Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Magic Order (The) The Magic Order

23/05/2019 2434 visiteurs 7.5/10 (2 notes)

D epuis le tragique accident qui l'a privé de sa fille, Gabriel Moonstone ne veut plus entendre parler de magie. Même la série de disparitions inquiétantes qui frappent l'ordre et les siens ne changera rien à sa décision. Pourtant l'heure est grave...

Mark Millard, Olivier Coipel, Dave Stewart, le casting réuni pour la première production estampillée Netflix depuis le rachat du Millarworld par la plateforme de streaming fait rêver. Le talent du Français et les couleurs de l'Américain servent, en effet, parfaitement l'imagination débordante de l’Écossais. Son intrigue prend place dans un monde contemporain, où des magiciens s'affrontent, à l'abri des regards du commun des mortels, pour le contrôle de leur ordre. Comme à son habitude, le scénariste accroche rapidement le lecteur - sa scène d'ouverture est un modèle du genre - et présente les membres de la famille Moonstone, protagonistes principaux de cette guerre. Son écriture fluide, taillée pour le petit écran, lui permet d'exposer les enjeux de cette lutte tout en caractérisant ses héros et les antagonistes. Les visuels retenus ou imaginés par le dessinateur français l'y aident bien. Stylisé et si caractéristique, son trait, dénué d'encrage, rappelle par moments celui de Sean G. Murphy, même s'il est moins anguleux. Pleinement à l'aise sur les plans serrés, les décors intérieurs ou encore les pleines pages, le lecteur tatillon (ou gourmand, au choix) pourrait attendre le niveau sur les séquences en extérieur ou les combats, moins détaillés. La prestation n'en reste pas moins excellente et ne compte pas pour rien dans le dynamisme de la trame.

Car sur ces six chapitres, l'histoire ne faiblit pas une seconde. D'abord un univers bien pensé, avec le postulat, certes pas nouveau (J. K. Rowling n'est jamais loin) mais bien intégré, d'une cohabitation quasi hermétique entre les deux mondes offrant la possibilité de les faire interagir au besoin. Ensuite, les meurtres qui s'enchaînent et rivalisent de sadisme, instaurent une urgence en plus de donner de l'épaisseur au danger. Enfin, le final avec un twist bien caché et une conclusion à la hauteur. Immersif, avec du suspens, des combats, des rebondissements et des surprises, que demander de plus ? Ah... si, l'annonce récente de l'adaptation en série ! Contrat rempli donc, et haut la main.

Il est toujours possible de déplorer le manque de continuité dans les œuvres de Mark Millar, pourtant, force est de constater qu'il sait choisir ses dessinateurs et a le chic pour faire une mini série accrocheuse. The Magic Order est de celles-là et augure du meilleur pour la suite de ses productions estampillées Netflix.

Par M. Moubariki
Moyenne des chroniqueurs
7.5

Informations sur l'album

Magic Order (The)
The Magic Order

  • Currently 4.60/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.6/5 (5 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Shaddam4 Le 14/06/2019 à 16:44:15

    C’est peu de dire que je l’attendais celui-là! Depuis ma découverte des illustrations d’Olivier Coipel et ma première lecture de l’auteur sur Spider-verse, la diffusion des planches de l’album, j’imagine ce qu’un Mark Millar qui nous a proposé autant de chefs-d’œuvres pourra nous proposer. A noter que ce volume est un one-shot, comprenant les six issues de la publication US avec les couvertures originales en séparations de chapitres, des couvertures alternatives et une bio des auteurs (y compris l’excellent coloristes sans qui, tout de même, les dessins de Coipel ne seraient pas aussi forts). Le fait qu’il s’agisse du premier album publié par Netflix avec comme objectif une adaptation (déjà annoncée) à l’écran est pour moi totalement secondaire bien que cette info ait accaparé une bonne partie de l’attention des sites de comics. Et je crains d’ailleurs que la brièveté de l’album ne limite pas mal les possibilités d’univers large en série TV.

    La famille Moonstone protège le monde des dangers d’entre les dimensions, de ce qui se cache entre les réalités. Ils sont magiciens. Ils ont une famille. Ils ont des problèmes. Ils sont humains… Lorsqu’une puissante magicienne bannie passe à l’action, les membres de l’ordre tombent les uns après les autres, massacrés par un mystérieux personnage déguisé en vénitien. Leur dernier espoir réside dans le plus puissant d’entre eux: Gabriel. Mais Gabriel a renoncé à toute magie depuis la mort de sa fille…

    Les comics de Millar sont particuliers en ce que l’on sait à l’avance qu’ils ne seront pas ratés: la découverte réside dans la barre placée très haut et qui fait se demander si l’on aura été trop gourmand ou si l’on a un nouveau chef d’oeuvre. Sa très grande qualité (outre le choix d’immenses dessinateurs, contrairement à son compatriote Alan Moore qui semble opter pour l’inverse…) réside dans la cohérence de ses univers et la radicalité du traitement. Un peu comme Rick Remender, il aime placer de tout puissants personnages dans les affres des difficultés psychologiques du bas peuple. J’ai trouvé en cela de grandes proximités de Magic Order avec Jupiter’s Legacy, dans cette approche familiale alliant de brillants représentants confrontés aux désirs paternels et d’autres vilains canards qui n’arrivent pas à gérer leur vie quotidienne. Mark Millar a un vrai talent de dialoguiste et de metteur en scène (à quand une réalisation?), créant des caractères intéressants, des images géniales et des scènes d’actions que ses dessinateurs savent parfaitement dynamiser. On a tout autant de plaisir à voir un magicien faire ses courses avant d’affronter un Titan que des assassinats défiant les lois de la physique et un prestidigitateur compter les entrées de son spectacle du soir. Et lorsqu’il laisse divaguer son imagination sur le sort original qu’il pourrait trouver on a une explosion d’idées toutes plus inventive les unes que les autres.

