Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Torpedo 1972

13/05/2019 946 visiteurs 6.0/10 (1 note)

A doré par les femmes et craint par leur époux, Torpedo a régné pendant quinze albums sur les milieux interlopes new-yorkais des années 1930. Quarante ans plus tard, ses beaux jours sont loin derrière lui. Le tueur marche avec une canne, souffre d’un début de Parkinson, se nourrit de pigeons chassés dans Central Park et, pis encore, n’attire plus le regard de la gent féminine. Dans le cadre d’un reportage sur la famille Caputo, James Halliday, reporter au Wall Street Journal, souhaite le rencontrer, mais avec le gangster, rien n’est jamais simple et tout part rapidement en vrille.

Dans Torpedo 1936, Enrique Sánchez Abulí a, pendant une vingtaine d’années, dépeint les histoires du délinquant, avant de l’oublier pendant deux décennies. La recette se voulait basique : sexe et violence, avec un soupçon d’humour. Les récits étaient alors assez courts, généralement une dizaine de pages. Dans la nouvelle mouture, Torpedo 1972, la formule se montre sensiblement différente : la brutalité demeure, la plaisanterie s’avère pour sa part moins présente, tout comme les gonzesses. Bien que le propos soit sommaire, l’auteur le raconte en 46 planches. Cela dit, il connaît son métier et n’ennuie pas le lecteur.

Jordi Benet, qui a dessiné la quasi-totalité des opus de cette série, cède sa place à Eduardo Risso. L’Argentin a un curriculum vitae enviable ; au fil des ans, il a entre autres illustré Batman, 100 Bullets et Je suis un vampire. Son coup de pinceau semi-réaliste s’inscrit dans la continuité de celui de son prédécesseur et les traits de l’antihéros ont toujours autant de tempérament. Le découpage est beaucoup plus éclaté que naguère ; l’artiste a travaillé pour les Américains et ça se sent, notamment dans l’agencement des vignettes. Celles-ci sont fréquemment présentées pour former une diagonale ; la ligne oblique se retrouve par ailleurs dans de nombreux angles de prise de vue. La mise en couleurs, très sombre, convainc, mais c’est tout de même en noir et blanc que le travail du créateur s’apprécie le mieux.

L’éditeur propose des à-côtés appréciés. En début d’ouvrage, le scénariste signe un texte faisant le point sur la vie de son héros, avant de le replonger dans l’action ; puis, à la fin de livre, il offre une nouvelle, suivie de quelques pages de croquis.

Torpedo est de retour, son sale caractère aussi.

Par J. Milette
Moyenne des chroniqueurs
6.0

Informations sur l'album

Torpedo 1972

  • Currently 5.00/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 5.0/5 (1 vote)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.