Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

La curée 1. La curée

21/04/2019 3133 visiteurs 7.0/10 (2 notes)

A u lendemain de la prise de pouvoir par Louis-Napoléon Bonaparte, Aristide Rougon arrive à Paris, accompagné de sa femme Angèle et de son fils Maxime. Ancien Républicain, nouvellement converti à l’Empire, il est obsédé par l’idée de faire fortune. Son frère Eugène lui obtient une place à l’administration de l’hôtel de ville de la capitale. Aristide change de nom et se fera désormais appeler Saccard. Son instinct lui dit que les importants travaux à venir vont lui ouvrir les portes de la richesse. Tel un prédateur, il se tapie, observe, patiente, prêt à agir dès qu’une occasion se présentera. De santé fragile, Angèle décède ; Maxime est envoyé en province. Saccard peut libérer le spéculateur qui est en lui. Un remariage arrangé lui assure une confortable mise de fonds. La main mise sur les plans de la restructuration parisienne orchestrée par Haussmann et l’embauche d’un prête-nom peu scrupuleux vont permettre l’ascension tant rêvée.

Second roman des Rougon-Macquart d’Émile Zola, La Curée (1871) suit deux axes complémentaires : les excès de la spéculation à la faveur des ambitions impériales et l’itinéraire sentimental de Renée, seconde épouse de Saccard, délaissée, qui vivra une passion avec Maxime, son beau-fils, sur fond d’interdit et de sensualité torride. Zola peint une société aux inégalités scandaleuses et flagrantes, à la classe dirigeante corrompue, dans laquelle l’individu a de plus en plus de difficultés à trouver une place.

Il n’a pas échappé à Cédric Simon (scénario) et Éric Stalner (scénario et dessin) l’actualité de ce récit et la pertinence d’en réaliser une adaptation. Le postulat est d’être fidèle à l’œuvre originale, d’en simplifier le propos, mais sans faire l’économie de décrire, sans aucune lourdeur, la mécanique administrative et financière permettant à Saccard d’escroquer l’État. On retrouve ainsi les scènes enflammées du restaurant de la butte Montmartre, des bals donnés dans les hôtels particuliers, de la serre ou du fiacre, à l'érotisme subtil. Les auteurs ont bien saisi la richesse de Renée, certainement une des héroïnes les plus touchantes de la littérature française, et pourtant méconnue.

Le traitement graphique est à la hauteur de l’ambition artistique. Éric Stalner (Vito, La Liste 66) brosse un 19è siècle crédible et précis, mais sans détails surnuméraires, qu’il s’agisse de l’architecture extérieure, de la décoration intérieure ou des vêtements et accessoires des protagonistes. Le travail de la couleur est particulièrement soigné, avec une unité ou une dominante pour une situation donnée, renforçant la mise en place d’atmosphères variées mais fortes. Les personnages sont donnés dans toute leur folie, leur naïveté, leur vice ou leur désir. Quelques dessins de pleines pages achèvent l’enchantement du regard et l’immersion dans l’élégance pervertie du Second Empire.

Le défi était audacieux, les pièges nombreux, mais le pari est réussi. La Curée peut se lire comme la trame d'un amour impossible, une peinture du capitalisme amoral, un épisode de l’histoire de la Ville lumière ou une possible redécouverte d’un roman majeur et transgressif.

Par F.Houriez
Moyenne des chroniqueurs
7.0

Informations sur l'album

La curée
1. La curée

  • Currently 4.80/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.8/5 (5 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    kergan666 Le 21/06/2019 à 12:39:17

    ayant été très déçu par la série Exilium, je n'étais donc pas très chaud pour acheter cet album.
    heureusement un heureux tirage au sort pour une dédicace m'a forcé à l'acheter.
    quel différence aussi bien au niveau du scénario (le scénariste d'origine était doué...) que de dessin.
    les vues du Paris de l'époque sont splendides et les personnages typiques du second Empire sont parfaitement représentés.
    Aristide Saccard le "héros" de cette histoire est un arriviste prêt à tout pour gagner toujours plus.
    la pauvre Renée, sa femme et victime, est perdue dans ce monde de requins.
    bref, ce one shot est une pure merveille qui a, presque, réussi à me donner envie de relire du Zola.

    Xantxo Le 26/04/2019 à 11:32:45

    Aristide Rougon dit Saccard n’a qu’une passion dans la vie conquérir Paris tout en s’enrichissant. Il profite des uns et des autres sans aucune moralité. En fin spéculateur, il va manipuler toutes les personnes qu’il va croiser pour arriver à son but vendre les terrains de sa seconde femme Renée et bénéficier ainsi des grands travaux d’Haussmann dans la capitale.

    kurdy1207 Le 24/04/2019 à 08:30:43

    Aristide Rougon dit Saccard n’a qu’une passion dans la vie conquérir Paris tout en s’enrichissant. Il profite des uns et des autres sans aucune moralité. En fin spéculateur, il va manipuler toutes les personnes qu’il va croiser pour arriver à son but vendre les terrains de sa seconde femme Renée et bénéficier ainsi des grands travaux d’Haussmann dans la capitale.

    Aristide et sa femme Renée sont un couple très libre et chacun mène ses aventures de son côté. Mais Renée va tomber amoureuse de Maxime fils d’un premier mariage d’Aristide. Cette relation deviendra de plus en plus toxique pour Renée. Maxime, intéressé par l’argent, ne vaut guère mieux que son père et finira par abandonner sa belle mère au profit d’une jeune femme moins jolie mais à la dot prometteuse.

    Cette bande dessinée m’a donné l’envie de lire ce roman d’Emile Zola qui jusqu’à ce jour ne m’avait pas attiré. Même en 122 pages, il est évident que l’histoire ne doit pas être exhaustive. Éric Stalner nous offre de belles planches et l’on sent bien dans la représentation de Saccard toute la férocité et malignité du personnage. Quelle belle idée d’avoir mis en images ce roman !