend irrésistiblement son parti à lui plutôt que celui des irlandais !
    Ainsi, le lecteur rendu complice affichera probablement un sourire machiavélique en découvrant la chute assez jubilatoire…
    Allez, pardonnez ma mauvaise humeur messieurs les auteurs, c’est du très bon travail.
    Un album qui fera date et enrichira à son tour la collection « Signé ».

    kingtoof Le 03/07/2019 à 09:35:26

    Excellent album.
    Je fais confiance à cette collection Signé.
    On en a pour son argent.
    Un bel ouvrage d'action et d'aventure avec une ambiance des années 30 bien rendue.

    Shaddam4 Le 21/06/2019 à 10:07:15

    L'album de Runberg et Miville-Deschênes est une suite d'une nouvelle de Richard Connell et non du film adapté qui lui a valu la gloire. Il a été proposé par le dessinateur à son scénariste de Reconquêtes, avec l'envie de traduire graphiquement les impressions ressenties à la lecture du texte. Le lien avec le texte d'origine est à la fois très fort (l'album comporte une longue introduction rappelant les événements précédents) et étiré notamment par la fin qui annonce une probable extension (j'y reviens). Comme d'habitude chez Signé, nous avons un très bel album (je ne suis pourtant pas super fan de l'illustration de couverture qui semble pourtant avoir été envisagée très vite) agrémenté d'un joli cahier final avec découpage du scénario, commentaires du dessinateur sur ses croquis préparatoires et explications de développement du scénariste. Du tout bon au niveau éditorial.

    L'échec de Zaroff sur sa précédente chasse à l'homme l'a laissé dépressif. Réfugié avec ses hommes sur une nouvelle île, il découvre un jour une caméra devant le portail de son fort: la fille d'une de ses victimes a décidé de se venger et lance une chasse dont la proie n'est autre que la sœur et les neveux du comte. La situation chasseur/chassé semble s'inverser. Mais une fois sur le terrain, qui sera le prédateur le plus féroce?

    François Miville-Deschêne fait partie de ces dessinateurs qui teasent beaucoup sur les réseaux sociaux et cette peinture de couverture, étrange avec ce vert et le look du comte circule depuis plusieurs mois, créant une envie certaine. Surtout depuis que j'ai découvert l'auteur en feuilletant en librairie l'intégrale de la saga d'antic-fantasy Reconquêtes, album qui m'a conquis autant par son scénario que par son graphisme quasi parfait. Car le dessinateur québécois est probablement l'un des plus techniques de la BD franco-belge. Juste pour vous prévenir: la lecture des pages de Zaroff ne souffrent d'aucun défaut esthétique! Concernant Sylvain Runberg je l'ai découvert sur la formidable série SF Warship Jolly Roger et je retiens deux choses: d'une part sa capacité à s'adjoindre la collaboration d'excellents dessinateurs, d'autre part l'imprévisibilité de ses scénarios, ce qui les rend très intéressants.

    N'ayant ni lu ni vu La chasse du Comte Zaroff le projet n'avait aucune raison de m'attirer. Pourtant il se justifie par lui-même dans cet étonnant équilibre que les auteurs parviennent à insuffler à leur album, qui jouit de la mythologie du personnage avec la liberté d'une intrigue originale. Ou plutôt une revisitation. Un peu comme ce qu'a fait Abrams sur StarWars7 en remakant Un nouvel espoir.  Du coup on passe les premières pages à se concentrer pour comprendre la chronologie des évènements précédents et le who is who. Je vous épargnerais une recherche internet inutile: hormis Zaroff et les personnages présents dans l'introduction tout ce que vous verrez dans l'album est original. Pourtant il s'insère avec fluidité et l'on a vraiment l'impression que tout cela est issu de l'ouvrage original. Cela s'appelle un background et Runberg est très doué pour développer ce hors champ qui donne une consistance à toute bonne histoire.

    Mais le cœur de l'ouvrage est l'aventure, avec une recette simple: un méchant (très) charismatique, une bande de bandits très armés avec à leur tête une héritière contestée par ces machos irlandais, un environnement naturel plein de pièges, d'animaux sauvages et de décors grandioses,... Soyons clairs, le vrai héros de l'histoire est Zaroff et les auteurs se cachent à peine de leur envie de nous narrer ses prouesses. Il est un monstre mais est chassé par des bras cassés pas forcément plus vertueux. Fiona (la chasseuse) est également réussie avec son guide brésilien, sorte de crocodile Dundee. Mais la donzelle au caractère bien trempé reste dans l'ombre de ce que cherchent à nous narrer Runberg et Miville-Deschênes: ce génie du mal est invincible pour peu qu'aucun tiers ne vienne fausser ses plans. On réalise ainsi progressivement que l'enjeu n'est pas de savoir si Zaroff va s'en sortir mais plutôt combien d'irlandais survivront...

