Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Détox 1. Tome 1

05/04/2019 1747 visiteurs 7.0/10 (2 notes)

C hef d'une grande entreprise, Matthias d'Ogremont présente tous les symptômes du «no life». Il consacre la totalité de son temps et de son énergie à son travail : réunions, enjeux commerciaux, partenariats, comptabilité et gestion du personnel, le P.D.G court dans tous les sens et surtout beaucoup trop vite. Cette addiction à son job, aux technologies et outils de communication, affecte ses relations sociales et sentimentales. Comme un déclic, le décès brutal de sa secrétaire va lui faire prendre conscience que c'est peut-être le moment pour lui de décrocher avant qu'il ne soit trop tard.

« Se retrouver face à face avec soi-même. N'est-ce pas potentiellement la pire compagnie qui soit ? » - Jim

Pour son pitch, Thierry Terrasson alias Jim, auteur incontournable du neuvième art, s'est inspiré et servi de l'expérience d'une de ses connaissances, auprès de qui il a emprunté les grandes lignes de ce récit. Dans ce premier opus, il livre les diagnostics de pathologies fréquentes chez l'homme stressé et surmené, qui sont le burn out et surtout l'accident vasculaire cérébral. Progressivement, le lecteur fait connaissance avec un responsable d'une firme qui ne sait plus où donner de la tête, étranglé par d'importantes responsabilités professionnelles et également intoxiqué par son téléphone dont ses yeux ne quittent plus l'écran. Avant que le cerveau ne sature et se mette à hurler « stop », la psychanalyse alarmante indique la vitalité et l'urgence de mettre un frein à cet engrenage et à cette lente descente aux enfers. La thérapie s'offre à lui sous la forme d'un stage de sevrage qui prône l'équivalent d'un retour aux sources : isolement en pleine cambrousse, confiscation des appareils connectés, régime alimentaire et méditation sont au menu d'un programme strict et encadré. Avec ses qualités, mais aussi ses défauts, et grâce à des dialogues subtils, le personnage central qui vit dans le déni et lutte en permanence contre ses démons, demeure singulier, attachant et ponctuellement touchant.

La palette de couleurs utilisée par Antonin Gallo (narrations numériques sur Le monde de Minito et sur À l'ombre du cerisier), navigue entre le marron, l'orange, le gris et leurs nuances, ce qui sied parfaitement à l'ambiance du thème exposé. D'une beauté indéniable, celles-ci procurent une certaine sérénité. Parce qu'il est précis et qu'il se focalise sur les traits des visages, le coup de crayon réaliste est envoûtant et renvoie de très belles cases, qu'elles soient petites ou qu'elles prennent la taille d'une planche. Ainsi, chacun pourra aisément s'identifier à ce businessman et à sa quête de rédemption. Les seconds plans qui sont tout autant travaillés, n'alourdissent en aucun cas des images bien proportionnées.

Détox agissant un peu à l'image d'un anxiolytique, la posologie préconise la lecture de deux tomes. Il est donc conseillé de poursuivre le traitement.

Par D. Roy
Moyenne des chroniqueurs
7.0

Informations sur l'album

Détox
1. Tome 1

  • Currently 4.00/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.0/5 (7 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    kurdy1207 Le 01/04/2019 à 08:07:37

    Je ne sais que penser de cette BD outre que j’ai bien rigolé et que le graphisme sur tons sépia me plait beaucoup.

    Il s’agit en fait d’un monde de barges hyper connecté qui va à la rencontre d’un autre monde de barges hyper… hyper quoi d’abord ? Ces deux mondes me font peur. Le premier, je le connais très bien puisque j’affronte (oui il s’agit bien d’un réel affrontement) tous les jours ces êtres qui se pensent supérieurs à la recherche de l’économie réelle, sorte d’animal imaginaire qu’ils espèrent pouvoir dompter sans savoir vraiment à quoi il ressemble. Le plus souvent ces personnages sont odieux et tellement imbus d’eux-mêmes.

