Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

P our se reposer de son travail sur l’Encyclopédie, Diderot aimait raconter quelques compositions qu’il avait eues l’occasion d’admirer dans les salons ou à l’Académie des Beaux-Arts. En publiant ses compte-rendus en 1759, il devient sans le savoir le premier critique d’art de l’Histoire. Il montre ainsi la voie à ceux qui vont, au XIXe siècle et plus tard, défendre (ou assassiner) artistes et nouveaux mouvements picturaux. Baudelaire, Zola, Proust, Breton, la liste est prestigieuse, les controverses nombreuses et souvent violentes.

Catherine Meurisse est à la littérature ce que Marion Montaigne (Tu mourras moins bête, mais tu mourras quand même) est à la science. Mêlant érudition et humour, elle présente et décortique les grands écrivains du répertoire dans la bonne humeur. Pour Le pont des arts, suite de Mes hommes de lettres, elle joint les peintres aux écrivaillons et dévoile leurs liens privilégiés.

Alternant récits purement documentaires avec des petites fables mettant en scène des personnages de romans clefs (Le chef-d’œuvre inconnu, À la recherche du temps perdu), l’autrice illustre avec facétie et un esprit contagieux ces amours entre plumes et pinceaux. Passerelle logique reliant troisième et cinquième art, la bande dessinée s'avère être le vaisseau idéal pour souligner cette relation faite d’admirations réciproques.

Hilarant, parfaitement étayé et pétillant d’espièglerie, Le pont des arts est une lecture prenante, parfois un peu trop bavarde, mais ô combien enrichissante et passionnante. Amateurs d’Histoire de l’Art, précipitez-vous !

Par A. Perroud
Moyenne des chroniqueurs
7.0

Informations sur l'album

Le pont des arts

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.