Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

« Ce qui paraît n’est presque jamais la vérité » : forte de l’enseignement maternel, Mlle de Chartres est désormais avertie. Mais la cour d’Henri II est pleine de dangers pour une jeune oie blanche qui viendrait à confondre profondeur des sentiments et légèreté des sens.

La princesse de Clèves est considérée comme l'un des fleurons des belles lettres françaises, l’une des toutes premières œuvres classiques. Toutefois, pourquoi vouloir prendre le risque d’en faire une adaptation ? Bande dessinée et littérature n’utilisent pas les mêmes ressorts narratifs, peu s’en faut ! Dès lors, il devient difficile de respecter l’ouvrage originel sans l’expurger de certaines parties superfétatoires pour le 9e art. Si la psychologie des personnages et leurs questions existentielles (doit-on être fidèle à ses engagements ou à ses inclinations ?) sont conservées notamment aux cours de séquences de dialogues sur six cases sans bords, les aspects descriptifs trouvent dans le dessin une forme de résumé dont les autrices ont su jouer, tout comme de la mise en abîme de Mme de La Fayette et sa respectable connivence avec de La Rochefoucauld.

Joliment revisité à quatre mains par Catel Muller et Claire Bouilhac, La princesse de Clèves est une histoire dans laquelle il est loisible de se (re)plonger ne serait-ce que pour en apprécier l’intemporelle subtilité.

Par S. Salin
Moyenne des chroniqueurs
6.0

Informations sur l'album

La princesse de Clèves

  • Currently 2.50/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 2.5/5 (4 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Au Fil des Plumes Le 11/02/2020 à 14:18:52

    Je ne connais pas le classique de La princesse de Clèves mais j'ai lu tellement d'avis élogieux sur ce roman graphique que forcément, j'ai cédé à la tentation.

    Le scénario est calqué sur le roman de Madame de La Fayette. Il met en scène le Princesse de Clèves qui lutte contre ses pulsions pour Nemours un gentilhomme un brin tombeur. Cet amour impossible est au centre de tout le roman graphique et c'est cette intrigue amoureuse qui rythme toute la lecture. 

    Les personnages sont juste fantastiques. J'ai adoré la Princesse de Clèves qui est magnifique et fait preuve de droiture dans son attitude. J'ai aimé cette fidélité, cette détermination dans sa décision. Elle ne cède pas à la tentation et se montre sous ses airs fragiles d'une implacable détermination.

    Nemours quant à lui est un personnage intéressant. Au départ, il pensait jouer avec la Princesse de Clèves mais il se fait prendre à son propre piège en tombant éperdument amoureux d'elle. Il n'aura de cesse d'insister et de l'attendre. Un vain espoir qui se terminera en tragédie.

    L'esthétique est fidèle à Catel que j'apprécie beaucoup. Les traits sont en rondeurs. On sent que le travail de documentation en amont a été conséquent.Il y a une multitude de détails dans les tenues et les décors ce qui contribue à nous plonger de plein pied dans l'atmosphère du roman graphique.
    http://aufildesplumesblog.wordpress.com