    Alors, moi le DSI d’un monde d’abrutis, dont hélas je fais intégralement partie, je ne suis pas très fier de mon PC, de mes deux portables, de mes tablettes et de mes smartphones (le pro et le perso). Car même si j’ai toujours refusé d’entrer dans le jeu pitoyable des réseaux sociaux (Facebook, Twitter, Instagram,..), je vois bien que le monde d’aujourd’hui m’a enchaîné. J’entends déjà les voix qui me susurrent, mais bédéthèque, c’est un peu un réseau social, spécialisé d’accord mais réseau social quand même. Comme quoi, impossible d’y échapper.

    Des Matthias d’Ogremont, il y en a beaucoup et je les fréquente de loin en loin. Ils pensent avoir le monde dans leurs mains alors qu’ils ne sont que des marionnettes dans d’autres mains. Certains sont prisonniers de leur patrimoine et du bien-être de ceux qui les entourent. Trop réfléchir à son état reviendrait à imaginer son monde s’écrouler comme un château de cartes. La déchéance et le regard des autres c’est cela qui nous pousse à ne jamais freiner. Et pourtant, combien aimeraient tout recommencer et combien… recommencent. Personnellement, exploser une salle serveur à coup de batte de baseball, quel pied cela serait (doux rêve).

    Quand tous ces jeunes défilent pour la planète, seraient-ils prêts à abandonner ordinateur, smartphones, jeux vidéo énergivores. La critique est facile mais où sont les solutions. Aucun état ne rétro pédalera. Ce serait céder sa place sur l’échiquier mondial.

    Et ce cher Christian, qui a servi de modèle pour l’histoire de Matthias a-t-il des enfants de 18 et 20 ans qui sont dans les plus grandes écoles parisiennes qui coûtent une blinde ? A-t-on le droit d’abandonner et d’aller à la « détox » en disant à ses enfants « désolé, je n’ai plus de quoi payer ». Car si on travaille comme des forcenés c’est aussi pour leur avenir. Spirale sans fin que l’on a peur d’arrêter.

    Quand je regarde les passages de la BD avec la tarte aux pommes et les senteurs de sucre caramélisé et de cannelle, les mêmes flashs me viennent à l’esprit. D’autres de bonheur simple s’entrechoquent et révèlent un monde disparu ou le temps durait plus longtemps (et oui c’est possible).

    Il faut quand même dire que ces satanés objets connectés nous ont pourri même les vacances. Alors aujourd’hui, même si les mails et les SMS s’accumulent pendant ces moments familiaux… c’est tant pis pour eux. La détente avant tout et nul n’est indispensable.

    Je suis très curieux de connaître la suite de détox. Cette BD me touche de prêt, me fait rire en me donnant envie de pleurer. Comme on ne pleure que sur soi-même autant avancer.

    herve26 Le 31/03/2019 à 15:27:37

    C'est avec surprise que j'ai découvert en librairie la dernière bd signée Jim. Alors que je l'attendais pour le fin du second diptyque d'"une nuit à Rome", voilà que Jim nous offre une grande bouffée d'air frais avec "Détox", dont il réalise le scénario et le dessin des personnages, avec Antonin Gallo qui assure la partie décor. Pour comprendre l'histoire de cet album,(scénario et méthode de travail) je vous invite à vous rabattre sur la version canalbd de cet album limitée à 1200 exemplaires).
    L'histoire? Elle est toute simple, un cadre sup au bord du burn out , part sur un coup de tête, rejoindre un stage de détox, où il devra abandonner notamment son "cordon du monde", son téléphone portable.
    Le scénario repose essentiellement sur le personnage de Matthias, cadre sup bourru et cynique, qui m'a fait songer , par son (mauvais) caractère à Gabriel , le grand père dans "l'adoption" de Zidrou & Monin. Les dialogues font souvent mouches et les situations cocasses.
    C'est drôle, émouvant parfois, et on regrette presque d'avoir attendre le tome 2 pour en connaitre la conclusion.
    Avec "Détox", Jim s'éloigne un peu de ses précédents albums qui traitaient de la crise du couple autour de la quarantaine, avec des personnages au physique plus commun.
    Côté dessin, je suis toujours aussi fan du dessin de Jim, avec une mention spéciale pour la mise au gris d'Antonin Gallo, qui donne à cet album un relief particulier.
    Un lecture très agréable