    Contrairement à la famille d’Utopian dans Jupiter’Legacy, l’ambition ici reste celle d’une transposition adule du concept Harry Potter (jusque dans les baguettes). J’aime voir des variation sur le même thème, comme le Black Magick de Nicola Scott qui penche plus dans l’intimiste féminin. Pas de discours politique donc, aucune dénonciation, Magic order est (ce qui est beaucoup reproché à Millarworld) un concept destiné à lancer une poule aux œufs d’or audiovisuelle pour l’investissement de Netflix. Ce manque d’ambition de l’auteur écossais est dommage car son talent est fou et il est un des rares scénaristes à assumer ses envies, sans censure, se rapprochant beaucoup plus de la philosophie du Franco-Belge que de l’industrie super-héroïque formatée. Chez Millar on se drogue, des gamins égorgent des adultes dans la nuit, les personnages sont ouvertement homosexuels et même quand c’est édité chez Marvel les super-héros se font massacrer et le monde dominer par une famille Hulk consanguine et dégénérée (Old-man Logan qui a inspiré le Logan de James Mangold au ciné). Ce n’est pas le trash pour le trash mais juste plus réaliste que ce qu’on lit souvent. Millar donne à voir la vie réelle des super-héros une fois ôté le vernis politiquement correcte. Et c’est ce que veulent les lecteurs comme le montrent les grands succès de super-hero movies au cinéma. Malheureusement Magic Order est au format one-shot, ce qui est suffisant pour lancer un pitch mais bien trop court pour développer un background solide et réaliste. Pour rappel Jupiters’s Legacy tenait en deux tomes…

    Graphiquement en revanche on a sans doute un des plus beaux comics de l’année. Olivier Coipel est un très grand dessinateur avec un style qui évite les dessins trop léchés de nombre de ses confrères. Un peu comme Jerôme Opena ou Sean Murphy j’aime le côté rapide, à la fois très précis et hachuré de ses cases. La colorisation de Dave Stewart rehausse incroyablement ces dessins et si Panini propose une édition spéciale n&b, personnellement je ne suis pas sur que ce soit préférable tant on à ici l’alchimie parfaite dessins/couleurs qui rend l’album supérieur. Le design général est également au top, avec une élégance et un côté décalé qui rend cette histoire vivante. Les différents magiciens sont à peine entraperçus, nous donnant terriblement envie de savoir de quoi ils sont capables, avant de disparaître… Encore frustrant.

    Magic order est donc bien un des tous meilleurs comics sorti depuis longtemps, d’une facture irréprochable, mais aussi frustrant qu’enthousiasmant. Qu’il s’agisse des personnages, de l’histoire de l’ordre et de la Guerre secrète, de la famille Moonstone, tout n’a que le temps d’être effleuré et c’est déjà fini. Pourtant il y a de la bravoure, du mystère, du sang, de la folie,… tout ce qui fait un succès. Les auteurs s’amusent pendant quelques planches à imaginer les pouvoirs de ces sorciers, comme si détruire les amusait plus que bâtir sur le long terme. Le magnat des comics aurait pu nous gratifier d’un ou deux volumes supplémentaires pour bâtir un sommet des comics. Il préfère nous laisser là les yeux brillants, à relire ce qu’il nous a jeté et attendant sagement son prochain concept. Avec une prolongation sur Netflix pour les plus passionnés.

    Lire sur le blog:
    https://etagereimaginaire.wordpress.com/2019/06/08/the-magic-order/

    Yradon4774 Le 24/05/2019 à 09:39:42

    "The Magic Order" de @mrmarkmillar et @OlivierCoipel chez @paninicomicsfra

    Synopsis :

    "Cinq familles de magiciens ont prêté serment : celui de protéger les humains des créatures qui rôdent dans la nuit. Mais un ennemi a mis en place un plan implacable et se débarrasse des membres de l’ordre l’un après l’autre..."

    Scénario : Mark Millar ;
    Dessins : Olivier Coipel ;
    Éditeur : Panini Comics ;
    Prix : 22.00 € ;
    Commandez-le sur Original Comics ou sur Excalibur Comics.

    Voici en ce jour, l'un des plus beaux comics que j'ai pu lire ces derniers temps. Je suis fan du travail de Monsieur @OlivierCoipel et cette version en N&B met plus, qu'en avant son travail et son talent. Et en plus, lorsqu'on l'associe au talent de @mrmarkmillar, qui n'est plus à présenter, on a comme résultat ce magnifique bijou qu'est The Magic Order, paru chez @paninicomicsfra. C'est tout simplement une réussite cette version N&B [...]

    [...] Nous débarquons en pleine guerre des mages, en plein milieux de la vie ordinaire, de gens ordinaires, car, les différentes familles de Magiciens, qui opèrent depuis toujours dans l'ombre, à l'insu de tous, sont devenus le gibier d'un dangereux chasseur [...}

    La suite de la chronique ici :

    https://wordpress.com/post/yradon4774.wordpress.com/2060