    L’île est un décors improbable mais grandiose, avec des formations géologiques incroyables et des panoramas qui semblent presque issus de mondes Fantasy. Surtout, le dessinateur se régale dans ses palettes de couleurs, ses décors de jungle, ses falaises, ses arrières plans aussi détaillés que les personnages, il semble à l'aise partout. Du fait de l'histoire on peut ressentir une légère monotonie d'environnement mais l'action et la qualité du trait font que l'on n'a pas le temps de s'ennuyer une seconde. Disons pour chipoter que la partie graphique est légèrement moins impressionnante que sur ses derniers albums, mais cela reste techniquement parfait, notamment dans ces visages et expressions, tous spécifiques et totalement crédibles. Un sacré artiste.

    Zaroff est typiquement le genre d'album au sujet minimaliste mais que la seule réalisation (sans faute) propulse au rang de blockbuster de la BD. Quand un album vous permet de découvrir deux grands artistes, vous donne envie de lire le texte d'inspiration et vous régale les yeux, il est difficile de résister. Si vous aimez l'aventure et les beaux dessins de style classique, courez, Zaroff est peut-être déjà derrière vous...

    A lire sur le blog:
    https://etagereimaginaire.wordpress.com/2019/06/19/zaroff

    MERRY1 Le 17/06/2019 à 20:37:08

    Déçu…. un scénario intéressant, mais finalement mal exploité, avec des personnages souvent caricaturaux (en particulier les membres du gang irlandais), un personnage principal féminin mal exploité et un dessin au trait parfois un peu forcé. Sur ce plan, je ressens la même impression que pour Reconquêtes

    herve26 Le 13/06/2019 à 21:59:54

    Une bande dessinée dans la collection Signé est souvent gage de qualité et en l’occurrence, avec "Zaroff", le lecteur, que je suis , est une nouvelle fois comblé. J’avais repéré ce titre depuis quelques mois dans les prévisions de sorties, grâce à la superbe couverture qui cristallisait le crime, la moiteur d’une forêt vierge et un héros haut en couleur.
    A la lecture, je ne m’étais pas trompé. Certes Zaroff est le personnage ignoble et cynique que j’attendais, mais au-delà de la galerie des personnages présents, le rôle principal de ce récit reste à mes yeux cette île, je dirai presque cette île mystérieuse qui regorge de pièges, et d’une faune sauvage parfaitement mis en relief par François Miville-Deschênes, que j’avais découvert avec sa série Millénaire. Il faut avouer que son dessin est superbe et restitue l’atmosphère de cette jungle de manière magistrale.
    Passionné de cinéma, en particulier de la période 1927-1939, je connaissais l’existence du film de 1932 sur le comte Zaroff, et Sylvain Runberg s’en est habilement et intelligemment inspiré pour construire une chasse à l’homme qui tient en haleine sur près de 80 pages.
    Un dessin très soigné, un récit haletant, bref une bande dessinée que je recommande vivement

    kergan666 Le 06/06/2019 à 21:01:31

    bon, c'est vrai que mon jugement est peut être faussé du fait que j'aime beaucoup le travail des 2 auteurs.
    mais, quand même, il faut avoir franchement mauvais gout pour ne pas aimer cet album...
    aussi bien aux niveaux des dessins que du scénario,
    il n'y a rien à jeter.
    les décors comme les expressions des personnages sont de très hauts niveaux.
    le personnage du comte Zaroff est glaçant à souhait et la fin assez surprenante laisse place à l'imagination quand aux conséquences possibles.
    je vais placer cette BD dans un casier facilement accessible car je vais la relier souvent.

    kurdy1207 Le 29/05/2019 à 08:43:17

    J’ai revu le film de 1932 « Les Chasses du comte Zaroff » avant de me plonger dans cette BD qui imagine une suite au roman de Richard Connell. Le film est vraiment daté et peut faire sourire avec ses décors en cartons-pâte et les mimiques des acteurs. Une autre époque… Mais cela nous remet bien dans le contexte de l’histoire rappelé aussi dans le début de cet album.

    Lors de ses chasses, le comte Zaroff a eu la malencontreuse idée de prendre pour gibier le chef du clan de gangsters le dénommé Flanagan. Sa fille Fiona devenu chef de gang décide de venger son père. Elle capture la sœur de Zaroff ainsi que les enfants de celle-ci et lui lance un défi. Sauver sa famille sur la nouvelle île où il s’est réfugié après sa déconvenue sur la précédente face au chasseur Robert Rainsford.

    Commence alors une géniale course poursuite à travers l’île où les pièges du comte vont faire des merveilles. Il faut dire que Fiona doit faire face à une équipe de bras cassés imbus d’eux-mêmes qui ne supportent pas d’être commandés par une femme et ne pensent qu’à lui savonner la planche.

    Ce One-Shot est vraiment extraordinaire de par l’histoire mise en place par Sylvain Runberg avec un dessin somptueux, comme celui de « Reconquêtes », réalisé par François Miville-Deschênes véritable esthète de la BD. Quels talents ! Bravo messieurs !

    Mais, en y réfléchissant bien avec cette fin proposée par M. Runberg, nous pouvons rêver à une suite de folie. Je suis certain que dans un coin de sa tête il y pense. Cela serait grandiose.